Service d'assistance téléphonique
Vous avez une question ? Avez-vous besoin d'informations ? Appelez maintenant notres service d'assistance chateauxdefrance.fr 24 heures
Joindre par téléphone avec Château de la Raye
0893 02 02 07
Service 2,99€ + prix appel
 
Appeler et parler à un opérateur chateauxdefrance.fr pour avoir le numéro. Service de assistance téléphonique.

Description

Château de la Raye

Château de la Raye est situé dans la région de Nouvelle-aquitaine. L'adresse exacte est Château de la Raye, Vélines, Dordogne, France.

La région Nouvelle-aquitaine de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Nouvelle-aquitaine (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Le château royal de Collioure (catalan : Castell Reial de Cotlliure) est un ensemble fortifié situé sur la commune de Collioure, dans le département des Pyrénées-Orientales. Le château proprement dit est médiéval. La première mention que nous possédons date du début du XIIIe siècle. Il fut érigé sur l'emplacement d'un village fortifié au VIIe siècle. Il a ensuite été remanié du XIIIe au XVIIe siècle en étant incorporé à une citadelle qui a progressivement repoussé toutes les habitations vers deux criques de part et d'autre du site.

Sept siècles de travaux ont entremêlé les différents édifices qui ont abouti au monument actuel.

Le château royal de Collioure, avec ses défenses, escarpes et contre-escarpes, fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 14 novembre 1922.

Histoire du Château

Origines du site

La ville de Collioure s'appelle dans les textes latins du Moyen Âge Caucoliberis. C'est le port d' Illiberis, Elne.

Le château, Castellum Caucoliberi, est pris par le roi Wamba en 673.

Le 9 juillet 981, le roi Lothaire concède à Guifré, comte d'Empúries, de Peralada et de Roussillon, les terres désertes situées au bord de la mer, entre Collioure et Banyuls Il lui a ordonné de fortifier Collioure. Gausfred Ier d'Empuries (991-1013) a été comte de Roussillon après le partage des biens de son père avec son frère Hug d'Empúries (991-1040).

En 1172, à la mort du dernier comte du Roussillon, Girard II de Roussillon, la ville est devenue la propriété d'Alphonse II d'Aragon, comte de Barcelone et roi d'Aragon.

Le château des Templiers

Il fut construit peu après 1207. L'ensemble des campagnes d'aménagement témoigne de l'évolution de l'artillerie et de son corollaire défensif.Le roi Pierre II d'Aragon, donne au commandeur templier du Mas Deu, Foulques de Montpezat des terrains à bâtir dans l'enceinte castrale, au-dessous de la porte de l'enceinte fortifiée (castrum) de Collioure, « entre le château et le port », au mois d'août 1207.

Après la suppression de l'Ordre au Concile de Vienne de 1312, leurs biens et privilèges ont été dévolus à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Le palais des Hospitaliers situé entre le château et la mer est acheté par le roi d'Aragon Pierre IV, en 1345, après s'être emparé de la ville. Il le fait démolir pour agrandir l'enceinte fortifiée et son fossé.

Le château des rois de Majorque

Le château est construit entre 1242 et 1280. L'ensemble des campagnes d'aménagement témoigne du changement de fonction, de la résidence princière à la forteresse. Collioure est la tête du port maritime entre les comtés catalans septentrionaux du Roussillon et de la Cerdagne avec Barcelone. C'est une demeure princière où vivent le roi Pierre II et sa femme Marie de Montpellier. Ensuite le roi Jaume Ier le conquérant y réside.

Jacques Ier d'Aragon a partagé son royaume et créé le Royaume de Majorque sur le principe de l'apanage entre ses deux fils. Pierre III d'Aragon est roi d'Aragon, et son frère cadet, Jaume II est roi de Majorque, comte de Roussillon et de Cerdagne. Le château et sa ville sont donnés en douaire aux diverses reines. Le roi d'Aragon n'accepte pas ce partage. Les rois de Majorque connaissant cette menace vont renforcer les défenses de la ville. En 1280, Jacques II désigne plusieurs maisons pour permettre l'extension des fortifications.

Pendant la croisade d'Aragon, conflit franco-aragonais, qui commence en 1284, Philippe III le Hardi est allié à Jacques II de Majorque contre le roi d'Aragon, Pierre III. L'armée française atteinte de dysenterie doit se replier et Philippe III en meurt à Perpignan. Pierre III met le siège à Collioure, sans succès, et met le feu à la vieille ville.

Le 16 mai 1344, l'armée de Pierre IV d'Aragon entre dans le Roussillon avec l'appui du roi de France Philippe VI et investit Collioure le 13 juin par terre et par mer. La ville doit capituler le 24 juin et Pierre IV y entre le 26 juin. Le royaume de Majorque et le comté de Roussillon sont retirés à Jacques III de Majorque qui ne conserve que la seigneurie de Montpellier qu'il a ensuite vendu au roi de France.

En 1346, ayant fait démolir la maison originelle des Templiers après avoir acheté le palais aux Hospitaliers, Pierre IV décide de détruire aussi l'église Sainte-Marie-Madeleine contiguë aux fossés et fait transférer le culte dans la grande salle des Hospitaliers qui lui est adjacente, accessible pour les habitants par un pont et par une porte dans l'enceinte pour les habitants du château. La porte principale du château est établie dans la nouvelle courtine ouest. L'ordre de paiement de la fin des travaux est daté du 7 des calendes de juillet 1347.

Le pape Benoît XIII y réside en 1408 et en 1415.

En 1454, Alphonse V d'Aragon fait construire une barbacane devant la porte du château par Bérenger d'Oms, gouverneur du royaume de Majorque et châtelaine de Collioure. En 1465, pendant la guerre civile catalane des Catalans contre Jean II d'Aragon, Louis XI et Jean II d'Aragon signent le traité de confédération d'Olite le 12 avril 1462 par lequel Louis XI devait garder les comtés de Roussillon et de Cerdagne jusqu'à ce que le roi Jean II lui eût remboursé les 300 000 écus qu'il avait empruntés. Ces comtés de ont été rendus par le traité de Narbonne signé le 19 juin 1493 par Charles VIII, avec Ferdinand le Catholique et Isabelle la Catholique contre leur promesse promesse qu'ils ne forment pas d'alliance contre la France,. Pendant l'occupation française, le « boulevard de la mer » est construit en 1465 pour défendre l'angle sud-ouest. Après la restitution du comté de Roussillon, Ferdinand le Catholique fait fortifier les fronts nord et ouest par l'ingénieur qui a construit la forteresse de Salses, Francisco Ramiro López.

La forteresse des Habsbourg, Charles Quint et Philippe II

Depuis le XVe siècle, le château royal, n'est plus une résidence seigneuriale mais une forteresse qui abrite une garnison. Dès les années 1490, on commence à renforcer de toute part les murailles médiévales. Les travaux s'intensifient au XVIe siècle, à l'initiative de Charles Quint qui commande des améliorations. le prince héritier Philippe II inspecte les chantiers de la frontière nord de l'Espagne en 1548 et confiera à l'ingénieur Joan Botista Palia les aménagements les plus importants, comme ceux du Fort Saint-Elme autour d'une tour médiévale, en aplomb de la ville, où de la forteresse du palais des Rois de Majorque à Perpignan.

La citadelle des Bourbons, Louis XIV

La campagne de travaux dirigée à la fin du XVIIe siècle par Vauban consiste en une surélévation systématique des remparts, en la construction de l'entrée actuelle et de ses fortifications, dans les réaménagements des trois bastions et surtout dans la création de la demi-lune qui est une forteresse à elle seule, quasiment aussi importante que la citadelle.

L'ensemble défensif est terminé en 1690.

La vieille ville de Collioure devait être détruite pour créer ce bastion, et donc un glacis. Ainsi s'élevait à cet endroit depuis l'antiquité la présence des grecs, des carthaginois, et des romains. Plus tard des Wisigoths, et des Omeyyades, puis au Moyen Âge ville des négociants, armateurs et marchands du commerce méditerranéen.

La destruction eut lieu en octobre 1671, 130 maisons, la maison-commune, l'Hospice, les rues, les places, et l'enceinte médiévale. L'église fortifiée médiévale fut rasée le 1er février 1673.

Le château au XXe siècle

Le château a été rayé du tableau des places de guerre en 1922 et a été classé au titre des monuments historiques le 14 novembre 1922.

Le château fut transformé en prison en mars 1939 et devint le premier camp disciplinaire destiné aux réfugiés de la Retirada, avec la fin de la guerre civile espagnole. D'autres furent internés au camp de concentration d'Argelès-sur-Mer ou au camp de Rivesaltes.

Accueil du public

Le Château est la propriété du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, depuis 1952 et gère l'accueil du public et l'organisation d'événements.

Cinéma

Dans les années 1950 René Barjavel essaya d'y tourner une adaptation de Barabbas, une pièce de Michel de Ghelderode. Le tournage commença dans le château avec Jean Le Poulain mais dut s'arrêter après une semaine faute d'argent.

Notes et références

Notes

Références

Annexes

Bibliographie

Par ordre chronologique de publication :

Général J. Caloni, « Collioure », dans Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1938, p. 9-143 (lire en ligne)Sylvain Stym-Popper, Le château de Collioure, dans Congrès archéologique de France. 112e session. Le Roussillon, Société française d'archéologie, Paris, 1955, p. 161-179Eugène Cortade, Le Château royal de Collioure - Fondation de Collioure, 1987, ASIN B000XEVCD2Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le guide du patrimoine Languedoc Roussillon, Hachette, Paris, 1996, p. 218-220, (ISBN 978-2-01-242333-6)Grégory Tuban, Les séquestrés de Collioure : un camp disciplinaire au Château royal en 1939, Mare nostrum, 2003, (ISBN 2-908476-31-2)Lucien Bayrou, Languedoc-Roussillon gothique : L’architecture militaire de Carcassonne à Perpignan, Paris, Picard, 2013, 288 p. (ISBN 978-2708409576, présentation en ligne), p. 228-232

Articles connexes

Palais des Rois de MajorqueCollioureJacques II de MajorqueListe des châteaux des Pyrénées-OrientalesListe des monuments historiques des Pyrénées-OrientalesOrdre du TempleRoyaume de Majorque

Liens externes

« Notice n°PA00103998 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la CulturePage officielle du château royal de Collioure sur le site du Conseil général Portail de l'ordre du Temple Portail des châteaux de France Portail des monuments historiques français Portail des Pyrénées-Orientales Portail de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem

Article extrait de l'onglet Wikipédia Château de la Raye. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Château de la Raye”

Qualité
Localisation
Service
Prix