Description

Château de Lécluse

Château de Lécluse est situé dans la région de Auvergne-rhone-alpes. L'adresse exacte est Château de Lécluse, Neuilly-le-Réal, Allier, France.

La région Auvergne-rhone-alpes de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Auvergne-rhone-alpes (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Lécluse est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie

Communes limitrophes

Lécluse est presque complètement entourée de communes du département du Pas-de-Calais. Elle n'est reliée au reste du Nord que par Hamel.

Climat

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs.

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat complétée par des études régionales prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Cambrai-Épinoy », sur la commune d'Épinoy, mise en service en 1954 et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau,, où la température moyenne annuelle évolue de 10 °C pour la période 1971-2000 à 10,5 °C pour 1981-2010, puis à 10,9 °C pour 1991-2020.

Urbanisme

Typologie

Lécluse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee,,,. Elle appartient à l'unité urbaine de Lécluse, une agglomération inter-départementale regroupant 2 communes et 2 198 habitants en 2017, dont elle est ville-centre,.

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Douai, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire, qui regroupe 61 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants,.

Occupation des sols

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (59,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (59,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (59,8 %), zones urbanisées (14,8 %), zones humides intérieures (13,2 %), forêts (8,5 %), eaux continentales (3,7 %).

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui).

Histoire

Écluse au XIIe siècleEcluse Castrum au XIIIe siècle

Le village existait déjà à l'époque gallo-romaine car vers 1880, les travaux d'agrandissement d'une sucrerie ont mis au jour des vestiges d'habitations romaines.

Son implantation est due certainement à une légère hauteur de terrain entouré pour plus de la moitié d'eau, de tourbière et de la Sensée où un moulin à farine existait au XIIe siècle.

Les fortifications du village et du château fort furent améliorées au début du XIIe siècle par Robert 1er le Frison comte de Flandre.

À la fin du XVIe siècle le château était décrit comme ayant une stature très imposante. Il protégeait l'axe Douai - Bapaume. Il perdit de son importance quand Douai fut annexé par Louis XIV qui fit raser les remparts de Lécluse. Il ne reste aujourd'hui qu'une partie de la motte féodale ainsi qu'une petite partie des remparts.

Lécluse possédait une léproserie (leprosi de Sclusa en 1207). Elle fut transformée par la suite en hôpital, puis en bureau de bienfaisance.

Le village fut pendant quelques années un lieu de villégiatures pour Paul Verlaine, qui séjournait chez sa cousine Élisa Moncomble.

Héraldique

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Lors du premier tour des élections municipales le 15 mars 2020, quinze sièges sont à pourvoir ; on dénombre 984 inscrits, dont 686 votants (71,16 %), 12 votes blancs (1,75 %) et 658 suffrages exprimés (95,92 %). La liste Ensemble, préparons et vivons l'avenir menée par Rudy Dillies recueille 272 voix (41,34 %), la liste Continuons plus fort pour Lécluse menée par la maire sortante Nicole Descamps-Vottier 224 voix (34,04 %) et la liste Lécluse à l'horizon 2026 menée par l'ancienne maire Isabelle Lepoivre 152 voix (24,62 %). Aucun siège n'est pourvu à l'issue du premier tour,.

Liste des maires

Maire en 1802-1803 : Saudemont.

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006.

En 2019, la commune comptait 1 372 habitants, en augmentation de 0,66 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune.En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,9 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 683 hommes pour 692 femmes, soit un taux de 50,33 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Lieux et monuments

La pierre du Diable est un menhir de 3,05 m qui domine la vallée de la Sensée. Ce menhir mesurait à l'origine environ 5 m de hauteur, mais fut dynamité par les Allemands en 1918. Une gravure est présente, dessinant une silhouette que certains qualifient de nain, ou de gnome.Pierre de la maladrerieÉglise Saint-VaastLe monument aux morts, dont le sculpteur est Hippolyte Lefèbvre, est situé devant la mairie.La chapelle Notre-Dame-de-Lourdes et la chapelle Notre-Dame-de-Délivrance.

Personnalités liées à la commune

Ernest Cavro entomologistePaul Verlaine se rendit en à l'été 1862 et 1865 en vacances chez sa cousine Élisa-Léocadie Moncomble née à Fampoux le 8/12/1835 décédée le 16 février 1867 à Lécluse à l'âge de 31 ans, fille d'Augustin Moncomble (1798) et de Catherine Adélaïde Dehée (1803-1842). Elle est élevée par sa tante Élisa-Stéphanie-Julie-Joseph Stéphaine (1809-1886) épouse de Nicolas Auguste Verlaine (1798-1865). Élisa épouse Auguste Dujardin en 1858 et vient habiter à Lécluse où elle décédera en 1867. Sa tombe se situe à l’arrière de l'église près du chœur (coordonnées : 50°16'42"N 3°2'16"E).

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Liste des communes du Nord

Liens externes

Site de la mairieLécluse sur le site de l'Institut géographique national

Notes et références

Notes

Références

Portail du Nord-Pas-de-Calais Portail des communes de France

Article extrait de l'onglet Wikipédia Château de Lécluse. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Château de Lécluse”

Qualité
Localisation
Service
Prix