Service d'assistance téléphonique
Vous avez une question ? Avez-vous besoin d'informations ? Appelez maintenant notres service d'assistance chateauxdefrance.fr 24 heures
Joindre par téléphone avec Chapelle Notre-Dame-du-Vieux-Château, dite chapelle Saint-Santin
0893 02 02 07
Service 2,99€ + prix appel
 
Appeler et parler à un opérateur chateauxdefrance.fr pour avoir le numéro. Service de assistance téléphonique.

Description

Chapelle Notre-Dame-du-Vieux-Château, dite chapelle Saint-Santin

Chapelle Notre-Dame-du-Vieux-Château, dite chapelle Saint-Santin est situé dans la région de Normandie. L'adresse exacte est Chapelle Notre-Dame-du-Vieux-Château, dite chapelle Saint-Santin, Bellême, Orne, France.

La région Normandie de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Normandie (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Le grand prieuré de Saint-Gilles était un prieuré de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il s'agissait de l'un des deux grands prieurés de la langue de Provence avec le grand prieuré de Toulouse.

Historique

Implantation

Bertrand, fils de Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, se croisa et partit pour la Terre-Sainte en 1109. Il y mourut en 1112. Son frère Alphonse Jourdain revint prendre le gouvernement des comtés de Toulouse et de Saint-Gilles, et du marquisat de Provence. Avant de se croiser, Bertrand avait fondé l’hôpital, qui devint le Grand Prieuré de Saint-Gilles, la plus ancienne des maisons d'Europe de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Ce prieuré était un hospice destiné à recueillir, sur les rives du Rhône, les pèlerins prêts à partir pour la Terre-Sainte, ou ceux qui en revenaient. Ce rôle lui permit de bénéficier des largesses des princes et les seigneurs partisans des croisades.

En 1117, les Hospitaliers acquirent Saint-Thomas de Trinquetaille, près d’Arles, et construisirent une église à Nîmes, dédiée à Jean le Baptiste. Leur manse s'accrut en 1171 du domaine de Daladel, près d’Aigues-Mortes, puis de celui de Canavère, près de Saint-Gilles, en 1202 et des terres de Luc, près de Marguerittes, en 1217. L’Ordre reçut, en 1248, Saint-Jean-de-la-Pinède, près de Listel, à Aigues-Mortes.

À la suite du Concile de Vienne en 1311, l’Ordre hérite de la majorité des biens des Templiers et devient le plus puissant d'Europe.

La langue de Provence fut dès lors répartie en deux grands prieurés, Toulouse avec vingt commanderies, et Saint-Gilles avec cinquante-quatre commanderies, auxquelles il faut rajouter le bailliage de Manosque qui fut initialement un prieuré appelé de Provence entre 1317 et 1347. Mais au XVe siècle, il entre en décadence et le Grand Prieuré où résidèrent jusqu'à 22 chevaliers n'en comptait plus que deux.

François 1er redonna quelques éclats à Saint-Gilles avec quelques nouvelles donations et la confirmation des acquisitions de 1512. De 1562 à 1621, les guerres de religion furent la cause de la disparition de quelques Commanderies et de la destruction des bâtiments du prieuré de saint Gilles, ce qui porta le coup de grâce au pèlerinage.

Saint-Gilles resta cependant un centre spirituel important pour l'Ordre mais l'administratif du grand-prieuré est transféré au prieuré d'Arles en 1562. Ce transfert fut avalisé par un décret du grand maître à la suite d'une décision du Sacré Conseil en date du 15 janvier 1615.

En 1703, les Camisards pillèrent des maisons de l'Ordre en Languedoc. Puis 1789 vit la fin du Grand Prieuré avec l’aliénation des Biens Nationaux en 1792. Le Grand Prieuré fut démantelé en 1796 par l’acquéreur qui l’utilisa comme carrière.

Liste des prieurs

c. 1177 : Pierre Galtier, commandeurc. 1237 : Bertrandc. 1244 - 1264 : Féraud de Barras (grand commandeur cismarin) organisateur de la flotte de soutien à la septième croisade1271 - 1300 : Guillaume de Villaret (premier vicaire du Comtat Venaissin) il cumule ses fonctions de prieur et grand maître de 1296 à 13001306 - † 22 janvier 1311 : Dragonet de Montdragon,? - Juillet 1317 : Pierre d'Onglejuillet 1317 - ? : Bermond MauryAu moment du remembrement de la langue de Provence en trois prieurés (21 juillet 1317): Manosque (prieuré de Provence dont Hélion de Villeneuve devient le prieur), Saint-Gilles et Toulouse.1327 - ? : Aimery de Turryoctobre 1330 - mai 1332 : Pierre d'Ongle (deuxième fois, prieur de Saint-Gilles tout en conservant celui de Toulouse)août 1332 - ? : Guillaume de Reillanne (Prieur de Saint-Gilles et de Provence deçà Rhône)? - ? : Pierre de Corneillan (XIVe siècle)septembre 1355 - ? : Fouques de Chaudeyrac1357 - 1369: Juan Fernández de Heredia.Capitaine des Armes du Comtat Venaissin. Grand maître à partir de 137722 mai 1369 - juillet 1370 : Raymond Savin,.Commandeur d'Arles. Auparavant grand prieur de Toulouse (?-1369)11 août 1370 - ? : Sicard de MurvielCommandeur de Saint-Maurice de Cazevieille, lieutenant du grand maître en Occident. Grand prieur de Toulouse (1370, quelques mois)octobre 1394 - février 1402 : Raimond de Casillacmars 1402 - juin 1402 : Réforciat d'Agoult1402 - janvier 1420 : Jean Flote6 octobre 1420 - 1448 : Bertrand d'Arpajon, c'est son homonyme appelé également Tandon d'Arpajon qui fut grand prieur de Toulouse (1436-1448)1433 - 1434 : Jean Romieu de Cavaillon, prieur de Saint-Gilles et de Hongrie (Ungarie)1434 - 1448 : Bertrand d'Arpajon1448 - 1449 : Jean Romieu de Cavaillon, prieur de Saint-Gilles19 octobre 1449 - 20 octobre 1482 : Raimond Ricardnovembre 1482 - 1496 : Seillon de Demandolx,14 janvier 1497 - 10 janvier 1514 : Charles Allemand de Rochechinard? - ? : Prégent de Bidoux (XVe siècle)? - ? : Raimond (Raimondet) Ricard (XVIe siècle)? - ? : Balthazar d'Agoult (XVIe siècle)? - ? : Robert d'Albe (ou d'Aube) de Roquemartine (XVIe siècle)? - ? : François de Puget (XVIe siècle)? - ? : Pierre de Gozon (ou Pierre de Gozon-Mélac) (XVIe siècle)? - ? : Didier de Sainte-Jalle (XVe siècle)13 novembre 1556 - 20 août 1557 : Jean de Valette26 août 1557 - ? : François de Touche-Bœuf Clairmont? - ? : Charles de Rochechinard (XVIe siècle)? - ? : Géraud de Massas (XVIe siècle)? - ? : Philippe du Broc (XVIe siècle)? - ? : Jean de Mars (XVIe siècle)1548 - 1562 : Charles d'Urre-Ventarol

Transfert au grand prieuré d'Arles en 1562.

Patrimoine foncier

La manse de l’ordre hospitalier à Saint-Gilles s’étendait du sud de Tarascon (Mas de l’hôpital) à la Méditerranée (Salin de Listel) et de Miramas (coussouls de Luquier, Calissanne, etc.) à Aigues-Mortes. Cette omniprésence de l'ordre de Saint-Jean en Camargue remonte à ses débuts. Il le doit tout d’abord à ses origines méridionales, à la proximité des lieux d'embarquement pour les croisades : Saint-Gilles et Aigues-Mortes. Et enfin à la récupération des biens de l’ordre du Temple après le concile de Vienne présidé par Clément V.

Au XIVe siècle, les vins de Saint-Gilles et de la Costière étaient parmi les plus prisés de la Cour pontificale d’Avignon. Jean XXII fait venir son « vin nouveau » de Saint-Gilles et Beaucaire. Quand, en 1367, Urbain V quitte Avignon pour Rome il se fait envoyer par le port d’Arles une cargaison de vin de la Costière et de Beaune. De retour en Avignon, Grégoire XI fit lui aussi approvisionner ses celliers par les vins de Saint-Gilles et la Costière. Si durant tout le Moyen Âge les vins provenant de ce terroir furent considérés à l'égal de ceux de Beaune, c'est qu'ils étaient produits avec un cépage exceptionnel le mourvèdre appelé alors « plant de Saint-Gilles ».

À la même période, il est fait mention d'un pressoir et de cuves de fermentation dans le cellier de Saliers, dépendance du grand prieuré, en Camargue, sur la rive droite du Rhône.

En Camargue, les Hospitaliers possédaient terres labourables, herbages, marais et étangs, soit environ 730 hectares de labours, 1 730 hectares d'étangs et de marais. Sur la rive gauche du Petit-Rhône, la Commanderie de Saliers disposait de 280 hectares de labours et 1 470 hectares de marais ; en rive droite sous le contrôle direct du prieuré de Saint-Gilles les surfaces ont été déterminées par les travaux de l'ingénieur Louis Séguin en 1765-66 et sont conservées à Arles dans l'ancien Hôtel Prieural de l'Ordre, au Musée Réattu. Ces biens s’étendaient sur 24 000 ha, dont 300 en terres de labour et 21 700 en herbages, marais et coussouls de Crau. Les coussouls étaient des « pâturages » pierreux où paissaient les ovins des commanderies de Sainte-Luce, Trinquetaille et Saliers. Ils s'étendaient sur 5 200 hectares. À cela s'ajoutaient des salines. En 1546, le prieur fit construire le salin de Saint-Jean, dans un étang qui jouxtait le marais de Peccais.

Quand les différents propriétaires sauniers décidèrent de s'unir en société en 1716, seule l'Église, qui possédait les salins de l’Abbé et de Saint-Jean resta en dehors de ce consortium. Quelques années plus tard, l'évêché d'Alès, propriétaire du salin de l’Abbé le rejoignit. Seul, le prieur conserva son salin de Saint-Jean. En 1790, un décret de la Convention déclara les salins de Peccais propriété nationale. Puis, ils furent restitués à leurs propriétaires, à l'exception de ceux de l’Abbé et de Saint-Jean qui restèrent propriété de l’État.

L'Ordre possédait à lui seul près de 10 % de la valeur des fonds de l'ensemble du terroir arlésien. Leur valeur foncière a été estimée à plus de 800 000 livres contre 12 500 seulement pour l'archevêché d'Arles. À la veille de la Révolution, les revenus du Grand Prieuré représentaient 254 000 livres tournois sur un total de 1 100 000 livres tournois, soit 23 % de l'ensemble de ses possessions. Chaque exploitation était centralisée autour d’un bâtiment de résidence, le « mas » à l’exemple du Grand Mas de Saliers.

Possessions

Commanderies

Les hospitaliers possédaient 80 commanderies dans la langue de Provence. 25 dépendaient de Toulouse et 55 de Saint-Gilles. Les commanderies suivies de la croix pattée rouge () sont des anciennes possessions de l'ordre du Temple :

En GévaudanCommanderie de Gap-FrancèsCommanderie des EstretsCommanderie de PalhersEn LanguedocCommanderie d'Argence (1654) ,Mas du Petit Argence, commune de FourquesMas du Grand ArgenceDomaine de Pierre, terroir de RedonneDomaine de BouscarenCommanderie de Barbentane, commune de BellegardeSolliechCommanderie de BéziersMembre de Liausson, initialement dépendant de NébianMaison de l'Hôpital de NébianCommanderie de Campagnoles, commune de Cazouls-lès-Béziers (rattachée à Saint-Félix-de-Sorgues (Rouergue) à la fin du XVe siècle.)CaillanCajanCazouls-lès-BéziersMilhau, commune de PuisserguierCommanderie de Capette Commanderie de Cavalès (Cavalet), commune de Saint-Gilles-du-GardCommanderie de Douzens Cabriac, commune de DouzensCampagne-sur-AudeFajacMagriePeyriac Saint-Jean de MolièresCommanderie de Grézan (1181),Membre de CabrerollesMaison de l'Hôpital de Capestang (1115),.Membre de CaussiniojoulsFabrèques (métairie), commune de CabrerollesMembre de MarseillanMembre de MontblancSaint-Nazaire-de-Ladarez (église)Commanderie d'HompsAlbasCoustougeJonquièresPrugnanesLaroque-de-Fa Le Carcasses, hameau de Laroque-de-Fa Massac Roquefort-des-Corbières Commanderie de Lautrec (Saint-Sauveur) (autonomome jusqu'à la fin du XVe siècle)La BorieLe MoulinCommanderie de Montfrin Commanderie de Montpellier (en partie)Commanderie de Narbonne,Maison de l'Hôpital de Saint-Vincent-d'Olargues, indépendante jusqu'en 1345La Bessière (Saint-Jean de Las Bessières), commune de Cassaniouze (Aveyron)L'Hôpital, Saint-Julien de Piganiol, commune de Saint-Santin,Hôpital Saint-Jean de La Vinzelle, commune de Grand-VabreNigresserre (Aveyron)Commanderie de Pézenas , chambre prieurale,Abeilhan (co-seigneurie)Aumes (censive et directe)Cazouls-d'Hérault (château, domaine et justice)L'Étang (Lestang, métairie), commune de PézenasLézignan-la-Cèbe (seigneurie)Magalas (censes)Montagnac (censive et directe)Saint-Jean de La Cavalerie (domaine), commune de MontblancSaint-Jean de Tougues / de Tongue (métairie), commune d'AbeilhanSaint-Siméon (prieuré), commune de PézenasUsclas-d'Hérault (église et domaine)Commanderie de Rayssac,,,Annexes proches de la commanderie:La Boual (La Boal, métairie), commune d'AlbiLa Pale (métairie), commune d'AlbiLa Ramaziès (La Rémésie, métairie), commune d'AlbiAussebaisse (Aussabaisse, Haute-Baisse, Aussevaysse, église), commune de MilharsBahardel (Tènement), commune de ?BarreCarmenel (Carmanel d'Alban), commune de CurvalleGuitalens (Château-Bas, 1657),Lacapelle-Ségalar (inféodée en 1195)Lanel (Tènement, ancienne commanderie), commune de Cunac,La Salvetat, commune de PuycelsiSaint-Jean de Montade / de la MalemontadeSaint-Jean des cinq frères (chapelle), commune de Lisle-sur-TarnLe Cambon du Temple , commune du FraysseLe Carla (XVe siècle), anciennement Notre-Dame de Mazières (1169), , commune de Castelnau-de-LévisPuygouzonSaint-Antonin-de-Lacalm (v.1108/10, église)Saint-Benoit de Gourgues (église), commune de LautrecSaint-Cirgues de Lautrec (église et métairie)Saint-Jean de La Novelle (église), près de LombersSaint-Pierre de Bénéjan (église), près de LombersSaint-Pierre de Combéjac (église), commune de Lacaze,Roquecezière (Roquesusières, biens)Saint-Léonard de Carme (chapelle Saint-Léonard de Montfranc)Le CambajouPousthomy (Poustomy)Le Mas-Dieu (Marsal ou Montfranc?)Saint-Pierre de Gil (église)Saint-Pierre des Ports (église), commune de GraulhetSainte-Supérie de Montans (dîme)Bramesaigues, commune de PeyroleCommanderie Sainte-AnneMas Grand-Cabane, commune de Fourques (appelé également métairie Sainte-Anne, chef-lieu de la commanderie)Commanderie de Saint-Christol,Aubais Bagnols (terres), commune de Bagnols-sur-CèzeBois du Noble (Le Noble du Puech Cairol, bois et devès), commune de Fontanès (Gard)Boussargues [?] (Saint-Florent de Boissargues, chapelle et terres), commune de SabranCongénies (terres)Dions (co-seigneurie, château ruiné, censives et directes)La Bruyère (Bruguière, métairie de), commune de Saint-ChristolMas du Luc (Le Luc, métairie), commune de Saint-ChaptesMas La Mourade (la Mourrade, métairie), commune de Le CailarMas Saint-Jean (Saint-Jean de Ginestet, métairie), commune de LansarguesMas de Viala (Viallar / Villar, métairie), commune de LansarguesMassillargues (1145, Marsolargues / Massolargues, terres et bâtisse seigneuriale ruinée), commune de Massillargues-AttuechMontaren (co-seigneurie, censives et directes), commune de Montaren-et-Saint-MédiersSaint-Césaire de Restinclières (Saint-Césaire de Restanclières / Restenclières, ancienne commanderie?)Commanderie de Saint-Maurice-de-Cazevieille (membre de Saint-Christol au XVIIIe siècle voir avant)Massargues, Mallens et MontueilSaint-Césaire-de-Gauzignan (Saint-Césaire de Gaussignan, directe)Valence, commune de Castelnau-ValenceCommanderie du Temple de Saint-Gilles [Intégrée aux biens du prieuré]Commanderie de Vaour En ProvenceCommanderie d'Aix-en-ProvenceCommanderie d'Astros ,,Saint-Pierre de Campublic , commune de Beaucaire (en Languedoc)Commanderie d'AvignonCommanderie de BeaulieuMaison de Peirasson Commanderie de CairanneCommanderie de Comps, commune de Comps-sur-ArtubyBargemonBeauvezer (directe)Colmars (directe)Esperel (domaine)L'Esterel (terres, bois et droits seigneuriaux)FavasLa Roque-EsclaponBastide des Antibes, commune de DraguignanRoquebrune-sur-Argens (co-seigneurie)Saint-Maimes / sant Maïmé (Saint-Mayme, terres, bois et droits seigneuriaux), commune de RougonCommanderie de Richerenches Commanderie de Roaix Commanderie Sainte-Luce , commune d'ArlesCommanderie Saint-Thomas de Trinquetaille,, quartier Trinquetaille (Arles)Domaine des Avergues (1190)Mas d'Authier, commune d'ArlesMas de Mourefrech (Mourrefrech, 1203), commune d'ArlesMas Thibert, commune d'ArlesGimeaux (Gimel), commune d'ArlesLes coussouls de Luquier, Calissane, Le Cougoul, Mouttet, Chatillon, Pallepastous, La Mendoule et Roumigouse, commune de Saint-Martin-de-CrauEn QuercyCommanderie du Bastit du Causse ,Assier (commanderie)Camburat (Comburat)Cazillac (prieuré), commune du Vignon-en-Quercy Cras (commanderie) La Pomarède (…-1488), commune de PeyrillesMas de la Guilhermie et Mas del Fau (…-1488), commune de PeyrillesSaint-Thomas des Landes (Las Lauzettes), commune de PeyrillesCourbou et Lafarguette (Courbons et Farguettes), commune de LeymeLavaur, commune de Foissac (Aveyron)Martel (Temple de) Nadillac (Nadilhac, Nadailhac) Saint-Julien (chapelle dite de Saint-Julien des quatre Combes), commune de CrasSaint-Vézian, commune de Montfaucon Commanderie de Durbans, ?La Salle, Plaguebens, Tartabelle et La Clede (métairies), commune de DurbansEspédaillac (ex commanderie et prieuré)Grèzes (prieuré)SoulomèsLourmède (métairie)Commanderie de La Capelle-Livron ,Bramaloup (Brame-Loup, devenue un membre à part entière), commune de MartielLe Juge (métairie), commune de MartielL'Espinassière (métairie), commune de MartielMartiel (seigneurie, uniquement coseigneurs pour un tiers)Carnac Cas (château), commune d'Espinas Crouzelles (Crouselles), commune de SaillacGinouilhac (Genouillac), commune de MartielJamblusse (Jambleusse)Loze (Lozes)Saillagol (Salliagol), commune de Saint-ProjetMouillacPuy d'Auzon (Puidauson), commune de Lacapelle-LivronPuylagarde (Puy-La Garde)Saint-Amans, commune d'EspinasSaint-Laurens et Paillayrols (Paillerols), commune de CaylusSaint-Peyronis, commune de Lacapelle-LivronTrébaïx (Trebais) Commanderie de LatronquièreFigeac (réunie en 1371)Margues(réunie en 1371)Narrines, commune de Villeneuve (Aveyron) au sud de Foissac (réunie en 1371)Drulhe (réunie v. 1600/1620)Commanderie de DurbansEn RouergueCommanderie d'Auzits (1155), autonome jusqu'en 1623Commanderie de LuganAbirac, Saint-Jean d' (1250)Hauteserre (Auzits) (1250)Rulhe (Auzits) (1250)Commanderie des Canabières (vers 1120)Bouloc (av. 1120)Commanderie d'EspalionAuzits (1623/24)LuganCommanderie d'EspinasCommanderie de MillauCommanderie de Sainte-Eulalie-de-Cernon La Cavalerie La Couvertoirade Monteils , commune de La SerreRoquosel Saint-Sernin-sur-Rance Commanderie de Saint-Félix-de-Sorgues,Bastide de Pradines et Saint-Pierre de Courgeas, commune de La Bastide-PradinesCampagnoles, commune de Cazouls-lès-Béziers (fin XVe siècle, ex commanderie)CaillanCajanCazouls-lès-BéziersMascourbe (Mascourbes), commune de Saint-Félix-de-SorguesMilhau, commune de PuisserguierPaulignan (dimerie)Mombre de Moussac, commune de Roquefort-sur-SoulzonRoquefort, commune de Roquefort-sur-SoulzonCornusMartrinSaint-Caprazy (Saint-Capraize), commune de Saint-Félix-de-SorguesEn VivaraisCommanderie de Jalès ,Banne (1187)Berrias , commune de Berrias-et-CasteljauChandolas (1186)Grospierres (Gourpierre, directe)La directe sur les fiefs de Barjac, Joyeuse, Plansoles, Rosières, Séalliac, Lablachère, Bec-de-Jun (commune de Beaulieu), Saint-André-de-Cruzières, Beaulieu, Bessas, Entraigues, Courres, etc.Grosfau (1156), commune de ChaudeyracPelousePeyrolles (ex commanderie), commune de Allègre-les-Fumades.Allègre (Alégré)Saint-Romain-le-Désert (av. 1289)Praulat (1240), commune de Cellier-du-LucCommanderie de Trignan (réunie à Jalès en 1383), commune de Saint-Marcel-d'ArdècheDîmes et directes sur les fiefs de Saint-Marcel d'Ardèche, le Rieu-Merlauson, Grasbidou, Saint-Rémésy et RieumorencSoubeyradel, commune de Saint-RemèzeBidon (Bidou) et la combe de Lobis (1252)Saint-Marcel-d'Ardèche (co-seigneurie)Bourg-Saint-AndéolBourdeletPonsac, Bessac et La Villedieu (juridiction pleine)Directes sur les fiefs de Palud, Vallon, Voquet, La Chapelle-Saint-Germain, Saint-Servin, Lussas, La Gorse, Vinasac, Chassies, Bersennes, Saint-Vincent-de-Barres, Alès (Alais), Sainte-Agathe, etc.

Autres possessions directes

Château de Générac

Référencement

Notes

Références

Bibliographie

Abbé César-Augustin Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles par M. Jean Raybaud, avocat et archivaire de ce prieuré : tome I », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXVI,‎ 1903, p. 1-146 (1o partie), lire en ligne sur GallicaAbbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles par M. Jean Raybaud, avocat et archivaire de ce prieuré : tome I », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXVII,‎ 1904, p. 147-446 (2o partie), lire en ligne sur GallicaAbbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles par M. Jean Raybaud, avocat et archivaire de ce prieuré : tome II », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXVIII,‎ 1905, p. 1-270, lire en ligne sur GallicaAbbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles faisant suite au manuscrit de Jean Raybaud 1751-1806 : tome III », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXIX,‎ 1906, p. 1-128, lire en ligne sur GallicaEmmanuel-Ferdinand de Grasset, Essai sur le grand prieuré de Saint-Gilles de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, suivi du catalogue des chevaliers, chapelains, diacots, donats et servants d'armes de la vénérable langue de Provence, dressé sur les titres originaux, Paris, 1869 (lire en ligne)Edouard Baratier et Madeleine Villard, Répertoire de la série H [Texte imprimé] : 56 H, Grand prieuré de Saint-Gilles des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 1966 (présentation en ligne)

Voir aussi

Articles connexes

Grand prieuré d'ArlesPrieuré hospitalierAbbaye de Saint-GillesSaint-Gilles

Liens externes

Le Grand Prieuré de Saint-Gilles sur Nemausensis.comRapport Louis Seguin 1765 Portail du christianisme Portail du Gard Portail de la Camargue Portail de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem

Article extrait de l'onglet Wikipédia Chapelle Notre-Dame-du-Vieux-Château, dite chapelle Saint-Santin. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Chapelle Notre-Dame-du-Vieux-Château, dite chapelle Saint-Santin”

Qualité
Localisation
Service
Prix