Service d'assistance téléphonique
Vous avez une question ? Avez-vous besoin d'informations ? Appelez maintenant notres service d'assistance chateauxdefrance.fr 24 heures
Joindre par téléphone avec Château de Lacombe
0893 02 02 07
Service 2,99€ + prix appel
 
Appeler et parler à un opérateur chateauxdefrance.fr pour avoir le numéro. Service de assistance téléphonique.

Description

Château de Lacombe

Château de Lacombe est situé dans la région de Occitanie. L'adresse exacte est Château de Lacombe, Tarascon-sur-Ariège, Ariège, France.

La région Occitanie de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Occitanie (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Tarascon-sur-Ariège (occitan : Tarascon d'Arièja) est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune fait partie du pays du Sabarthès, structuré par la haute vallée de l'Ariège en amont du pays de Foix avec Tarascon-sur-Ariège comme ville principale.

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par l'Ariège, le Vicdessos, le ruisseau de la Courbière et par un autre cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : un site Natura 2000 (« Garonne, Ariège, Hers, Salat, Pique et Neste ») et cinq zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Tarascon-sur-Ariège est une commune rurale qui compte 3 024 habitants en 2019. Elle appartient à l'unité urbaine de Tarascon-sur-Ariège et fait partie de l'aire d'attraction de Tarascon-sur-Ariège. Ses habitants sont appelés les Tarasconnais ou Tarasconnaises.

C'est un centre industriel situé à un important carrefour de routes. Elle est formée par la réunion de la ville basse – au confluent de l'Ariège et du Vicdessos – et d'une ville haute, autrefois fortifiée, qui s'adosse à une butte surmontée d'une tour ronde.

Le patrimoine architectural de la commune comprend cinq immeubles protégés au titre des monuments historiques : la chapelle Notre-Dame de Sabart, classée en 1846, le château de Lacombe, classé en 1983 et inscrite en 1992, l'église Notre-Dame-de-la-Daurade, inscrite en 1990, la maison de Jehan-Séré, inscrite en 1950, et la tour Saint-Michel, classée en 1950.

Géographie

Localisation

La commune de Tarascon-sur-Ariège se trouve dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Elle se situe à 13 km à vol d'oiseau de Foix, préfecture du département, bureau centralisateur du canton du Sabarthès dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementalesLa commune est par ailleurs ville-centre du bassin de vie de Tarascon-sur-Ariège.

Les communes les plus proches sont : Quié (1,0 km), Bompas (2,1 km), Ussat (2,2 km), Arignac (2,6 km), Surba (2,9 km), Arnave (3,4 km), Ornolac-Ussat-les-Bains (3,8 km), Alliat (3,8 km).

Sur le plan historique et culturel, Tarascon-sur-Ariège fait partie du pays du Sabarthès, structuré par la haute vallée de l'Ariège en amont du pays de Foix avec Tarascon-sur-Ariège comme ville principale.

Tarascon-sur-Ariège est limitrophe de dix autres communes.

Commune située dans les Pyrénées sur l'Ariège, au confluent avec le Vicdessos dans le Pays de Foix Haute-Ariège. Elle est le centre de l'unité urbaine de Tarascon-sur-Ariège.

Géologie et relief

La commune est située dans les Pyrénées, une chaîne montagneuse jeune, érigée durant l'ère tertiaire (il y a 40 millions d'années environ), en même temps que les Alpes, certaines parties étant recouvertes par des formations superficielles. Les terrains affleurants sur le territoire communal sont constitués de roches pour partie sédimentaires et pour partie métamorphiques datant du Cénozoïque, l'ère géologique la plus récente sur l'échelle des temps géologiques, débutant il y a 66 millions d'années. La structure détaillée des couches affleurantes est décrite dans les feuilles « n°1075 - Foix » et « n°1087 - Vicdessos » de la carte géologique harmonisée au 1/50 000ème du département de l'Ariège, et leurs notices associées,.

La superficie cadastrale de la commune publiée par l’Insee, qui sert de références dans toutes les statistiques, est de 8,65 km2,. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l'IGN, est quant à elle de 8,6 km2. Son relief est particulièrement escarpé puisque la dénivelée maximale atteint 724 mètres. L'altitude du territoire varie entre 463 m et 1 187 m.

Hydrographie

La commune est dans le bassin versant de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne. Elle est drainée par l'Ariège, le Vicdessos, le ruisseau de la Courbière et un bras de l'Ariège, constituant un réseau hydrographique de 6 km de longueur totale,.

L'Ariège, d'une longueur totale de 162,91 km, prend sa source dans la commune de Porta et s'écoule du sud vers le nord. Elle traverse la commune et se jette dans la Garonne à Portet-sur-Garonne, après avoir traversé 56 communes.

Le Vicdessos, d'une longueur totale de 36,8 km, prend sa source dans la commune d'Auzat et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans l'Ariègesur le territoire communal, après avoir traversé 8 communes.

Le ruisseau de la Courbière, d'une longueur totale de 15,7 km, prend sa source dans la commune de Rabat-les-Trois-Seigneurs et s'écoule d'ouest en est. Il traverse la commune et se jette dans l'Ariège à Surba, après avoir traversé 4 communes.

Climat

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole. En 2020, la commune est du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, la température décroît rapidement en fonction de l'altitude. On observe une nébulosité minimale en hiver et maximale en été. Les vents et les précipitations varient notablement selon le lieu.

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat complétée par des études régionales, prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1959 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Milieux naturels et biodiversité

Réseau Natura 2000

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS).Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « Garonne, Ariège, Hers, Salat, Pique et Neste », d'une superficie de 9 581 ha, un réseau hydrographique pour les poissons migrateurs, avec des zones de frayères actives et potentielles importantes pour le Saumon en particulier qui fait l'objet d'alevinages réguliers et dont des adultes atteignent déjà Foix sur l'Ariège.

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.Trois ZNIEFF de type 1 sont recensées sur la commune :

le « cours de l'Ariège » (1 341 ha), couvrant 112 communes dont 86 dans l'Ariège et 26 dans la Haute-Garonne ;les « parois calcaires et quiès du bassin de Tarascon » (8 161 ha), couvrant 58 communes du département,le « ruisseau de Vicdessos en aval d'Auzat » (152 ha), couvrant 8 communes du département ;

et deux ZNIEFF de type 2, :

« L'Ariège et ripisylves » (1 975 ha), couvrant 56 communes dont 43 dans l'Ariège et 13 dans la Haute-Garonne ;les « parois calcaires et quiès de la haute vallée de l'Ariège » (9 891 ha), couvrant 40 communes du département.Carte des ZNIEFF de type 1 et 2 à Tarascon-sur-Ariège.

Urbanisme

Typologie

Tarascon-sur-Ariège est une commune rurale,. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee,.Elle appartient à l'unité urbaine de Tarascon-sur-Ariège, une agglomération intra-départementale regroupant 9 communes et 6 101 habitants en 2019, dont elle est ville-centre,.

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tarascon-sur-Ariège, dont elle est la commune-centre. Cette aire, qui regroupe 6 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants,.

Occupation des sols

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (57,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (60,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (46,7 %), zones urbanisées (18,5 %), zones agricoles hétérogènes (17,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,5 %), prairies (0,7 %).

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui).

Habitat et logement

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 1 881, alors qu'il était de 1 860 en 2013 et de 1 755 en 2008.

Parmi ces logements, 76 % étaient des résidences principales, 12,8 % des résidences secondaires et 11,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 57,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 42,3 % des appartements.

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Tarascon-sur-Ariège en 2018 en comparaison avec celle de l'Ariège et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (12,8 %) inférieure à celle du département (24,6 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 49,5 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (49,4 % en 2013), contre 66,3 % pour l'Ariège et 57,5 % pour la France entière.

Voies de communication et transports

Accès avec la route nationale 20 et par le train en gare de Tarascon-sur-Ariège sur la ligne de Portet-Saint-Simon à Puigcerda (frontière).

Risques majeurs

Le territoire de la commune de Tarascon-sur-Ariège est vulnérable à différents aléas naturels : inondations, climatiques (grand froid ou canicule), feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à deux risques technologiques, le transport de matières dangereuses et la rupture d'un barrage,.

Risques naturels

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement, crue torrentielle d'un cours d'eau, l'Ariège, ou ruissellement d'un versant. L’épisode de crue le plus marquant dans le département reste sans doute celui de 1875. Parmi les inondations marquantes plus récentes concernant le cours d'eau de l'Ariège figurent la crue torrentielle de 1982 et les inondations de plaine de 1996 et de 2005 de la Basse vallée de l'Ariège.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont soit des chutes de blocs, soit des glissements de terrains, soit des effondrements liés à des cavités souterraines, soit des mouvements liés au retrait-gonflement des argiles. Près de 50 % de la superficie du département est concernée par l'aléa retrait-gonflement des argiles, dont la commune de Tarascon-sur-Ariège. L'inventaire national des cavités souterraines permet par ailleurs de localiser celles situées sur la commune.

Près de 50 % de la superficie du département est concernée par l'aléa retrait-gonflement des argiles, dont la commune de Tarascon-sur-Ariège. L'inventaire national des cavités souterraines permet par ailleurs de localiser celles situées sur la commune.

Ces risques naturels sont pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais d'un plan de prévention des risques (PPR) inondation et mouvement de terrain approuvé le 6 juin 2005.

Risques technologiques

Le risque de transport de matières dangereuses par une infrastructure routière ou ferroviaire ou par une canalisation de transport de gaz concerne la commune. Un accident se produisant sur une telle infrastructure est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence.

Sur le département de l’Ariège on dénombre cinq grands barrages susceptibles d’occasionner des dégâts en cas de rupture. La commune fait partie des 80 communes susceptibles d’être touchées par l’onde de submersion consécutive à la rupture d’un de ces barrages. Elle est en effet dans la zone de proximité immédiate d'un barrage classé PPI.

Toponymie

Histoire

Tarascon-sur-Ariège était au Moyen Âge un centre commercial important, d'où la construction d'une enceinte qui protège la ville. Gérée par des consuls, c'est une des quatre villes du comté de Foix. Au XIIe siècle, une seconde enceinte est construite, ainsi qu'un pont qui permet de traverser l'Ariège, mais au XIVe siècle l’extension de la ville est telle qu'elle sort des enceintes avec par exemple l'apparition du faubourg Sainte-Quitterie « du bout du pont » et le quartier Saint-Jacques « hors la porte ».

Entre 1625 et 1630, l'évêque de Pamiers Henri de Sponde, filleul de Henri IV, tente d'implanter un couvent de Minimes à Tarascon mais échoue faute de moyens.

Le 10 novembre 1632, le capitaine Teulade de Foix avise les consuls que par ordonnance du roi Louis XIII et du cardinal Richelieu, le château comtal de Tarascon doit être démoli « rez-terre » aux frais de la ville. La tour de Mount-Négré et le château Lamotte subirent le même sort.

En 1775, la tour du Castella, qui surplombe Tarascon, est construite. Elle fait suite à la démolition, par ordre de l'ingénieur de province, de la porte de Foix. Les matériaux issus de la destruction sont en partie réutilisés lors de la construction de la tour ronde du Castella, l'autre partie sera utilisée pour la restauration de la porte d'Espagne. La tour du Castella est située sur l'ancien emplacement du château féodal.

La Société métallurgique de l'Ariège, cliente des mines de fer de Rancié, a investi dès 1869 dans un haut fourneau installé dans la commune, sonnant ainsi le glas des forges à la catalane. Elle l'utilisera aussi pour l'excellent minerai qu'elle exploite pour son propre compte à la mine de Pimorent dans la commune de Porté-Puymorens en Cerdagne.

Un tramway a fonctionné de 1911 à 1932 desservant la vallée de Vicdessos et constituant la ligne de Tarascon-sur-Ariège à Auzat.

Le 1er avril 1973, la commune de Banat est rattachée à celle de Tarascon-sur-Ariège sous le régime de la fusion-association.

Politique et administration

Découpage territorial

La commune de Tarascon-sur-Ariège est membre de la communauté de communes du Pays de Tarascon, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le 21 juillet 1994 dont le siège est à Tarascon-sur-Ariège. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux.

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Foix, au département de l'Ariège, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Occitanie.

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Sabarthès pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015, et de la première circonscription de l'Ariège pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986.

Administration municipale

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 2 500 habitants et 3 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de vingt trois,.

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Politique environnementale

La commune était initialement probablement riche en termes d'écopotentialité, mais son industrialisation y a laissé des séquelles importantes [non neutre]. En particulier, l'usine Pechiney installée au bord du Vicdessos, a laissé plusieurs décharges internes qui relarguent [réf. nécessaire] plusieurs polluants préoccupants, dont certains non dégradables (fluorures, aluminium, cuivre, nickel, arsenic, baryum, chrome hexavalent, plomb, mercure et hydrocarbures). Ces polluants menacent la nappe phréatique, la rivière et les écosystèmes périphériques.

Jumelages

 Berga (Espagne) Monção (Portugal) Morsano al Tagliamento (Italie) Tarascon (France), la signature de la charte de jumelage a eu lieu le 23 juin 2017.

Démographie

Enseignement

Tarascon-sur-Ariège fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune de Tarascon-sur-Ariège depuis la crèche jusqu'au collège du Sabarthès. Les collèges de Tarascon et Vicdessos ont fusionné à la rentrée 2016 en une seule entité administrative.

Culture et festivités

Comité des fêtes, maison des jeunes et de la culture, centre culturel François-Mitterrand avec bibliothèque, cinéma, auditorium...

Activités sportives

Gymnastique, football, pétanque, cyclisme, pêche, chasse, randonnée pédestre.. Piscine municipale,Rugby à XV : US Tarascon-sur-Ariège (a été Champion de France Honneur de rugby à XV en 1974) puis a ensuite connu trois montées successives, accédant à la première division en 1976-1977.Lieu de passage du Tour de France du Tour de l'Avenir, du Tour de l'Ariège, de la Route d'Occitanie.

Écologie et recyclage

La déchèterie la plus proche se trouve dans la commune voisine d'Arignac, au lieudit Las Bernièros, sur la RD 8.

Économie

Revenus

En 2018, la commune compte 1 352 ménages fiscaux, regroupant 2 740 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 17 920 € (19 820 € dans le département). 35 % des ménages fiscaux sont imposés (40,7 % dans le département).

Emploi

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 1 674 personnes, parmi lesquelles on compte 67,3 % d'actifs (52,3 % ayant un emploi et 15 % de chômeurs) et 32,7 % d'inactifs,. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département.

La commune est la commune-centre de l'aire d'attraction de Tarascon-sur-Ariège,. Elle compte 1 526 emplois en 2018, contre 1 604 en 2013 et 1 673 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 893, soit un indicateur de concentration d'emploi de 170,9 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 44,1 %.

Sur ces 893 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 435 travaillent dans la commune, soit 49 % des habitants. Pour se rendre au travail, 79,1 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 2,8 % les transports en commun, 13,8 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 4,4 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile).

Activités hors agriculture

313 établissements sont implantés à Tarascon-sur-Ariège au 31 décembre 2019. Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département,.

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 31,9 % du nombre total d'établissements de la commune (100 sur les 313 entreprises implantées à Tarascon-sur-Ariège), contre 27,5 % au niveau départemental.Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont :

Cma Industry, construction aéronautique et spatiale (4 706 k€)2Ei, fabrication de structures métalliques et de parties de structures (3 173 k€)SJC, travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment (2 040 k€)Miroiterie Oriège, travaux de peinture et vitrerie (1 541 k€)SARL Cuminetti Père et Fils, travaux de terrassement courants et travaux préparatoires (1 524 k€)

Située dans la commune de Quié très imbriquée avec Tarascon se trouve l'usine de Sabart fondée en 1925. Cette aluminerie, devenue Sabart AeroTech, après plusieurs changement d'actionnaires et moins de quarante salariés en mars 2018, bénéficie encore des commandes du pôle mondial de construction aéronautique de la région toulousaine, mais la présence d'investisseurs chinois semble inquiéter les clients dans ce secteur hautement stratégique.

CMA Industry, équipementier pour l'aviation, compte 65 employés en 2019.

L'entreprise Séguélas propose de l'Hypocras, un apéritif médiéval à base de vin, d'épices et de pétales de rose.

On y trouve également, 8 quai de l'Ariège, le magasin Gribouille import, spécialisé dans les vêtements pour femme ainsi que chaussures et accessoires à jour des dernières tendances.

Agriculture

La commune fait partie de la petite région agricole dénommée « Région pyrénéenne ». En 2010, l'orientation technico-économique de l'agriculture sur la commune est la polyculture et le polyélevage. Quatre exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune sont dénombrées lors du recensement agricole de 2010 (sept en 1988). La superficie agricole utilisée est de 48 ha.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Château de Lacombe.Chapelle Notre-Dame de Sabart.Église Sainte-Quitterie.Église Notre-Dame-de-la-Daurade.Église Notre-Dame-du-Rosaire de Banat.Grotte de Lombrives.Parc pyrénéen de l'art préhistorique.Tour du Castella.Tour Saint-Michel.Maison de Jehan-Séré, inscrite monument historique en 1950.Fortifications.Nombreuses arcades, dont la porte Lacaussade.

Personnalités liées à la commune

Roger-Bernard III de Foix (1265-1302), comte de Foix mort à TarasconJoseph Pilhes (1740-1832), né et mort à Tarascon, auteur de théâtre. Viguier d'Andorre.Marc Dax (1770-1837), médecinAdolphe Garrigou (1802-1893), industriel, historienVictor Pilhes (1817-1882), révolutionnaire et homme politique, il fut préfet puis député de l'Ariège.Félix Garrigou (1835-1920), médecin, préhistorien, spéléologue et hydrologue né à Tarascon.Antonin Gadal (1877-1962), mystique et historien qui dédia son existence à l'étude des Cathares.Célestin Maffre (1907-1996), poète occitan né à Tarascon, un square porte son nom.Christian Bernadac (1937-2003), journaliste et écrivainGilbert Laffaille (1948), chanteur dont le père est natif de Tarascon.Richard Canal (1953), écrivain et scénariste né à Tarascon.Alain Duran (1958), né à Tarascon, sénateur de l'Ariège (2014-2020).

Héraldique

Voir aussi

Bibliographie

J. Brunet, B. Callede et G. Orial, Tarascon-sur-Ariège (Ariège), Grotte de Niaux : mise en évidence de charbon de bois dans les tracés préhistoriques du Salon noir in Studies in Conservation (Londres), 1982, vol. 27, no 4, p. 173-179Jean Clottes et Robert Simonnet, Le Paléolithique final dans le bassin de Tarascon-sur-Ariège, d'après les gisements des Églises (Ussat) et de Rhodes II (Arignac) in La fin des temps glaciaires en Europe : chronostratigraphie et écologie des cultures du Paléolithique final, 1979, p. 647-659L. Faure-Lacaussade, Tarascon-sur-Ariège : le pays des cavernes, Privat, Toulouse, 1955, 151 p.Édouard-Alfred Martel, Cavernes de Tarascon-sur-Ariège in Spelunca, tome VII, no 54, décembre 1908, 48 p.J. P. Morel, La chapelle de Sabar à Tarascon-sur-Ariège, C. Lacour, Nîmes, 1997 (ISBN 2-84149-901-4)(es) S. Ripoll Lopez, « El parque de arte prehistorico de los pirineos : Un espacio cultural temático y lúdico diferente », Revista de arqueología, no 210,‎ 1998, p. 6-13Robert Simonnet, Le silex et la fin du Paléolithique supérieur dans le bassin de Tarascon-sur-Ariège in Bulletin de la Société préhistorique de l'Ariège, 1998, vol. 53, p. 181-222G. Vidal, Les stations en plein air du Sédour (région de Tarascon-sur-Ariège) in Bulletin de la Société préhistorique de l’Ariège, no 27, 1930, p. 430-440G. Vidal, L’art dans les cavernes de la région de Tarascon-sur-Ariège in Bulletin de la Société ariégeoise des sciences, no 18, 1931-1938, p. 55-77Jean Anglade, L'Homme aux éclats, éd. Le Pas d'oiseau, 2012, (ISBN 978-2-917971-27-7).

Articles connexes

Ligne de Portet-Saint-Simon à Puigcerda (frontière)Gare de Tarascon-sur-AriègeLigne de Tarascon-sur-Ariège à Auzat (ancien tramway à vapeur)Liste des communes de l'AriègeDistrict de TarasconÉtats de Foix

Liens externes

Site officielRessources relatives à la géographie : Digital Atlas of the Roman Empire Insee (communes) Ldh/EHESS/Cassini Ressource relative aux organisations : SIREN Tarascon-sur-Ariège sur le site d'histoire et du patrimoine de l'AriègeMairie de Tarascon, l'histoire de la Ville

Notes et références

Notes et cartes

NotesCartes

Références

Site de l'InseeAutres sources Portail des communes de France Portail des Pyrénées Portail de l’Ariège

Article extrait de l'onglet Wikipédia Château de Lacombe. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Château de Lacombe”

Qualité
Localisation
Service
Prix