Service d'assistance téléphonique
Vous avez une question ? Avez-vous besoin d'informations ? Appelez maintenant notres service d'assistance chateauxdefrance.fr 24 heures
Joindre par téléphone avec Château de Vernée (également sur commune de Querré)
0893 02 02 07
Service 2,99€ + prix appel
 
Appeler et parler à un opérateur chateauxdefrance.fr pour avoir le numéro. Service de assistance téléphonique.

Description

Château de Vernée (également sur commune de Querré)

Château de Vernée (également sur commune de Querré) est situé dans la région de Pays-de-la-loire. L'adresse exacte est Château de Vernée (également sur commune de Querré), Champteussé-sur-Baconne, Maine-et-Loire, France.

La région Pays-de-la-loire de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Pays-de-la-loire (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Ploërmel (/plo.ɛʁ.mɛl/ ) est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Même si plusieurs monuments mégalithiques remarquables (allées couvertes et menhirs) témoignent de l'occupation du territoire communal à l'époque du néolithique final (3000 à 2300 av. J.-C.) et que différents indices d'occupation protohistorique et antique ont pu être relevés, le toponyme Plebs Arthmael, qui donnera Ploërmel, est attesté pour la première fois en 835 dans le cartulaire de Redon. À la fin du XIIe siècle, Ploërmel avec sa modeste châtellenie qui s'étend sur une dizaine de paroisses, est l'une des composantes de l'important domaine du duché de Bretagne, la seule alors du centre Bretagne. La ville va ensuite être honorée jusqu'au XVIe siècle de la présence des Ducs de Bretagne pour sa position stratégique. Au XVIe siècle, elle entre dans le domaine royal. Les Guerres de la Ligue sont à l’origine de la destruction du couvent des Carmes, reconstruit plus tard. Après la période révolutionnaire marquée par une série d’embuscades, Jean-Marie de La Mennais crée en 1824 l’Institut des Frères de l'Instruction chrétienne.

L'arrivée du chemin de fer en 1882 sort la ville de son isolement et contribue au développement des foires et des commerces. En 1904, les frères sont expulsés par l'armée. Occupée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, Ploërmel est bombardée le 12 juin 1944. La ville connaît un important développement économique et démographique à partir des années 1970, puisque sa population progresse de 61 % entre 1968 et 2013, notamment grâce à l'aménagement de la voie rapide Rennes-Lorient (RN 24) et une importante urbanisation. Le 1er janvier 2019, la commune absorbe la commune de Monterrein en prenant le statut administratif de commune nouvelle.

La ville possède un patrimoine architectural tant civil que religieux particulièrement riche. Si peu de parties des fortifications ont résisté aux différents conflits qui ont affecté la ville, certaines peuvent encore être observées sur l’enceinte nord de la ville, comme la tour des Thabor. De nombreux bâtiments anciens subsistent en centre-ville, comme l'hôtel des Ducs de Bretagne (1150), la maison des Marmousets (1586), la maison Bigarré (1669) ou l'hôtel du Crévy (aujourd’hui Café des Quatre Soldats) (XVIIe siècle). Sur le plan religieux, la ville présente la particularité d'avoir hébergé trois couvents, le couvent des Carmes, le couvent des Ursulines et le couvent des Carmélites (partiellement détruit dans un incendie en 2006). Enfin l'église Saint-Armel est le monument le plus emblématique et le plus important de Ploërmel. Il abrite le tombeau des ducs Jean II et Jean III de Bretagne.

Au nord du territoire communal se trouve l'étang au Duc, une étendue d’eau de 2,5 km2 d’intérêt naturel reconnu du fait de la présence de nombreuses plantes aquatiques et qu’il s'agit d’une étape migratoire pour l'avifaune. Un centre nautique ainsi qu'un circuit botanique dédié aux hortensias y ont été aménagés à proximité.

Géographie

Situation

Ploërmel est située au nord-est du Morbihan, à proximité du massif forestier de Paimpont, à 50 km au sud-ouest de Rennes, 35 km au nord-est de Vannes et 47 km au nord-ouest de Redon, approximativement au centre géographique de l'ancienne province de Bretagne.

Les communes limitrophes sont Loyat, Gourhel, Campénéac, Augan, Val d'Oust, Montertelot, Guillac et Taupont.

Superficie

La superficie géographique de la commune de Ploërmel, issue de la BD Topo, est de 58,44 km2 (51,07 km2 pour la commune historique et 7,07 pour la commune déléguée). Elle est légèrement différente de la superficie cadastrale définie par l'Insee, qui s'établit à 57,8 km2 (50,81 km2 pour la commune historique, et 7,0 pour la commune déléguée). Cette différence s'explique par le fait que la surface cadastrale comprend « toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré, ainsi que des estuaires ». Dans le cas de Ploërmel, le lac au Duc, situé au nord-ouest du territoire communal, d'une superficie d'environ 250 ha et se partageant entre les communes de Ploërmel, Loyat et Taupont, n'est dès lors pas pris en compte dans le décompte de la superficie cadastrale.

Relief et paysages

Un atlas des paysages du Morbihan a été réalisé entre 2008 et 2011 par les services de l'État, le Conseil régional de Bretagne, le Conseil général du Morbihan et le conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement du Morbihan. Quatre grandes entités paysagères sont définies : le plateau de Pontivy-Loudéac, l’ensemble le plus vaste, qui occupe une grande moitié nord du territoire et dont fait partie la commune de Ploërmel, les reliefs des landes de Lanvaux, les vallées naviguées et le massif de Brocéliande,.

Le plateau de Pontivy-Loudéac présente un relief peu marqué, mais animé par les réseaux de petites vallées qui l’innervent en surface : l'Yvel, l'Ével, leurs affluents et ceux de l'Oust. Ainsi, le sol n’est jamais complètement plat et donne une ambiance générale de plateau ondulé dans lesquels s'inscrit l'ensemble du territoire de Ploërmel. Sur le plan topographique, les pentes des différents vallons de la commune sont plutôt douces avec un plateau qui s'élève progressivement vers l'est. Cette topographie confère un paysage remarquable sur le site des Rochers de la Ville Bouquet.

Le point le plus bas se situe à la confluence du Ninian et du Canal de Nantes à Brest, au sud-ouest de la commune, avec une altitude de 25 m NGF. Le point culminant de la commune historique se situe au lieu-dit du Moulin de la Chapelle, à 105 m NGF, celui de la commune déléguée Monterrein est à 123 m NGF, au droit du Moulin de la Haute-Touche.

Cadre géologique

Au point de vue géologique, la région de Ploërmel se situe au cœur du domaine centre armoricain, dans la partie médiane du Massif armoricain qui est un socle ouest-européen de faible altitude (maximum 400 m), caractérisé par des surfaces d'aplanissement et qui résulte d'une histoire complexe composée de trois orogenèses : icartienne (Paléoprotérozoïque, ca. 2,2-1,8 Ga), cadomienne (Édiacarien 750-540 Ma) et surtout varisque (ou hercynienne, au Dévonien-Carbonifère, 420-300 Ma). La structure de la région ploërmelaise est ainsi principalement façonnée par l'orogenèse varisque.

Ploërmel est située dans un vaste bassin sédimentaire briovérien au relief peu marqué. Dans ce bassin, les sédiments issus de l'érosion de la chaîne cadomienne se sont accumulés sur plus de 15 000 m d'épaisseur. Le métamorphisme et le plissement de ces sédiments qui font partie de l'ensemble du « Briovérien de Bretagne centrale », les a transformés en roches métasédimentaires du Néoprotérozoïque-Cambrien composées de schistes, et poudingues de Gourin. Le paléozoïque est marqué par la transgression de la mer ordovicienne qui atteint le sud et l'est du territoire ploërmelais, formant une grande unité sédimentaire qui a été déformée par des plissements lors de l'orogenèse varisque, unité appelée le synclinorium de Martigné-Ferchaud (connu régionalement sous le nom aujourd'hui désuet des « synclinaux du sud de Rennes »).

Les fonds des vallées sont recouverts de roches sédimentaires du Quaternaire : les alluvions fluviatiles récentes.

Entre 2003 et 2005, la Société géologique et minéralogique de Bretagne (SGMB) en collaboration avec le Conseil régional de Bretagne, a dressé un inventaire des sites géologiques patrimoniaux ayant des besoins de préservation ou de protection. Parmi la trentaine de sites faisant partie de cet inventaire des sites géologiques remarquables, figure le site des Rochers de la Ville-Bouquet et leurs abords, localisé au sud-ouest de la commune, à la confluence entre l'Yvel et le Ninian. Ce site date du Protérozoïque briovérien et est composé de conglomérat de Gourin et de grès. L'érosion a dégagé le conglomérat des sédiments silteux plus tendres, réalisant un alignement de gros blocs orientés est-ouest, tout à fait spectaculaire,,.

Les principaux aspects de la géologie du sud-ouest de Rennes peuvent être abordés au cours de promenades géologiques qui permettent d'observer sur un espace réduit du territoire ploërmelais, des roches d'âge et de nature différents, des structures géologiques (cisaillement, faille, pli, schistosité) témoins de phénomènes géologiques d'ampleur (magmatisme, tectogenèse, métamorphisme, érosion…).

Hydrographie

La totalité du territoire de la commune de Ploërmel est incluse dans le bassin versant de l'Oust, cours d'eau qui constitue d'ailleurs sur une petite longueur la limite séparative de la commune avec Val d'Oust. La longueur totale du réseau hydrographique irriguant la commune est établie par le BRGM à 39,81 km (39,75 km pour la commune historique et 5,76 km pour la commune déléguée). Les deux principaux sous-bassins versants de la commune sont le bassin versant du Ninian, en limite sud-ouest, avec ses affluents (le ruisseau des Vieux Prés, le ruisseau de Malville et le ruisseau du Pont Aubert qui tient aussi lieu de limite communale) et le bassin versant du ruisseau de l'Yvel, qui délimite le nord-ouest de la commune.

L'Yvel, d’une longueur de 58,3 km, prend sa source sur le département d'Ille-et-Vilaine, et traverse la commune du nord vers le sud sur une longueur d'environ 3,5 km. Il alimente l'étang au Duc puis longe la limite communale ouest et rejoint le Ninian au droit du Rocher de la Ville Bouquet. Le régime de l’Yvel est pluvio-océanique, avec un débit maximum en hiver. Le débit moyen sur l’Yvel est de 2,1 m3/s et connaît des variations saisonnières avec un maximum de 5,5 m3/s atteint en janvier et un minimum de 0,01 m3/s en août. Toutefois les valeurs maximales connues de l’Yvel sont bien supérieures au débit moyen : 76,3 m3/s de débit instantané maximal le 5 janvier 2001 - 3,03 m de hauteur maximale instantanée le 5 janvier 2001, 57,6 m3/s de débit journalier maximal le 6 janvier 2001,. Sur le plan piscicole, l'Yvel est classé en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche). Le principal affluent de l'Yvel est le ruisseau du moulin du Miny qui prend sa source au droit du hameau La Ville Péro sur la commune de Campénéac et se jette, après environ 7 km, dans l'étang au Duc, alimentent, sur son passage, trois grands plans d'eau.

Le Ninian, d’une longueur de 59,63 km, prend sa source au hameau de la Sauvegarde dans le département des Côtes-d'Armor sur les landes du Mené. Il longe la limite sud-ouest de la commune et conflue ensuite avec l'Oust, appelé plus en amont le canal de Nantes à Brest. Comme l'Yvel, le Ninan est classé en deuxième catégorie piscicole. Le principal affluent du Ninian est le ruisseau de Malville qui prend sa source sur la commune de Ploërmel, entre les hameaux de Saint-Jean-de-Villenard et La Couardière. Il longe la RN 24, reçoit son principal affluent en rive gauche, le ruisseau de Cô (qui prend sa source au droit des carrières de Cô, les anciennes ardoisières de la commune), puis se jette dans le ruisseau du Ninian au droit du Châtelet de Bézon après avoir traversé un étang. Il reçoit les rejets de la station d'épuration de la ville de Ploërmel.

En limite communale sud, le ruisseau des Vieux Près prend sa source dans un étang situé entre les hameaux du Hino et de Montaigu et se jette dans l'étang au Duc après un parcours de 2,3 km. Juste en amont de sa confluence, deux bassins sont implantés de chaque côté de son cours d'eau.

Climat

Ploërmel, étant situé au bord de la façade Atlantique, est soumis à un climat de type tempéré océanique doux et humide. Sa situation l’expose aux vents d’Ouest qui peuvent engendrer une augmentation de la pluviométrie en véhiculant les précipitations océaniques autour des petits éléments de reliefs présents. La période estivale peut faire l’objet d’un déficit hydrologique sur l’est du département et donc sur Ploërmel variant fortement d’une année sur l’autre. Généralement, les températures et les précipitations se répartissent toutefois de manière relativement homogène tout au long de l’année, grâce au climat tempéré océanique.

Le SCoT du pays de Ploërmel Cœur de Bretagne mentionne que la station météorologique qui fait référence est celle de Rennes. Bien que située en Ille-et-Vilaine, cette station est géographiquement plus proche de Ploërmel qu’une des stations du Morbihan, Lorient. De plus, la situation continentale de la commune se rapproche également plus du contexte climatique de Rennes, agglomération de l’intérieur des terres, que de Lorient ou de Vannes, agglomérations largement influencées par l’océan. Des écarts plutôt modérés sont ainsi constatés tout au long de l’année. Les températures mensuelles moyennes minimales en hiver sont supérieures à zéro alors que les moyennes mensuelles maximales en été sont proches de 25 °C. Les records connus de minima et de maxima mesurés sur le territoire du SCoT sont de −14,5 °C à Ploërmel en février 1986 et de 41 °C à Guer en août 2003. Les précipitations sont moyennement abondantes (750 mm par an en moyenne). Elles sont globalement bien réparties sur toute l'année ; toutefois une hausse de ces précipitations est constatée entre octobre et janvier (≥ 70 mm/mois), ainsi qu'un pic durant le mois de mai. Le reste de l’année, les précipitations varient entre 50 et 70 mm/mois avec un seul mois d’été plus sec (~ 40 mm en août).

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1951 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Milieux naturels et biodiversité

Le lac au Duc, zone nationale d'intérêt écologique, faunistique et floristique

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Ploërmel comprend une ZNIEFF : le « lac au Duc », au nord-ouest du territoire communal. Il s'agit d'une ZNIEFF de type 1, à savoir un secteur de grand intérêt biologique ou écologique, de 254 hectares de superficie. Cette zone s'étend sur trois communes (Ploërmel, Loyat et Taupont). Les berges de cet étang présentent un intérêt floristique indéniable, avec en particulier la présence de nombreuses plantes amphibies comme le coleanthe subtile, la littorelle à une fleur, la gratiole officinale, le souchet brun ou la limoselle aquatique. La loutre y a été observée en 2000. Par ailleurs l'étang constitue une étape migratoire importante pour l'avifaune. De nombreux anatidés, laridés et rapaces fréquentent le site à différentes étapes de leur cycle de vie (nidification, migration, hivernage).

Depuis 2000, un circuit botanique consacré aux hortensias et dénommé « circuit des hortensias » et localisé en bordure du lac est ouvert au public. Il est agréé par le Conservatoire national des collections végétales spécialisées depuis 2003. Sur une boucle de plus de 3 km, le visiteur peut observer de juin à octobre 5 500 Hydrangeas et 550 variétés,.

Le lac au Duc Zones humides

Un inventaire exhaustif des zones humides et des cours d'eau a été réalisé sur la commune en 2005 et 2006. L'ensemble des zones humides occupe 490 ha sur la commune. En dehors des plans d'eau, 386 ha de zones humides « terrestre » ont été retenues dans l'inventaire, soit 7,5 % du territoire. Avec les plans d'eau cela représente presque 10 % du territoire. Différentes typologies de zones humides ont été observées sur la commune : plans d'eau, prairies humides eutrophes, prairies à jonc diffus, prairies à jonc acutiflorc, pâtures à grands joncs, forêts riveraines, forêts et fourrés humides, formations riveraines de saules, forêt de frênes ou d'aulnes, cultures, plantation de peupliers à strate herbacée élevée.

Bois, bocage et landes

Plus de 540 ha de zones boisées sont recensées sur la commune, soit plus de 10 % de la superficie communale. Les bois sont répartis sur toute la commune en petits éléments distincts (40 à 50 ha d'un seul tenant maximum). Cette dispersion de nombreuses petites zones boisées est une des caractéristiques principales de la commune. Les bois sont principalement situés sur les coteaux des vallons marqués et sur certaines crêtes.

Les haies bocagères sont peu nombreuses dans l'espace agricole. De grands secteurs sont exempts de haies. C'est près des hameaux qu'elles sont souvent le mieux conservées.

II n'existe pas de zone de lande très étendue sur la commune. Ce sont davantage des fourrés (ajonc, ronces, genêt) et des friches rudérales que l'on observe. Cette végétation est transitoire et marque l'abandon des pratiques agricoles sur les parcelles les moins favorables (zones humides, sol peu épais, etc.). Ces friches ont le plus souvent été incluses aux zones boisées adjacentes. Une zone de lande est présente au nord ouest de la Halnaudais. On y trouve une mosaïque de lande méso hygrophile à Erica ciliaris, de bruyère ciliée et Ulex minor, d'ajonc nain et de lande sèche à Erica cinerea, la bruyère cendrée, et la callune. L'enfrichement par Ulex europaeus, l'ajonc d'Europe, et Molinia caerulea, la molinie bleue, entraîne une fermeture du milieu et un appauvrissement floristique important. Cette zone joue, de plus, un rôle de refuge et de reproduction important.

Autres espaces verts

En 1992, la ville obtient sa première fleur au Concours des villes et villages fleuris. La seconde est attribuée en 1997, et la troisième en 2009. Plusieurs arbres remarquables (séquoia, chêne rouge d'Amérique…) existent dans le parc du lycée la Mennais.

Urbanisme

Zonages d'études

Selon les zonages d'études définis par l'Insee, Ploërmel appartient à l'unité urbaine de Ploërmel (code 56216), à l'aire urbaine de Ploërmel (code 349), à la zone d'emploi de Ploërmel (code 5316) et au bassin de vie de Ploërmel (code 56165). L'unité urbaine de Ploërmel étant composée d'une seule commune, celle-ci est considérée comme une ville isolée.

Organisation territoriale et urbaine

Malgré la cohérence urbaine de la zone agglomérée, la ville de Ploërmel se caractérise par un étalement urbain récent important notamment sur sa frange est. Si le bourg regroupe tout de même 70 % de la population communale, environ 110 hameaux, lieux-dits et fermes et un village (Saint-Jean-de-Villenard) ont été recensés sur la commune historique, auxquels il convient d'ajouter les hameaux de la commune déléguée qui présente également un habitat dispersé. De nombreux hameaux comptent plus de 100 habitants, comme les hameaux de Bézon, Malville, la Ville au Vy, le Roc Brien, la Couardière... Le seul village présent sur le territoire de la commune historique est celui de Saint-Jean de Villenard.

Concernant les perspectives d'urbanisation, le diagnostic réalisé en 2010 dans le cadre de l'élaboration du plan local d'urbanisme (PLU) de la commune historique, a mis en évidence une sous-densification notable de l'habitat sur l'ensemble du territoire communal au regard des moyennes départementales et un potentiel d'urbanisation très important. Il existerait ainsi à cette date une capacité théorique d'urbanisation de 1 100 à 1 500 logements a minima, du fait du potentiel d'extension en dents creuses et en extension très important dans les 29 hameaux inventoriés, à Saint-Jean de Villenard, mais aussi dans l'enveloppe urbaine de Ploërmel.

L’État, la région Bretagne, l’Établissement public foncier Bretagne et la Caisse des Dépôts ont lancé en 2016 un appel à projets visant à réinventer les villes et bourgs de Bretagne. Le projet « Ploërmel 2035 » fait partie des 60 projets retenus. Du diagnostic réalisé par l'équipe projet, il ressort qu'aujourd’hui trois cercles concentriques dessinent Ploërmel avec un cœur historique, une délimitation un peu plus large englobant les faubourgs et la Ville puis son enveloppe urbaine intra-rocade. Sur ce socle, le centre historique représente une assise partagée par l’ensemble des acteurs, sentiment nuancé pour le centre-ville actuel, aux contours mal identifiés, plus encore dans sa partie sud (la Mairie). Sur ce constat, le projet prévoit différentes actions visant à aménager un grand centre-ville animé et attractif à l'horizon 2035.

Au-delà de l’aménagement du centre-ville, le projet majeur des années 2010-2020 est le projet de ZAC de la Noë verte qui porte sur la réalisation d’un programme prévisionnel de construction de 280 à 300 logements, dont 70 à 90 logements sous des formes collectives. Le territoire aménagé s’étend sur un périmètre de 15 ha environ situé entre la RD 766E au nord et la rue des Thabords au Sud, la rue du Fresno à l’est et à proximité de la rue Val à l’ouest. Envisagé dès 2012, le projet d’aménagement des voies de desserte est présenté aux riverains en 2017, avant le début de ces travaux en juin 2017. La première phase de commercialisation est lancée en 2019. À l'horizon 2020-2021, un nouveau groupe scolaire doit être construit dans ce quartier.

Habitat et logement

L'habitat s'est développé depuis les années 1980 notamment dans le centre-ville de Ploërmel sous forme de lotissements mais aussi de quelques opérations d'habitat collectif. La plupart des hameaux a connu un développement depuis cette même période avec l'implantation de pavillons en linéaire des voies existantes. Dans le village de Saint-Jean de Villenard et les hameaux, l'habitat ancien est particulièrement typé. Le matériau unique est le schiste en moellons irréguliers en raison de la présence de carrières de schiste ardoisiers au lieu-dit Carrières de Cô. La toiture traditionnelle est à coyau en ardoises. Cette image patrimoniale a su être conservée dans certains hameaux tels que Roc Brien, Saint Maur.

Le tableau ci-dessous présente la répartition en catégories et types de logements à Ploërmel en 2015 en comparaison avec celles du Morbihan et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi la très faible proportion des résidences secondaires et logements occasionnels (3,3 %) par rapport au département (17,9 %) et la France entière (9,5 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 62,1 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (62,6 % en 2010), contre 67,6 % pour le Morbihan et 57,6 pour la France entière.

Voies de communication et transports

Infrastructures routières

Ploërmel est traversée par deux axes routiers structurants à l'échelle de la Bretagne, calibrés en 2 x 2 voies : la RN 24, reliant Rennes à Lorient et traversant la commune d'est en ouest, et un axe nord-sud constitué de la RN166 au sud, reliant la commune à Vannes en direction du sud-ouest, et de la RD 766 au nord. La route nationale 24 (RN 24) a fait l'objet d'un aménagement intégral en voie express jusqu'aux portes de Rennes achevé en 1994 : la section Ploërmel-Josselin est réalisée entre 1973 et 1985, la déviation de Ploërmel est effectuée en 1987,. En 2012 le trafic supporté par cette route était de 18 500 v/j à l'entrée ouest de Ploërmel, de 29 400 v/j dans la traversée de la ville et de 22 400 v/j à l'est. La route nationale 166 (RN 166), créée en 1824, est déclassée au nord de la ville le 1er février 1973 et devient la RD 766. L’amélioration du fonctionnement de l’échangeur de Saint-Antoine (RN24/RN166) à Ploërmel, un projet initialement inscrit au CPER 2000-2006, est prévu au contrat de plan État-région 2015-2020,,.

Les temps de parcours enregistrés pour les liaisons de la commune avec les pôles principaux sont les suivants : 55 min pour Ploërmel-Rennes, 40 min pour Ploërmel-Vannes, 1 h pour Ploërmel-Lorient, 30 min pour Ploërmel-Saint-Méen-le-Grand.

Transports en commun

Deux lignes structurantes de transport en commun par autocar du réseau régional BreizhGo desservent la commune : la ligne régionale interdépartementale Rennes-Pontivy qui dessert Guer, Ploërmel et Josselin et la ligne régionale BreizhGo morbihannaise no 4, liant Ploërmel à Vannes.

Par ailleurs la communauté de communes Ploërmel Communauté a mis en service le 1er septembre 2018 un nouveau service de transports de commun local par autocar, le Réseau intercommunal de voyage (RIV), desservant neuf communes, dont Ploërmel. Avec un transport tarifé à un euro symbolique, l'établissement souhaite faciliter la mobilité sur son territoire. Le dispositif comprend également la mise à disposition des usagers de services de location de vélos électriques ou de voitures, ainsi que la possibilité de covoiturage. Mis en service à titre expérimental, un bilan sera fait après un an d’exploitation,.

La commune n’est par contre pas directement desservie par une ligne voyageurs SNCF. La gare de Ploërmel, qui a été en service de 1881 à 1991 est, depuis 2002, située sur la voie verte Mauron Questembert qui doit relier Saint-Malo à Arzal. Deux axes ferrés majeurs bretons encadrent toutefois au large la commune : au nord, la ligne de Paris à Brest et, à l'est et au sud, la ligne entre Rennes et Quimper, via Redon et Vannes. Les gares de Redon, Questembert et Montauban de Bretagne offrent des liaisons (TER et TGV) vers les principales polarités régionales.

Dans le domaine du transport aérien, la commune est desservie par l'aérodrome de Ploërmel - Loyat, situé 8 km au nord-nord-est de Ploërmel, sur la commune de Loyat. Il s'agit d'un aérodrome civil, ouvert à la circulation aérienne publique (CAP) et utilisé pour la pratique d'activités de loisirs et de tourisme (aviation légère).

Risques naturels et technologiques

La commune de Ploërmel est vulnérable à différents aléas naturels : inondations (par débordement du Ninian ou de l'Yvel), climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique (sismicité faible). Elle est également exposée à deux risques technologiques : le transport de matières dangereuses et le risque de rupture de barrage.

Entre 1999 et 2018, dix arrêtés ministériels portant ou ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune de Ploërmel dont neuf pour des inondations et coulée de boue et un pour tempête.

Les cours d'eau le Ninian et l'Yvel, sont susceptibles de déborder en cas de fortes intempéries et d'affecter la partie sud-ouest du territoire communal. Les zones inondables ont été répertoriées dans l'atlas départemental des zones inondables élaboré en 1995. Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été prescrit le 11 mai 2001 pour l'ensemble du bassin de l'Oust (dont le Ninian et l'Yvel sont des affluents), concernant 26 communes (lors de son approbation, dont Ploërmel) et approuvé le 16 juin 2004,. L'ensemble des prescriptions définies dans le PPRI s'impose au plan local d'urbanisme de la commune.

Si l'ensemble du département est en zone de sismicité faible, le BRGM a néanmoins recensé deux épicentres de séismes sur la commune. Le premier est localisé à proximité du lieu-dit La Touche et correspond à l'épicentre du séisme du 8 novembre 1965 d'intensité 5, c'est-à-dire un séisme avec de fortes secousses. Le second se situe à proximité de la zone agglomérée et correspond au séisme du 1er janvier 1749. Son intensité n'est pas précisée.

Dans le domaine des risques technologiques, la commune est concernée par le transport de matières dangereuses, en raison du passage sur la commune d'itinéraires structurants supportant un fort trafic (la RN 24, la RN 166 et la RD 766) et de la présence de canalisations de gaz haute pression dans son sous-sol. Elle est aussi concernée par le risque de rupture de barrage du fait de la présence de la retenue de l'étang au Duc, classée en catégorie C,,. En cas de rupture de cette digue, les terres en aval seraient inondées.

Un plan communal de sauvegarde a été élaboré par la commune et publié en février 2014. Il établit le diagnostic des risques et définit l'organisation prévue pour assurer l'alerte, l'information, la protection et le soutien de la population en cas de crise liée à un événement majeur.

Qualité de l’environnement

L'urbanisation du territoire et les activités humaines ont un impact sur l'environnement et contribuent à la dégradation de la qualité des eaux, des sols, de l'air ou génèrent des nuisances comme le bruit. Différentes mesures de planification, de prévention ou de protection permettent de limiter cet impact ou d'améliorer la qualité de l'environnement.

Eau

En France, la gestion de l’eau, soumise à une législation nationale et à des directives européennes, se décline par bassin hydrographique. Ploërmel est située dans le bassin Loire-Bretagne. Chaque bassin élabore un document de planification dans le domaine de l’eau, le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage), faisant un état des lieux et visant à atteindre un objectif de qualité des eaux à un horizon donné en mettant en place certaines mesures. Depuis 2000, la directive européenne cadre sur l’eau (DCE) impose de parvenir au bon état écologique. 42 % des masses d’eau du Morbihan sont en bon état, l'objectif est d'atteindre 76 % en 2021. Dans le secteur de Ploërmel, l’état écologique des masses d’eau superficielles (étang au Duc et cours d’eau) était en 2013 moyen et l’état chimique des masses d’eau souterraines était médiocre.

Pour atteindre le bon état, des actions doivent être mises en œuvre à niveau de planification plus restreint que le Sdage, à savoir le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE), fondé sur une unité de territoire où s’imposent une solidarité physique et humaine (bassins versants, nappes souterraines, estuaires…). La commune est dans le périmètre du SAGE Vilaine, couvrant six départements et 534 communes, prescrit en 1995 et approuvé en 2003, puis révisé en 2015.

Le programme de mesures 2016-2021 vise à atteindre les objectifs assignés à l’horizon 2021.

Sols

Concernant les sols, le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) met à disposition du public la base de données BASOL sur les sites et sols pollués (ou potentiellement pollués) appelant une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif. Sur le territoire de la commune de Ploërmel, un site est répertorié, celui de la société Aciéries API. Cette société a été autorisée à exploiter une fonderie en 1971, puis a cessé partiellement son activité en juillet 2014. Les zones déclassées ont fait l'objet de dépôts de sables de fonderie, laissés en place, autorisés par arrêté préfectoral du 22 octobre 1997.

Bruit

À Ploërmel, comme dans toutes les communes françaises, les dispositions de la loi du 31 décembre 1992 relative à la lutte contre le bruit sont susceptibles de s'appliquer. En effet, certaines infrastructures de transports doivent être classées suivant leur impact sonore. Il s'agit des routes supportant plus de 5 000 véhicules/jour au moment du classement ainsi que les projets routiers pour lesquels les prévisions de trafic à la mise en service sont également supérieures à 5 000 Véh/j, mais aussi les voies ferrées supportant plus de 50 trains par jour. L’arrêté du 4 mai 2018 précise les routes concernées et les prescriptions imposées. Il s’agit des RN 24 et 166, des RD 724 et 766E et de la voie communale Boulevard des Trente.

Toponymie

Le toponyme Ploërmel serait issu, selon la plupart des auteurs, du préfixe ploe-, dérivé du latin plebs, suivi de la forme contractée de l'hagionyme Arthmaël,.

La plebs fait son apparition dans les textes bretons au IXe siècle. Environ cent soixante communes portent actuellement un nom composé du préfixe ploe-.Arthur de La Borderie, historiographe breton qui fut l'un des premiers à étudier la plebs ou plou, la définit comme une structure clanique, constituant la première forme d’organisation civile des émigrés insulaires sur la péninsule armoricaine, avant de servir de socle au maillage paroissial. Mais cette thèse est contredite Joseph Loth, linguiste et historien français qui s'est particulièrement intéressé aux langues celtiques, dont le breton, pour qui la plou était une structure religieuse et non civile, mise en place par des moines missionnaires bretons. Son élève, René Largillière, développa cette idée en 1925 en étudiant les noms de lieux formés à partir du préfixe ploe- dans l’archidiaconé de Plougastel. Prenant comme exemple Ploërmel, il établit que ces toponymes contiennent tous comme second élément un nom d’homme et plus précisément un hagionyme, souvent titulaire de l’église, qu’il faudrait par conséquent identifier au fondateur de la plou : Ploërmel (plebs Arthmaël) serait la plebs fondée par le saint Armel, honoré à l'église. Il en conclut que les plous ont été établies par des saints bretons, véritables pionniers dans un pays vierge, qui auraient organisé le culte d’une population déjà christianisée, mais flottante. Ainsi, la plou se définirait comme le rassemblement d'une communauté de fidèles autour de son desservant,.

De nombreuses communes de Bretagne ont été nommées en l'honneur de saint Armel, comme Plouarzel, Saint-Armel, Ergué-Armel et Plouharnel. Ce personnage, dont on ignore tout, serait originaire du pays de Galles et aurait fréquenté la cour du roi Childebert Ier avant de s'établir à Ploërmel puis à Saint-Armel, dans le diocèse de Rennes, où il serait décédé en 552.

Le cartulaire de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon constitue la principale source documentant la structure plebs. Le mot est en effet mentionné près de cent soixante-dix fois à l'intérieur des deux cent quatre-vingt-un actes antérieurs au XIe siècle que comptait ce manuscrit.Plebs Arthmael apparaît ainsi dans le Cartulaire de Redon en 835 puis Plebe Arthmael en 858et en 859. Dans une chronique datant de 1175, rapportée par Robert de Torigni dans un ouvrage publié par Léopold Lelisle en 1872, la paroisse apparaît sous le nom de Ploasmel dans un texte relatant le fait que Geoffroy, duc de Bretagne, s’empare alors des places qu’Eudon avait dans son dominium depuis le déclenchement de la révolte, à savoir Vannes, Ploërmel, Auray et à moitié de la Cornouailles.

KerOfis, la base de données du service Patrimoine linguistique et signalisation de l'Office public de la langue bretonne, recense diverses autres formes anciennes du toponyme (Plormel, Ploismel, Plosmel, Plormel, Ploarmel, Ploermel) jusqu'à la fixation du toponyme à la fin du XVe siècle.

Histoire

Préhistoire

Plusieurs monuments mégalithiques remarquables attestent de l'occupation du territoire communal à l'époque du néolithique (de 5 000 à 3 000 ans av. J.-C.). Il s'agit des allées couvertes de la Ville-Bouquet au sud-ouest du territoire communal et du Hino au nord-est, d’un dolmen qui se situe près du hameau de Bezon et de deux menhirs situés sur le territoire de la commune déléguée de Monterrein, les menhirs de Maison-Neuve et de Piprais.

Cette période de la préhistoire se caractérise par les développements de l’agriculture (élevage, cultures) induisant la sédentarisation, de l’utilisation de la pierre polie, de la céramique et du mégalithisme (particulièrement dans la région). Selon une étude archéologique pluridisciplinaire exécutée en 1989, les hommes du néolithique récent édifient en forêt de Paimpont et dans ses abords l'Hotié de Viviane (dit le tombeau des Druides) et le jardin aux Moines en milieu semi-boisé, à l'écart de toute zone d'activité, et parallèlement les allées couvertes de la Ville-Bouquet et du Hino sont construites dans un milieu très ouvert, où règne une immense activité agricole (pâturages, cultures céréalières),.

Protohistoire et Antiquité

La période de l'âge du bronze (de 3 000 à 1 000 ans av. J.-C.), caractérisée par un usage important de la métallurgie du bronze utilisé pour les armes, mais aussi dans les outils et les bijoux, se manifeste à Ploërmel sous la forme d'artefacts, notamment des haches à douilles. Aucun monument n'a toutefois été répertorié à ce jour.

Différents indices d'occupation antique ont pu être relevés. L'aménagement de la déviation du camp de Coëtquidan (RN 24) en 1992 a ainsi mis en évidence dans l'environnement immédiat du site de Saint-Jean, à l'est du bourg, la présence d'un vaste gisement gallo-romain à forte densité de tegulae occupant le sommet d'une colline vers le lieu-dit « Trégu ». En outre, la prospection au sol a montré la présence de fragments de tegulae, sur le tracé même, à l'est du site de Saint-Jean.

Plus récemment, un diagnostic d'archéologie préventive a été réalisé en 2009 aux abords de la zone industrielle de la Lande du Moulin, au vu de la présence de réseaux fossoyés et /ou de système d'enclos repérées par avion. Deux occupations ont pu être datées. La première concerne un enclos vraisemblablement quadrangulaire, se rattachant à la période gallo-romaine. La seconde concerne un long fossé curviligne que l'on peut attribuer à la fin du second Âge du fer. Un troisième fossé, à angle ouvert arrondi, pourrait être de cette même période. Par ailleurs, les traces d'une activité métallurgique ont été repérées, sans qu'il ait été possible de la dater précisément. Cependant, vu la nature des vestiges et la faible densité de scorie récoltée, cette activité est attribuée à la période gauloise.

Moyen Âge

Ploërmel, ville ducale

À la fin du XIIe siècle, Ploërmel avec sa modeste châtellenie qui s'étend sur une dizaine de paroisses, est l'une des composantes de l'important domaine du duché de Bretagne, la seule alors du centre Bretagne. Mais les historiens ne sont pas d'accord sur les origines de ce rattachement. Pour certains, Ploërmel aurait d'abord appartenu à la vaste seigneurie du Porhoët, et ce dès au moins le XIe siècle. Puis, dans les années 1160, la ville aurait été saisie par le roi d'Angleterre, Henri II, qui l'aurait alors annexée au domaine ducal. Quelques années plus tard, en 1169, le fils du monarque, Geoffroy II, s'y fait d'ailleurs couronner duc de Bretagne. Pour d'autres, retenant cette même première origine du XIe siècle, le rattachement aurait eu lieu à la mort du duc Conan III en 1148, par le vicomte de Porhoët qui avait épousé Berthe, la fille du duc. Pour d'autres enfin, Ploërmel aurait appartenu au duché avant même ces différents épisodes, car il est dit dans un acte instrumenté par Conan III, entre 1116 et 1148, que les habitants de Ploërmel dépendent directement de lui, une position qui semble prévaloir actuellement.

Jean Ier de Bretagne tient son parlement général à Ploërmel en 1240 et son fils, Jean II, y établit un couvent des Carmes en 1272, l'un des premiers en France. C'est dans cet établissement que sa dépouille est enterrée en 1305 et que le cœur de son fils, Arthur II, est déposé en 1312. Jean II également, en 1341, y est inhumé. Pendant la Guerre de Succession de Bretagne, qui dure de 1341 à 1364, la ville se range du côté de Jean de Montfort et fait l'objet de deux sièges, en 1342 et 1346. Elle est d'abord prise par Charles de Blois, puis défendue par Arnoul d'Audrehem elle est enlevée par le roi d'Angleterre, et reste ensuite pendant longtemps au pouvoir des Anglais. Pendant cette période, a lieu le fameux Combat des Trente qui se déroule le 26 mars 1351 au lieu-dit le Chêne de Mi-voie, à mi-chemin entre Ploërmel et Josselin. Les réunions des États de Bretagne n'avaient pas de lieu fixe et ont été tenues à plusieurs reprises à Ploërmel. D'après un document de la D.R.A.C. (Direction régionale des Affaires culturelles), de provenance inconnue, les états de Bretagne siégèrent au moins treize fois à Ploërmel, en 1240, 1309, 1315, 1394, 1408, 1411, 1428, 1442, 1498, 1521, 1523, 1580, 1587 et 1606. En 1240, le duc de Bretagne ordonne l’expulsion de tous les juifs du duché dans une ordonnance signée à Ploërmel. Par ailleurs, de 1348 à 1350, la ville subit, comme presque toute l'Europe, les ravages de la peste noire.

Après une période d'accalmie, Ploërmel se retrouve à nouveau au cœur des conflits qui traversent le duché. En 1487, l'armée française l'assiège, s'en empare et la pille. La ville est reprise l'année suivante mais ne disposant pas d'assez de soldats pour la garder, le duc ordonne d'abattre une partie de ses murailles pour empêcher l'ennemi de s'y établir.

Époque moderne

XVIe siècle : la Renaissance

Devenue ville royale, Ploërmel demeure chef-lieu de l'une des plus vastes sénéchaussées de l'ancien duché. Le roi s'y rend en visite en 1564. Un synode provincial réformé s'y tient en février 1565. Le rapport de ce synode nous renseigne sur un calvinisme breton à son apogée : 23 communautés, y compris deux Églises dites « domestiques », car entièrement financées par les seigneurs du lieu, François d’Andelot et Charles du Quélennec (Pont-l'Abbé). Après le massacre de la Saint-Barthélemy, les troubles religieux qui avaient jusqu'alors épargné la Bretagne vont s'aggraver. Les Réformés prévoyant d'organiser un synode pour Pâques 1581 dans la ville sont obligés de l'annuler par suite de l'opposition des habitants.

Sur le plan de l'organisation judiciaire, la Barre de Ploërmel était autrefois la première et la plus considérable de Bretagne. Le roi Henry II l'érige même en présidial en 1551, avec les mêmes pouvoirs que les présidiaux de Rennes, de Nantes, de Vannes et de Quimper. Mais cette haute magistrature n’eut à Ploërmel qu’une existence éphémère, ce présidial est rattaché à celui de Vannes par édit royal du 10 août 1552. Il en est de même de la grande Maîtrise des eaux et forêts, établie à Ploërmel en 1555, et transférée ensuite à Hennebont.

XVIIe et XVIIIe siècles

Ploërmel conserve au XVIIIe siècle, sa structure de petite ville moyenâgeuse avec un centre ceinturé de murailles et des faubourgs en étoile, autour desquels ont trouvé place les enclos des monastères. Il n'y a pas de quartier neuf ayant pu attirer la bourgeoisie aisée et la structure sociale correspond à la structure topographique où le centre gravitant autour de l'église et des halles reste pour tous un lieu privilégié. Une étude réalisée en 1964 permet de mieux connaître la vie économique et sociale à Ploërmel avant la Révolution. La noblesse résidant dans le bourg est peu nombreuse et son influence s'avère médiocre. Les personnes les plus importantes de la bourgeoisie, classe sociale composée des fonctionnaires, des hommes de lois et des gens de finance, sont le sénéchal, le procureur du roi et l'alloué. Parmi les marchands, les plus taxés sont les aubergistes, mais leur situation de fortune est assez médiocre en comparaison de celle de ceux de villes plus importantes. De nombreux métiers sont représentés dans le bourg. Dans le domaine de l'habillement sont présents des tisserands, des cordonniers, des castotiers, des chapeliers, des lingères, des fileuses de laine, des fileurs, un couturier, un teinturier, des blanchisseuses. Ploërmel est en particulier le principal centre de l’activité des castotiers. Ces artisans fabriquent le castot, une étoffe de tiretaine, grise, vulgaire, mais épaisse, chaude et pratiquement inusable, fabriqués dans des moulins à tan à partir de chiffons de bonne qualité. Pour la construction, sont présents des maçons, un tailleur de pierres et pavés, des menuisiers, un tourneur, des couvreurs, des charpentiers, des serruriers, des vitriers, un cloutier, un forgeron. Par ailleurs : deux selliers, un charretier, des maréchaux-ferrants, des perruquiers, des tonneliers, un horloger, un tanneur et un blanconnier. Les meuniers occupent une place spéciale avec les moulins du Roi et les moulins seigneuriaux de Gourhel et de Malleville.

En mai 1795, une bande de chouans conduite par Boulainvilliers coupa les arbres de la liberté dans les paroisses autour de Montfort, Josselin et Ploërmel.

Époque contemporaine

De la Révolution française à la fin du XIXe siècle

Avec la réorganisation territoriale engagée après la Révolution, la commune est dans un premier temps rattachée au district de Ploërmel de 1790 à 1795. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance. Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix est opéré. La commune, orthographiée Ploermel dans l'arrêté du 3 brumaire an X, est alors chef-lieu d'arrondissement communal et chef-lieu de justice de paix et donc de canton.

Le décret impérial du 16 décembre 1811 définit une nouvelle classification des routes et établit en particulier une liste de 229 routes impériales, dont font partie sur la commune les routes no 27 (de Paris à Lorient), 184 (d'Ancenis à Landerneau) et 186 (de Vannes à Dinan). Après la chute de l'Empire en 1815, les routes impériales deviennent routes royales, puis le 10 juillet 1824 routes nationales. La commune est alors traversée par la route nationale 24 (RN 24) et la route nationale 166 (RN 166).

Le chemin de fer arrive sur la commune en 1881. La ligne relie la gare de Ploërmel à celle de Questembert, en desservant le Roc-Saint-André, Malestroit et Pleucadeuc, pour un trajet d'environ une heure. En 1884, la ligne est prolongée jusqu'à La Brohinière (Montauban-de-Bretagne), passant notamment par Loyat et Mauron, faisant la jonction avec un important nœud ferroviaire (la ligne Brest-Rennes-Paris par exemple).

Henri de Tingy de Nesmy, chassa le loup dans la région de Ploërmel et au-delà jusqu'en Vendée ; il en aurait tué peut-être 2 000.

Début du XXe siècle

Le début du 20e siècle est particulièrement mouvementé pour les Ploërmelais. Dans le cadre du mouvement qui va aboutir à loi du 9 décembre 1905, Émile Combes décide en juillet 1902 de fermer les établissements scolaires non autorisés (environ 3 000) des congrégations autorisées, puis en 1903 toutes les demandes d’autorisation des congrégations féminines sont rejetées suivies par les congrégations masculines en 1904. Pour Ploërmel, ordre est donnée à l'armée de déloger les Frères de l'instruction chrétienne La Mennais. Quelque 500 Ploërmelais manifestent au son du tocsin le 12 février 1904 lors de l'arrivée en train, de l'armée (1 200 hommes), venue déloger les Frères de l'école La Mennais : l'école est cernée, mais des officiers refusent d'ordonner l'assaut, désobéissant aux ordres reçus. Des Frères sont contraints de s'exiler au Canada, les religieuses sont également expulsées du couvent des Carmélites du Sacré-Cœur.

Lors des combats de la Première Guerre mondiale, 255 soldats originaires de Ploërmel sont tués. L'hôpital de Ploërmel est réquisitionné et réservé aux militaires sur toute la durée de la guerre, et ne reçoit à nouveau des civils qu'en 1919.

Après la guerre, une réorganisation territoriale affectant la commune intervient. Sous la Troisième République, en raison d'un endettement considérable et de l'effort nécessaire pour la reconstruction post-guerre, la France traverse une crise financière. Pour réduire les dépenses de l’État, Raymond Poincaré fait voter plusieurs décrets-lois réformant en profondeur l’administration française : 106 arrondissements sont ainsi supprimés, dont celui de Ploërmel par décret du 10 septembre 1926. La commune est ainsi transférée de l'arrondissement de Ploërmel à celui de Vannes. La commune perd également son tribunal d'arrondissement, sa prison et sa recette des finances.

Seconde Guerre mondiale

Pendant l'Occupation, l'école La Mennais est transformée en caserne allemande.

Dans le cadre de la mission Cokle, deux agents de la France libre, le lieutenant Guy Lenfant et le sergent radio André Rapin, sont parachutés près de l'étang au Duc, dans la nuit du 21 au 22 décembre 1942. Ils prennent contact avec la Résistance à Ploërmel. Durant le premier semestre 1943, ils organisent la réception de plusieurs parachutages d'armes et d'explosifs qui sont cachés dans des fermes de confiance à Ploërmel, Loyat, Taupont et Campénéac. Les deux parachutistes repartent en Angleterre par un petit avion, venu les récupérer le 15 juillet 1943, emportant avec eux le plan des défenses allemandes dans le Morbihan, remis par le chef des gendarmes du département, le commandant Maurice Guillaudot, résistant.

La ville est bombardée par l'aviation américaine le 12 juin 1944, six jours après le débarquement de Normandie. Si une partie des bombes tombe dans des zones inhabitées, du côté de l'étang, une grande partie tombe sur la zone habitée de Ploërmel : le bombardement fait 31 morts et 125 blessés et pas moins de 490 habitations sont détruites ou endommagées. La gare, qui était l'objectif visé pour retarder l'envoi de renforts allemands vers le front de Normandie, ne subit que peu de dommages. Les militaires allemands quittent la ville les 4 et 5 août 1944 en direction de Vannes. Ploërmel fête sa libération le dimanche 6 août, lorsque des véhicules américains, arrivant de Guer, traversent la ville en direction de Vannes et de Lorient. Le docteur Louis Guillois, maire, reçoit une délégation de soldats américains devant la mairie, en présence de Ploërmelais qui se rendent à la messe.

Un certain nombre de Ploërmelais a participé à la Résistance intérieure française. Les résistants Henri Calindre (dit Mystringue), 37 ans, Louis Chérel, 24 ans, Lionel Dorléans, 20 ans et Paul Hervy, 18 ans, ont été fusillés le 30 juin 1944 à La Maltière sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande près de Rennes (35). Leur nom a été attribué à des rues de la ville. Julien Quatreville, 18 ans, Pierre Sassier 23 ans, ont été fusillés le 14 juin 1944 à Ploërmel, un monument porte leur nom, Gustave Le Meur, 18 ans, fusillé le 20 juin 1944 à Ploërmel, un monument et une rue porte son nom. André Leblay, une rue porte aussi son nom. René Dejean, parachutiste de la France libre ayant combattu en Libye en 1942, parachuté en Bretagne le 10 juin 1944, blessé et fait prisonnier près de Plumelec, fut fusillé par les Allemands le 24 juin 1944, une rue porte son nom près de la rue du Val où il avait grandi. Ange Mounier, 39 ans, transporteur à Ploërmel, fut tué au combat le 4 août 1944 près du village de Lézonnet à Loyat, son nom figure sur un monument sur la route de Ploërmel à Loyat. D'autres furent déportés, Robert Turpin, 33 ans, est mort en déportation, une rue porte son nom.

Le commandant de la gendarmerie, le lieutenant Théophile Guillo, également chef de la Résistance à Ploërmel, est arrêté, torturé et déporté, comme son fils Joseph, le 31 mars 1944. Revenu de déportation, il est décoré de la Légion d'honneur par le général de Gaulle, en 1947. Joseph, 21 ans, est mort en déportation le 3 mai 1945, son nom figure sur le monument de la Résistance, place d'Armes.

Fin du XXe siècle et XXIe siècle

Sur le plan routier, le réseau national connaît de fortes transformations localement, tant avec le déclassement de certaines routes nationales dans le réseau départemental, la section de la RN 166 au nord de Ploërmel est ainsi déclassée le 1er février 1973 et devient la RD 766, qu'avec l'aménagement en voie express de l'axe Rennes-Lorient (la RN24). Ainsi si la majorité des communes du pays de Ploërmel connaît un exode rural jusque dans les années 1970, tel n’est pas le cas de Ploërmel, commune-centre, qui constitue au contraire un pôle d’attraction du fait de sa bonne desserte routière et s'urbanise, et ce de manière continue jusque dans les années 2000.

Parallèlement au développement du réseau routier, on assiste au déclin du réseau ferroviaire. La dernière ligne est fermée avec l'ouverture de la voie verte entre Mauron et Questembert qui remplace la voie ferrée en 1994.

La commune fusionne avec la commune de Monterrein au sein de la commune nouvelle de Ploërmel le 1er janvier 2019.

Politique et administration

Découpage territorial

Commune

La paroisse de Ploërmel acquiert le statut de municipalité avec le décret du 12 novembre 1789 de l'Assemblée Nationale puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II (31 octobre 1793). Elle apparaît orthographiée Ploermel dans l'arrêté du 3 brumaire an X (25 octobre 1801) portant réduction des justices de paix du département du Morbihan (Bulletin des lois de 1801). La commune est alors chef-lieu d'arrondissement communal et chef-lieu de justice de paix. Il faut toutefois attendre la loi du 5 avril 1884 sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central. Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création jusqu'à la fusion de 2019. La commune de Ploërmel absorbe alors la commune de Monterrein qui prend dès lors le statut de commune déléguée. Le chef-lieu de la commune nouvelle est fixé au chef-lieu de l'ancienne commune de Ploërmel.

Intercommunalité

La commune historique de Ploërmel et l'actuelle commune déléguée de Monterrein étaient membres de la Communauté de communes de Ploërmel depuis sa création en 1996, une intercommunalité issue de la transformation en communauté de communes de l'ancien SIVOM du même nom. En 2012, cette intercommunalité change de nom pour devenir Ploërmel communauté. Depuis 2019 seule la commune nouvelle est membre de cette intercommunalité, le nombre de membres étant ramené de 31 à 30. Elle en héberge le siège.

Circonscriptions administratives et électorales de rattachement

La commune de Ploërmel est rattachée administrativement à l’arrondissement de Pontivy et politiquement au canton de Ploërmel pour les élections départementales et à la quatrième circonscription du Morbihan pour les élections législatives.

Politique et administration municipales

Ancien Régime

L’institution des maires est très ancienne et connue par les capitulaires carolingiens et notamment de Charlemagne. D’abord humbles tenanciers soumis à des redevances et services envers les abbayes, ces officiers ruraux deviennent des propriétaires et des personnages établis dans les terres de leurs offices qu’ils transmettent à leurs descendants. Ils ont plusieurs droits, notamment ceux d’assigner et de contraindre en justice les hommes de leur mairie, de lever et de percevoir des taxes. Par un édit de 1564, Charles IX règle l’élection des prévôts, maires, échevins, jurats, consuls, en s’en attribuant exclusivement la nomination. Par un édit d’août 1692, Louis XIV supprime les anciens maires, remplaçant la charge élective de premier magistrat de la Cité en un office héréditaire sous la dénomination de « conseiller du roi, maire perpétuel »,.

Siège, dès le XIIIe siècle, de l'une des neuf baillies du duché de Bretagne et de la sénéchaussée du Broërec'h, qui comprenait 226 paroisses, Ploërmel fut l'une des trente-deux villes bretonnes qui avaient le droit d'envoyer des députés aux États-Généraux. Elle possédait une Communauté de ville, dirigée d'abord par un syndic, puis par un maire à partir de 1692. Les trois premiers maires sont Yves Houët (1692-1693), seigneur du Chesnevert, puis François Charpentier (1693-1707), seigneur du Hardat, et Vincent Charpentier (1707-1717), seigneur de Camayon. Cette fonction est supprimée en 1717 puis rétablie en 1737. Treize maires se succèdent alors jusqu'à la Révolution.

Période de 1808 à 2018 (commune historique)

Avec la Constitution civile du clergé du 12 juillet 1790, le maire reçoit de nombreuses attributions qui appartenaient auparavant au curé. Ils sont d'abord nommés, puis élus à partir de 1848 pour certaines communes, puis pour l'ensemble des communes à partir de 1884.La liste des maires de Ploërmel à partir de 1808 est la suivante.

Période à compter de 2019 (commune nouvelle)

Jusqu'au prochain renouvellement général des conseils municipaux suivant la date de création de la commune nouvelle, celle-ci est administrée par un conseil municipal constitué dans les conditions fixées par les articles L 2113-7 et L 21113-8 du CGCT, composé de 38 membres : 29 issus du conseil municipal de Ploërmel et 9 issus du conseil municipal de Monterrein,. Lors de sa première séance qui se tient le jeudi 10 janvier 2019, le conseil municipal de la commune nouvelle élit le maire et les adjoints. Patrick Le Diffon, ancien maire, est reconduit dans ses fonctions. Une liste de onze adjoints est également définie,. La création de la commune déléguée entraîne, de plein droit, l’institution d’un maire délégué. Par dérogation, le maire de l'ancienne commune en fonction au moment de la création de la commune nouvelle, Marcel Benoît, devient, de droit, maire délégué jusqu'au prochain renouvellement du conseil municipal.

Finances communales

La commune de Ploërmel est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 200 086 791. Son activité est enregistrée sous le code APE 84.11Z, correspondant aux administrations publiques générales.

En 2017, le budget communal s'équilibrait à 15 930 000 € dont 10 889 000 € en section de fonctionnement et 5 041 000 € en investissement. La part d'impôts locaux dans les produits de fonctionnement s'établissait à 51,3 %, contre 41,2 % pour la strate de communes équivalente, avec des taux d'imposition fixés à 15,35 % pour la taxe d'habitation, (y compris THLV), 22,34 % et 56,52 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti.

Depuis de nombreuses années la commune s'emploie à réduire une dette importante. Dès 2008, Ploërmel faisait partie des quatre villes du Morbihan dont l'endettement par habitant était très largement supérieur à la moyenne. L'endettement par habitant était alors de 2 105 euros par habitant (1 274 de plus que la moyenne des villes de même importance). La plupart des villes endettées ont entrepris un effort de diminution significative de cette dette, une réduction de -22 % entre 2008 et 2013 pour Ploërmel. Mais l'un des critères les plus pertinents est la capacité de remboursement de la dette, laquelle dépend des ressources de la commune. Si les ressources sont très importantes, une dette élevée n'est pas forcément un problème. On parle du nombre d'années qu'il faudrait à une commune pour se désendetter si elle y consacrait la totalité de sa capacité d'autofinancement. En dessous de sept ans, on peut parler d'une situation saine. La zone dangereuse se situe autour de 10-11 ans. En 2008, ce ratio atteignait 11,5 ans à Ploërmel, 15,6 années à Concarneau et 16,8 ans à Lamballe. Ils ont été respectivement ramenés à 7,3 ans, 8,8 ans et 11,8 ans à la fin 2012. Néanmoins Ploërmel figurait encore en 2013 dans les cinq premières communes du Morbihan et les 20 villes de Bretagne dans lesquelles le nombre d'années de remboursement est le plus important. En 2015, il apparaissait que 20 % de cette dette étaient liés à des emprunts à risque. En 2018 (résultats 2017), le nombre d'années de remboursement était encore de 7,2 années, légèrement supérieur donc encore au seuil des 7 années. En 2019, l'indicateur est de 7,45 années, mais la situation est jugée saine, du fait de la fin de certains emprunts.

Jumelages

Ploërmel est jumelée avec les villes suivantes :

 Apensen (Allemagne) depuis 1980, à la suite, à l'origine, de la correspondance organisée par les paroissiens du pasteur Munster, d'Apensen, avec les élèves de sœur Marie-Rose Couvert, professeur au lycée Saint-Armel. En 2003, une nouvelle convention de jumelage a permis d'intégrer les villes de l'ancienne Allemagne de l'Est, Dittmannsdorf et Witzschdorf, qui échangeaient avec Apensen avant la chute du mur de Berlin, en 1989 ; Cobh (Irlande) depuis 1984 ; Kolbuszowa (Pologne), dans la région des Basses-Carpates dans le sud-est de la Pologne, un jumelage concrétisé par un contrat le 6 septembre 1990 à la suite de premiers échanges informels en 1987, ; Gorseinon et Llwchwr (en) depuis 1994, la ville de Gorseinon étant située au sud-ouest du Pays de Galles, à 10 km au nord de Swansea, la deuxième plus grande ville du pays, ; Dabola (Guinée) depuis 2003, un jumelage qui trouve son origine dans un don de maillots de football en 2000 initié par un jeune footballeur originaire de Dabola à la suite de la fusion des deux clubs de football de Ploërmel.

Population et société

Démographie

Période de 1793 à 2019 (commune historique)

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008.

En 2019, la commune comptait 9 791 habitants, en augmentation de 2,79 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Période à compter de 2019 (commune nouvelle)

Formellement les chiffres de populations publiés par l'Insee le 1er janvier 2019 sont millésimés 2016 et établis sur la base du découpage territorial en vigueur au 1er janvier 2017. La valeur de la population municipale de la commune nouvelle, en vigueur à compter du 1er janvier 2019, peut être obtenue par addition des populations municipales de la commune historique (9 571 habitants en 2015 et 9 498 en 2016) et de la commune déléguée Monterrein (391 habitants en 2015 et 392 en 2016), soit 9 962 habitants en 2015 et 9 890 en 2016. À partir du recensement de 2017, en vigueur au 1er janvier 2020, la population est celle de la commune nouvelle.

Sports et loisirs

Équipements sportifs

En 2019, Ploërmel compte 77 équipements sur ses installations sportives : deux bassins de natation, quatre boulodromes, trois courts de tennis, cinq équipements d'activités de forme et de santé, trois équipements équestre, neuf équipements d'athlétisme, deux parcours de golf, un parcours sportif/santé, une plaine de jeux, sept plateau-EPS, une salle de combat, six salles multisports, quatre salles ou terrains spécialisés, une salle non spécialisée, deux skateparks et vélo freestyle, quatre structures artificielles d'escalade, un terrains de grands jeux, trois terrains extérieurs de petits jeux collectifs, huit divers équipements sports de nature et un équipements divers. Ce nombre d’équipements est toutefois jugé insuffisant par le conseil municipal compte tenu de la taille de la ville, qui décide en 2018 d’un important programme de travaux. Ces équipements se répartissent dans diverses installations sportives :

Le complexe sportif de Ronsouzes, mis en service entre 1965 et 1974, qui héberge en particulier la piscine intercommunale composée de deux bassins (un bassin de 25 m et un bassin de 10 m dédié aux apprentissages), fait l’objet d’un programme d’extension sur la période 2019-2022 : création d'un terrain en gazon synthétique homologué à la pratique du football de niveau 4 en 2019, construction de deux courts de tennis extérieurs et réhabilitation en niveau 4 et 5 de deux terrains de football en 2020, construction d'un stade d'athlétisme avec six couloirs, un terrain engazonné homologué pour la pratique du football en niveau 4 et du rugby, et de nouvelles tribunes en 2021-2022 ;Le stade de La Pérouse dispose de deux terrains de foot, l’un de 60 m de longueur pour pratiquer le football à 7, et un autre de 70 m de longueur pour le foot à 9 ;Les établissements scolaires disposent de diverses installations : les écoles primaires Saint-Joseph et Saint-Louis, les collèges du Sacré Cœur et Beaumanoir, le lycée La Mennais (gymnase, stade d'athlétisme), et La Touche (gymnase, mur d’escalade, parcours santé) ;Le stade Octave Guilloux (Complexe sportif) est un stade de football situé dans le hameau de Saint-Jean Villenard ;Enfin le centre régional d'arts martiaux, installé rue Pierre de Coubertin. Construit en 2008 et d'une superficie de 4 250 m2, il dispose de 500 m2 de surface de tatami, permettant d’accueillir des compétitions de haut niveau,.

Un centre nautique (voile, aviron, canoë-kayak, ski nautique, label handivoile) ainsi qu'un Golf 9 trous ont été aménagés au lac au Duc.

L'Hippodrome de Malleville, inauguré en 1905 et installé sur l'emprise du château de Malleville, organise chaque année trois réunions en août et en septembre (trot, plat, steeple-chase, cross-country).

Clubs et animations sportives

Le tissu associatif de la commune est dense. Il comprend une centaine d'associations qui couvrent l'ensemble des domaines sportifs, culturels, environnementaux, de l'action sociale et de l'insertion, festifs et scolaires. De plus, la commune dispose d'un centre culturel facilitant le fonctionnement des associations. Il est implanté en centre-ville, en frange est du centre ancien dans les bâtiments du couvent des Ursulines, avenue de Guibourg.

Plusieurs clubs sportifs sont actifs sur la commune :

Savate, boxe française : le Club Gant Ploërmelais, dont un des licenciés, Romain Legros, a en particulier été champion de France minimes en boxe française en 2016 ;Football : le Ploërmel Football Club (PFC), qui compte en 2019 35 équipes dont les principales évoluent au niveau régional en ligue de Bretagne, et Saint-Jean sports (SJS) qui comprend en 2019 3 équipes et évolue au niveau départemental ;Basket-ball : le Basket Club Ploërmel (BCP), qui évolue au niveau régionale 3 en 2019, ;Sports de combat : le centre régional d'arts martiaux, qui dispose d'une salle de 1 200 m2 qui permet d'exercer divers sports de combats ;Handball : le Ploërmel Handball Club, évoluant en 2019 en honneur régionale.

La Ploërmelaise est, depuis 2011, un parcours de 6 km réalisable en marchant ou en courant par tout à chacun (hommes et femmes de tout âge), afin de sensibiliser contre le cancer colorectal. Programmée en début d’année, elle comporte une portion en ville et une portion (majoritaire) sur voie verte. L’édition de 2018 avait rassemblé près de 1 900 participants,.

Cultes

Culte catholique

Le culte catholique est pratiqué à Ploërmel. La paroisse de Ploërmel fait partie en 2019 de la communauté de paroisses Ploërmel, Saint-Armel, Taupont et Augan, au sein du doyenné de Ploërmel et du diocèse de Vannes, une organisation territoriale en évolution continue, compte tenu de la diminution du nombre de prêtres.

La dévotion à Saint-Armel s’est longtemps manifestée chaque année par une fête qui lui était dédiée, célébrée le 16 août, la solennité étant renvoyée au dimanche suivant. Une procession solennelle, dénommée pardon, avait lieu. Portée sur les épaules de deux prêtres en aube et en chasuble, le chef de Saint-Armel parcourait les rues de la ville. De nombreux Ploërmelais se rassemblaient à cette occasion. En sus de la procession, cérémonie religieuse, a longtemps eu lieu une représentation théâtrale. Ainsi de 1600 à 1790 se jouait en public, au soir de la fête, une « tragédie de Saint-Armel » à la représentation de laquelle les habitants des paroisses voisines venaient assister. La dernière procession eu lieu dans les années 1960.

Autres cultes

Une église protestante évangélique est présente à Ploërmel. Les autres lieux de cultes situés en dehors de la commune sont les suivants : une église orthodoxe à Loudéac (38 km), un temple protestant, un temple bouddhiste et une mosquée à Vannes (41 km) (une autre mosquée se trouve à Saint-Péran (39 km)) et une synagogue à Rennes (56 km).

Médias

La presse écrite locale est dominée par le Groupe SIPA - Ouest-France et son édition Ouest-France. Des journaux locaux dont la diffusion est plus modeste sont également publiés : Le Ploërmelais et Les Infos du Pays de Ploërmel.

Le Ploërmelais est un hebdomadaire dont la zone de diffusion couvre les anciens cantons de Ploërmel, Josselin, La Trinité-Porhoët, Mauron et Malestroit. Historiquement la publication est parue initialement sur la période 1882-1944. Initialement ayant la fonction d’écho de l'arrondissement de Ploërmel [« puis » journal des catholiques de l'arrondissement « puis » journal de l'arrondissement, catholique, politique, judiciaire, agricole, commercial, industriel « puis » journal d'annonces judiciaires, légales, commerciales et d'avis divers]. En 2015, sa diffusion était de l’ordre de 5 000 exemplaires. La publication papier est adossée à une publication numérique.

Une autre publication uniquement numérique complète le dispositif médiatique local : Les « infos du Pays Gallo », dont la zone de diffusion couvre les communes des intercommunalités suivantes : Ploërmel Communauté, Questembert Communauté et De l'Oust à Brocéliande Communauté.

Équipements et services publics

Enseignement

Ploërmel est rattachée à la circonscription de l'éducation nationale de Ploërmel, au sein de l’académie de Rennes, et est depuis 2015 dans la zone B du calendrier scolaire. La ville administre une école maternelle (Françoise Dolto) et une école élémentaire communale (Jules Verne). Par ailleurs on compte dans la localité deux écoles primaires privées (Saint-Joseph-Saint-Jean et Saint-Louis) et une école élémentaire (Saint-Joseph).

Deux collèges sont présents sur la commune : le collège Beaumanoir géré par le département et le collège Sacré- Cœur, un établissement privé. En 2019, le collège Beaumanoir accueille 420 élèves environ répartis en 15 classes en filière normale et 4 classes en section d'enseignement général et professionnel adapté (Segpa). Le collège Sacré-Cœur accueille 880 élèves environ se répartissant en 30 classes en filière normale et 4 classes en SEGPA,.

Deux lycées privés sont sur la commune, le lycée agricole la Touche et le lycée et section d'enseignement professionnel La Mennais. Le lycée agricole la Touche propose une préparation au brevet de technicien supérieur agricole pour les thématiques « agronomie : productions végétales » et « productions animales ». Il dispense également des formations en alternance visant à obtenir le titre de bachelor dans différentes spécialités. Le lycée polyvalent La Mennais est un établissement sous contrat accueillant environ 1 550 élèves, en filière générale et professionnelle. Un projet de lycée public à Ploërmel a été validé en décembre 2013 venant renforcer l’offre privée présente sur ce pôle. Les travaux doivent commencer en mai 2020 pour une ouverture à la rentrée scolaire 2022. Ce nouvel établissement accueillera 865 élèves,.

La ville héberge également l'association du Centre des formations alternées des Travaux Publics de Bretagne qui propose quatre Cap : « conducteur d'engins de travaux publics : travaux publics et carrières », « constructeur de routes », « constructeur en canalisations des travaux publics » et « constructeur en ouvrages d'art » et, en matière d'orientation et d'insertion professionnelle, le Centre d'information et d'orientation de Ploermel et la Mission locale du pays de Ploërmel- Cœur de Bretagne.

Eau et déchets

Assainissement des eaux usées

La commune dispose de deux stations d'épuration. La plus importante est implantée au sud du hameau de la Ville-Réhel. Il s'agit d'une station de type boues activées en aération prolongée d'une capacité de 41 000 équivalents-habitants. Les eaux usées y sont acheminées via la station de refoulement de l'Étang au Duc. La deuxième est un lagunage d'une capacité de 13 500 équivalent-habitants qui traite les effluents provenant de la zone industrielle située à l'est de Ploërmel. Son rejet est raccordé au réseau d'eaux usées de la commune pour ensuite être traité à la station de la Ville-Réhel. Le réseau d'assainissement de la commune de Ploërmel, entièrement en mode séparatif, collecte les eaux usées de toute la zone agglomérée de Ploërmel et des hameaux du Clos Hazel, de la Touche et de Crancastel, ainsi que celles de certaines entreprises implantée dans la zone urbaine.

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel. Une étude de zonage d'assainissement a été réalisée en 1999 et a mis en avant différents points de pollution liés aux rejets domestiques au niveau de différents hameaux, conduisant à améliorer le réseau. En 2017, le service d’assainissement non collectif est géré au niveau intercommunal par Ploërmel Communauté. Il est exploité en délégation de service public, dans le cadre d’un contrat d’affermage avec la société Saur ayant pris effet le 1er janvier 2015 pour une durée de 12 ans, soit jusqu’au 31 décembre 2026.

Eau potable

L'unité de production d'eau potable qui alimente la commune est gérée par le Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable (SIAEP) de Ploërmel. L'eau provient de deux prises d'eau : celle de l'étang au Duc sur la commune de Ploërmel et celle de l'Herbinnaye sur Guillac. Un périmètre de protection du captage de la retenue de l'étang au Duc a été déclaré d'utilité publique par l'arrêté préfectoral du 3 septembre 1999. La station de traitement des eaux brutes est implantée près de l'exutoire avec une capacité de traitement de 600 m3/h.

Gestion des déchets

Le ramassage des ordures ménagères est assuré par Ploërmel Communauté. Il s'effectue deux fois par semaine dans la zone agglomérée et 1 fois par semaine sur le reste de la commune. En 2008, 3 521 tonnes d'ordures ménagères ont été collectées sur le territoire de la Communauté de communes. Elles sont traitées par incinération sur la commune de Pontivy. Elles sont acheminées via le centre de transfert de Josselin. Les résidus de l'incinération sont les mâchefers et les résidus d'épuration des fumées de l'usine. Les premiers sont traités à Pont-Scorff par la société Geval et les seconds partent en CET de classe I à Laval.

Santé

Établissements de santé et praticiens

Ploërmel accueille un centre hospitalier, dans un territoire de santé dont l’hôpital de référence est le centre hospitalier Bretagne Atlantique (CHBA) à Vannes. Il dispose notamment d’un service d’urgences et d’un service spécialisée en obstétrique et chirurgie. Un rapport de la chambre régionale des comptes de mai 2016 relevait que, malgré les offres proposées, l'établissement voit néanmoins une partie importante des habitants de son territoire se diriger vers le CHBA et le CHRU de Rennes en raison de leur bonne desserte routière, contribuant à en fragiliser la gestion financière.

Les soins sur place sont assurés en 2019 par plusieurs praticiens dont dix-huit médecins généralistes et un homéopathe assistés d'auxiliaires médicaux et de trois pharmacies. Les zones de mise en œuvre des mesures destinées à favoriser une meilleure répartition géographique des professionnels de santé libéraux, des maisons de santé, des pôles de santé et des centres de santé, ont été redéfinies le 10 février 2014 par le directeur général de l'ARS Bretagne dans le cadre de la révision du Projet Régional de Santé (PRS) Bretagne. Ploërmel était alors en zone à surveiller.

Établissements pour personnes âgées et handicapées

À l’échelle du Pays de Ploërmel-Cœur de Bretagne (58 communes), le SCOT recense en 2010 27% de la population avec plus de 60 ans et 11 % de plus de 75 ans. Ces proportions sont supérieures aux moyennes française et bretonne, mais équivalentes à la situation morbihannaise. Quatre établissements pour personnes âgées sont localisés sur la commune : la résidence Kerélys, située à proximité du Lac au Duc, qui accueille 28 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée, la Résidence Kandélys (un foyer-logement de 24 places), l'EHPAD Résidence Saint-Antoine (65 pl.) et l'EHPAD et USLD du centre hospitalier (207 pl.). Par ailleurs différents acteurs interviennent sur la commune pour les personnes handicapées (Amisep, Adapei, CEM56, Moulin vert).

Sécurité, justice et secours

La sécurité de la commune est assurée par la brigade de gendarmerie nationale de proximité chef-lieu de Plöermel, qui fait partie de la communauté de brigades de Ploërmel, qui a autorité sur 23 communes, elle-même rattachée à la compagnie de gendarmerie départementale de Ploërmel qui dépend du groupement de gendarmerie départementale du Morbihan à Vannes.

En matière de justice, Ploërmel relève du conseil de prud'hommes de Vannes, de la Cour administrative d'appel de Nantes, de la Cour d'appel de Rennes, de la Cour d'assises du Morbihan, du tribunal administratif de Rennes, du tribunal de commerce de Vannes et du tribunal judiciaire de Vannes,.

Les sapeurs-pompiers interviennent au quotidien dans la lutte contre l’incendie, le secours d’urgence et la protection des biens et de l’environnement. Ploërmel dispose d'un centre d'intervention et de secours (CIS), construit dans les années 1980 et centre d'appui, avec le Centre de secours principal (CSP) de Vannes, des 26 CIS de l'arrondissement de Vannes.

Économie

Revenus et fiscalité

Les indicateurs de revenus et de fiscalité à Ploërmel et dans l'ensemble du Morbihan en 2015 sont présentés ci-dessous.

Si les indicateurs communaux sont proches de ceux du département, il ressort néanmoins que la commune est classée depuis 2017 en zone de revitalisation rurale (ZRR), à l'instar de l'ensemble des communes de Ploërmel communauté, car l'évaluation se fait au niveau de l'intercommunalité. Ce dispositif vise à aider le développement des territoires ruraux principalement à travers des mesures fiscales et sociales. Des mesures spécifiques en faveur du développement économique s'y appliquent. L'objectif est de concentrer les mesures d'aide de l'état au bénéfice des entreprises créatrices d'emplois dans les zones rurales les moins peuplées et les plus touchées par le déclin démographique et économique,.

Parallèlement, la commune bénéficie également d'un contrat de ruralité signé en 2017 entre l'État et le Pays de Ploërmel. À l'instar des contrats de ville, le contrat de ruralité coordonne les moyens financiers et prévoit l’ensemble des actions et des projets à conduire en matière d’accessibilité aux services et aux soins, de développement de l’attractivité, de redynamisation des bourgs-centres, de mobilité, de transition écologique ou, encore, de cohésion sociale.

Emploi

En 2017, la ville de Ploërmel « concentrait » 31 % des emplois salariés au lieu de travail sur le territoire du pays de Ploërmel Cœur de Bretagne, les trois plus grosses entreprises (PEP, Capsugel et Yves Rocher) ne représentant qu'un peu moins de 10 % des emplois salariés de la commune. Le premier pourvoyeur d'emplois sur la commune est en fait le secteur public (administration, enseignement, santé, action sociale) avec environ 2 200 emplois, soit 36 % du total des emplois salariés.

Au-delà de l'importance du secteur tertiaire, le comparatif entre l'évolution de l'emploi à Ploërmel entre 2010 et 2015 et celle du département et de la région montre une part plus importante du secteur industriel sur la commune que sur le département ou la région Bretagne. Concernant l'occupation de ces emplois, sur les 7 300 emplois que comptait la commune en 2014, seulement 2 200 étaient pourvus par des Ploërmelais et plus de 5 100 par des habitants d’autres communes, attestant ainsi du rôle économique prépondérant que jour la commune pour le quart nord-est du département. Ploërmel exporte également a contrario 1 700 actifs vers d’autres localités.

Entreprises et commerces

Au 31 décembre 2015, la commune historique de Ploërmel comptait 1 097 établissements : 48 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 75 dans l'industrie, 77 dans la construction, 717 dans le commerce-transports-services divers et 180 étaient relatifs au secteur administratif. 29 établissements avaient plus de 50 salariés, dont 18 hors administration. Pour la commune déléguée de Monterrein, plus rurale, 22 établissements étaient actifs à la même date : 6 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 3 dans l'industrie, 1 dans la construction, 10 dans le commerce-transports-services divers et 2 dans le secteur administratif.

Secteur primaire

Le secteur primaire est peu représenté sur la localité (4,8 % des établissements en tenant compte de la commune déléguée contre 10 % au niveau du département).

Le tableau ci-contre présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Ploërmel, commune historique, observées entre 1988 et 2010, soit sur une période de 22 ans. Le nombre d'exploitations a fortement diminué sur cette période, passant de 123 à 52, soit une perte de plus de la moitié des exploitations. La surface agricole utile n'a par contre pas diminué dans les mêmes proportions, traduisant une augmentation de la taille des exploitations. En 2010, sur les 52 exploitations, 14 relèvent de l'orientation technico-commerciale des grandes cultures, 11 des bovins lait, 3 des ovins et autres herbivores, 14 des élevages hors sol et 5 de la polyculture, polyélevage. 5 autres ne sont pas précisées en raison du secret statistique.

La commune est localisée de facto dans les aires de production de quatre produits bénéficiant d’une indication géographique protégée (IGP). Il s’agit du « cidre de Bretagne » ou « cidre breton », de la « farine de blé noir de Bretagne — gwinizh du breizh », des « Volailles de Bretagne » et des « Volailles de Janzé ».

Secteur secondaire

Sur le plan industriel, les six entreprises installées à Ploërmel les plus importantes en termes de chiffres d'affaires et d'effectifs sont installées dans les zones industrielles de la commune historique. Aucune n'existe sur le territoire de la commune déléguée de Monterrein.

L'usine Yves Rocher, où 250 salariés fabriquent chaque année 50 millions de produits parfumés, ;La société PEP, appartenant au groupe D'Aucy, un groupe agroalimentaire coopératif (ex Cecab), est spécialisée dans la casserie d'œufs, la fabrication et le conditionnement de produits élaborés d'œufs, frais et surgelés (blancs d'œuf liquides, préparations pour omelettes pour potages, œufs cuits prêts-à-l'emploi, à trancher, en tubes) dispose de deux établissements sur la commune (CA de la société : 93,6 M€ en 2016 et 48 M€ en 6 mois en 2017,) ;Capsugel Ploermel, appartenant au groupe Pfizer et créée en 1995 (48,2 M€ en 2017), est leader mondial en fourniture de gélules dures et en solutions galéniques innovantes utilisées à la fois par l’industrie pharmaceutique et celle des compléments alimentaires et emploie 2 800 employés dans le monde et 188 à Ploërmel (en 2014). En 2013, l'usine de Ploërmel est le premier site de Capsugel à obtenir l'approbation de la FDA à produire des produits pharmaceutiques destinés à être commercialisés aux États-Unis ;L'entreprise « Les Celluloses de Broceliande », créée en 1990 et filiale du groupe Intermarché, fabrique des articles d'hygiène pour le bébé et la femme et en est le leader (CA de 61,8 M€ en 2016) et 62,9 M€ en 2017. Elle employait 183 personnes en 2017 ;Manufac Produits Automobiles de Ploërmel (MPAP) est un fabricant d'équipements automobiles (CA de 15,2 MF en 2017). Touchée de plein fouet par la baisse des activités de l'usine PSA de Rennes La Janais, l'entreprise se sépare en 2013 de 53 des 160 salariés. En 2014, les effectifs sont de 104 personnes ;Les « Aciéries de Ploermel Industrie » sont spécialisées dans la fabrication de matériel ferroviaire. Créées en 1885, les forges Thuault deviennent en 1939 les aciéries Ploërmel. Elles sont rachetées par Keystone USA en 1994, puis intègrent le groupe Keystone Europe en 1999. Mais en 2005, la société connaît des difficultés et est rachetée par les salariés dans le cadre de la création d'une SCOP. En 2017, la SCOP présente un CA de 8,3 MF et emploie 95 salariés. La société déménage ses locaux en 2019-2020.

Dans le domaine des entreprises avec une activité spécifique, l'équipementier Babolat, dont le siège est à Lyon, tient une place unique. Numéro un de la fabrication de raquettes de tennis, Babolat est la seule entreprise française, et quasiment au monde, à produire des cordages naturels, réputés meilleurs que les cordages synthétiques. 90 % de ces cordages qui peuvent aujourd'hui exister sont fabriqués à Ploërmel, sur un site implanté depuis 1979 en raison de la proximité de grands abattoirs de bovins. Il faut un peu plus de 12 m de boyau pour le cordage d’une seule raquette, soit l’équivalent de deux intestins de bœufs.

D'autres entreprises du secteur secondaire peuvent être citées comme Hydraumatec Ingenierie, fabricant d'équipements hydrauliques et pneumatiques (CA de 3,5 MF en 2017), Broceliande Tp, une entreprise de travaux de terrassements (2,4 MF en 2017) et 18 personnes en 2015 ou IPCB, créée en 2008 et spécialisée dans la chaudronnerie et la tuyauterie industrielles.

Secteur tertiaire

La ville dispose d'une maison des entreprises « Cométias » qui regroupe les 3 chambres consulaires : Chambre de commerce et d'industrie du Morbihan, Chambre de métiers et de l'artisanat et Chambre d'agriculture.

Dans le secteur d'activité du commerce, les entreprises les plus importantes sont : Cecabroons Ponte (commerce de gros interentreprises de produits laitiers, œufs, huiles et matières grasses comestibles - CA de 29,1 M€ en 2017 et 18 salariés en 2014), Mezière Automobiles (commerce et réparation d'automobiles et de motocycles - CA : 9,4 MF en 2017 et 11 personnes en 2012), Dupe Troll (restauration rapide - CA de 6,7 MF en 2017 et 58 personnes en 2014), Coral Sud Bretagne (commerce de gros - CA de 3,6 MF en 2017), Maluv (commerce de détail - CA de 3,2 MF en 2017).

Dans le domaine des services, deux entreprises peuvent être mentionnées : Le Ray Transport et Logistique (9,2 MF en 2017 et 84 salariés en 2014) etGp Bretagne Emploi (4,4 MF en 2017 et 45 salariés en 2013).

Un marché hebdomadaire a lieu tous les vendredis matin sur la place du Tribunal dans le centre-ville. Il est complété par un marché aux livres une fois par mois et par la traditionnelle foire Saint-Denis qui a lieu le troisième lundi du mois d'octobre, ainsi que le dimanche le précédant (depuis 2017). La foire Saint-Denis, auparavant foire agricole avec marché aux bestiaux, est une tradition locale qui remonte au XVIIIe siècle. Avant la Révolution, la foire Saint-Denis avait lieu au jour de l'incidence de la fête du saint et autour de sa chapelle. En 1790, les propriétaires et habitants du village Saint-Denis présentent au conseil général de la commune une requête tendant à obtenir que la foire Saint-Denis soit transférée dans la ville de Ploërmel. Pour réaliser l'opération, les élus décident d'agrandir la place Saint-Nicolas (place de la Mairie) qui sert de champ de foire. L'année suivante, le 2 août 1791, le directeur du département autorise ce transfert. Depuis, il se tient dans la ville une foire tous les troisièmes lundis de chaque mois et la foire Saint-Denis est renvoyée au troisième lundi d'octobre.

Culture et patrimoine

Langues

Si on a parlé localement breton au Moyen Âge, depuis on y parle gallo, langue romane et non celtique.

En 2005, le conseil général a décidé d'installer des panneaux bilingues français-breton, ce qui a provoqué une polémique dans le pays gallo.

À la rentrée 2017, 26 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue publique (soit 2,2 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire).

Lieux et monuments

Les chiffres rouges entre parenthèses se rapportent aux repères de la carte Localisation des bâtiments d'intérêt historique de Ploërmel

Patrimoine religieux

Le patrimoine religieux est constitué de deux églises historiques, Saint-Armel sur la commune historique et Saint-Malo sur le territoire de la commune déléguée, de trois anciens couvents (Carmes, Ursulines et Carmélites) qui ont connu des destins différents, et de différentes croix classées.

L'église Saint-Armel (3), Fondée au XVe siècle, l'église a été reconstruite entre 1511 et 1602. Le portail nord, de 1530 environ, présente des scènes de l’Évangile, et des scènes populaires. À l'intérieur, on trouve une voûte en bois ornée de sablières richement sculptées, des verrières (dont l'Arbre de Jessé, 1552), des ornementations, les gisants des ducs Jean II et Jean III ainsi que celui de Philippe de Montauban, chancelier d'Anne de Bretagne. À l'origine les tombeaux des deux ducs étaient placés dans l'église des Carmes. L'église ayant été détruite par la Ligue, les deux tombeaux ont été déplacés dans l'église du prieuré Saint-Nicolas en 1591. Réinstallés dans la nouvelle église des Carmes, ils y demeurent jusqu'à la Révolution. En 1790, les parois des tombeaux sont détruites et les gisants déposés. C'est le conseil général du Morbihan qui fait restaurer les deux gisants, en 1820, lesquels sont ensuite déposés sur un nouveau et unique tombeau placé dans l'église Saint-Armel. Classé monument historique dès 1840, l'édifice a été un peu endommagé par les bombardements américains des 12 et 13 juin 1944.L'église Saint-Malo, sur la commune déléguée de Monterrein, est dédiée à l'origine à saint Barthélemy puis à saint Malo. Elle a la forme d'une croix latine avec un bas côté au nord. Église romane du XIIe siècle, elle fut remaniée avec des restaurations et des additions aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.Le couvent des Carmes (1) est fondé en 1273, à l'initiative du comte de Richemont (Jean II), le futur Duc de Bretagne, qui, de retour de croisade, décide d’accueillir à Ploërmel un nouvel ordre mendiant : les Carmes. Situé à l'ouest de la ville close, il héberge en 1564, le roi Charles IX lors de sa visite à Ploërmel. Il est détruit par les Huguenots en 1593 et reconstruit en 1622. En 1792, les Révolutionnaires prennent possession du couvent pour en faire un hôpital militaire. En 1871, il est racheté par le diocèse et devient le petit séminaire chargé de la formation des jeunes prêtres jusqu'en 1904, date de la confiscation des établissements religieux par l'État. Pendant la guerre 14-18, le bâtiment sert de casernement pour le 102e régiment d'artillerie lourde. La gendarmerie de Ploërmel y est ensuite cantonnée de 1921 à 1988. La Chapelle Sainte-Marie des Carmes (2), dite la Chapelle bleue, a été sacrée en 1888 et est aujourd'hui un lieu de spectacles et d’expositions.Le monastère des Ursulines est construit de 1630 à 1647. La période révolutionnaire sonne la fin du couvent. Les biens sont inventoriés et vendus, et les cinquante-quatre religieuses présentes sont évacuées le 13 septembre 1792. Le monastère est vide et la chapelle sert alors de grenier à fagots pour le boulanger voisin. C'est dans cet état de délabrement que le père Jean Marie de La Mennais achète les bâtiments en 1824 pour y installer les Frères de la congrégation qu'il vient de fonder. La maison mère se développe et compte plus de 400 personnes à la fin du XIXe siècle. Les lois de 1903-1904 dispersent la plupart des congrégations religieuses. Les frères sont expulsés de Ploërmel, le 12 février 1904. En 1909, la maison est rachetée et l’école Lamennais y est installée ainsi qu'une école d’agriculture. Après 1940, celle-ci est transférée à La Touche et les groupes de frères reprennent possession des locaux. Aujourd’hui la maison mère abrite une communauté de Frères et des services administratifs de la Province,. Les lieux hébergent également l'horloge astronomique (8), le musée des sciences naturelles (15) et le musée Lamennais (16).La chapelle des Ursulines.Le couvent des Carmélites (4), est construit de 1630 à 1645 et est nommé couvent de Bethléem. En 1729, on y dénombre la présence de cinquante-neuf religieuses. Durant la Révolution, la chapelle est retenue pour tenir des réunions publiques et c'est là que les délégués du Tiers état élisent leurs députés aux États Généraux, le 7 avril 1789. En 1790, de nombreuses élections y sont organisées. En 1792, le couvent suit le même sort que les deux autres couvents : les biens sont vendus et les carmélites évacuées. Le couvent connaît ensuite de nombreuses affectations, magasin à grains et à fourrage, hôpital, prison, école et caserne de gendarmes en 1805. En 1810, Napoléon donne le couvent aux Ursulines pour y créer un établissement pour l'éducation des jeunes filles. Les dernières religieuses sont expulsées le 13 novembre 1906 et le monastère est mis en vente en 1913. Racheté par un ami des Ursulines, il devient le pensionnat du Sacré-Cœur en 1919. En 2006, il est entièrement détruit par un incendie criminel. Après une longue période d'atermoiements, des travaux de réhabilitation sont entrepris en 2018.Deux chapelles sont présentes sur le territoire communal, la chapelle Saint-Antoine au lieu-dit Saint-Antoine et la chapelle Saint-Roch au lieu-dit La Couardière.Patrimoine religieux de Ploërmel (sélection). Le monument de Jean-Paul II (5) est une statue construite par le sculpteur russe Zourab Tsereteli et érigée en 2006 sur un petit parking près de la place publique Jean-Paul II. Cet édifice suscite dès le début une polémique et des critiques des défenseurs de la laïcité, le jugeant incompatible avec la loi française de séparation des Églises et de l'État de 1905 qui interdit « d'élever ou d'apposer » un « signe ou emblème religieux » dans un « emplacement public ». À la suite d'un recours en justice déposé par la Fédération de la libre pensée, l'édifice est jugé illégal en avril 2015, non du fait de la statue, mais du fait que celle-ci « est entourée d'une arche surplombée d'une croix, symbole de la religion chrétienne, qui, par sa disposition et ses dimensions, présente un caractère ostentatoire »,,. Ce n'est qu'en juin 2018 que la polémique prend fin avec le rachat de la statue par le diocèse et son déplacement de 30 mètres sur un terrain acquis par le diocèse, adjacent au collège privé catholique du Sacré-Cœur.Plusieurs croix sont également à signaler sur le territoire communal, parmi lesquelles : la croix de la Couardière, la croix aux Morts, la Croix (Carrefour Deux-Ponts/Petit-Pelo), la croix de Roblin, la croix Guyot de Bezon, la croix de Bezon, la croix de Villenard, la croix de Roc-Brien. Sur le parvis de l'église de Monterrein, on trouve une croix à bras « pattés », croix de Malte ayant en son centre une croix et une coupe gravées ( Inscrit MH (1927)). Dans la commune déléguée, il y a aussi la croix de l'If et une autre croix à l'entrée du village de la Québois. La croix de cimetière près de l'église Saint-Malo est également classée ( Inscrit MH (1927)).Croix monumentales de Ploërmel (sélection). Patrimoine civil historique

Les remparts de la ville (6), construits en 1175, étaient crénelés, protégés par des douves et flanqués de cinq tours d’angles. Les six autres tours, accouplées deux à deux, protégeaient les trois portes. Les fortifications disparurent petit à petit après les guerres de la Ligue jusqu’au XIIe siècle. Seule subsiste aujourd'hui la Tour des Thabor (7).

Divers édifices d'intérêt historique sont situés dans la ville close :

L'hôtel des Ducs de Bretagne (9) semble avoir été bâti vers 1150. Son nom provient du fait que certains des ducs de Bretagne y ont séjourné et signé des actes jusqu'au XIVe siècle,. Ils délaissent cette habitation au siècle suivant pour séjourner au couvent des Carmes,. L'hôtel actuel date du XVIe siècle. Au XVIIe siècle, la demeure sert d'auberge et prend le nom d'« hôtel de l'Écu de France ». L'hôtel est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 9 juin 1925 ;La maison des Marmousets (10) (1586) qui porte dans sa partie ouest une tour et un pan de mur, vestiges des anciennes fortifications, est bâtie en pans de bois, selon le style Renaissance de l'époque. Elle est décorée de nombreuses sculptures de personnages, qui donnent son surnom de « marmousets » à la maison ;L'hôtel du Crévy (11) (aujourd’hui Café des Quatre Soldats) aurait appartenu à la fin du XVIIe siècle au châtelain du Crévy qui était sergent féodé de Ploërmel ;La maison Bigarré (12) (1669) doit son nom à son premier propriétaire, Jean Bigarré, sieur de la Landelle, greffier à la Cour royale de Ploërmel. Le croissant surmontant la porte Renaissance reste une énigme ;L'ancien hôtel de la Monnaie (13), adossée aux remparts de la ville, aurait été au Moyen Âge, l’atelier monétaire des ducs à Ploërmel ;L'hôtel Raoul de la Houlle (14) est une demeure de style Renaissance construite en 1610 par Raoul de la Houlle, seigneur de Villenard ;L'horloge astronomique (8) (1850-1855) est située dans l'enceinte de la Maison de la congrégation des frères de Ploërmel. Elle est l'œuvre du frère Gabriel Morin (1812-1876), également connu comme frère Bernardin. Professeur de mathématiques, astronomie et navigation, et sans formation d'horloger, il a construit l'instrument dans le but d'illustrer ses cours. Elle est classée monument historique en 1982.

Trois châteaux sont présents sur la commune :

Le château de la Haute-Touche, sur le territoire de la commune déléguée Monterrein, est un bâtiment de 1760, mais sur le lieu existe des vestiges des XVIe et XVIIe siècles. Excepté le principe des cuisines en sous-sols, adopté depuis longtemps dans la région de Malestroit, la construction du bâtiment se rapproche plutôt du type des malouinières. Les anciens bâtiments des XVIe et XVIIe siècles servent de communs. Le portail et sa ferronnerie font partie des embellissements effectués au début du XXe siècle par l'architecte rennais Jobbé-Duval. Ces embellissements comprenaient aussi des douves, jardins à la française, nouveau perron... À cette époque, une nouvelle chapelle a été construite, qui fait pendant à un colombier du XIIIe siècle. Il est inscrit aux Monuments historiques depuis 2001.Le château de Quéhéon, à 4 km à l'est du bourg, semble avoir été construit au XIVe siècle, puis rebâti au début du XVIIe siècle.Le château de Malleville, au sud-est du bourg de Ploërmel, est construit au XVe siècle. En 1905, un hippodrome est aménagé dans le parc du château. La chapelle et le calvaire sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 27 décembre 1973.Patrimoine civil historique (sélection). Patrimoine civil moderne

Deux musées sont à disposition du public : le musée des Sciences naturelles (15) et le musée Jean-Marie de La Mennais (16).

Deux sculptures modernes sont à signaler : la sculpture non figurative intitulée L'Arbre (1971-1972), par la sculptrice Simone Boisecq-Longuet, dans le collège Beaumanoir et la sculpture Le Repos du géant (1994), représentant un heaume et une épée sortant de terre, par le sculpteur François Davin, sur l'aire de covoiturage.

Vie culturelle

Costume traditionnel

La coiffe traditionnelle des cantons de Ploërmel et de Josselin est dénommée la Gallèse, ou coiffe à lacets. Les barbes ont été repliées et posées à plat sur le fond de la coiffure. La photo ci-contre montre un exemple porté vers 1900. Les bribes servant de jugulaires ont ensuite été enlevées et les barbes, selon la manière dont elles sont relevées, forment différentes variantes. Le costume traditionnel n'est quasiment plus porté qu'à l'occasion de manifestations religieuses exceptionnelles (pardons) et de manifestations culturelles auxquelles participent les cercles celtiques.

Musique et danse traditionnelles

Un ensemble de musique traditionnel breton, le Bagad de Ploërmel, est actif dans la commune depuis 1953. Il propose des prestations tout au long de l’année (festivals, fêtes locales, mariages…) et anime une école de musique, avec en particulier des cours de bombarde, de cornemuse et de caisse claire.

Animation culturelle

Sur le plan des loisirs et de la culture, la ville est dotée d'un cinéma (le Cinélac) ayant la particularité de proposer le plus grand nombre de films sous-titrés du Morbihan (en 2018), et d'une médiathèque, installée dans l'ancien couvent des Carmes.

Arth Maël, une association culturelle installée à Ploërmel, organise chaque année à l'échelle de la communauté de communes une programmation de spectacles divers.

Culture et tradition

Ploërmel dans les arts

Cinéma

Dans Un taxi pour Tobrouk, film réalisé en 1960 par Denys de la Patellière, dont l’action se passe en 1942 dans le désert de Libye où des commandos des Forces françaises libres attaquent les arrières de l'armée allemande, le personnage joué par Lino Ventura informe ses trois camarades, dont Charles Aznavour, que le vœu du lieutenant qui vient d’être tué au combat, était de retourner à Ploërmel : « Vous savez ce qu'il voulait comme oraison funèbre ? Un muscadet à Ploërmel, et on n'y est pas encore ! » Il s'agit peut-être d'un hommage au parachutage en juin 1944, d'un bataillon de Français Libres sur le maquis de Saint-Marcel près de Ploërmel, dans le cadre du débarquement en Normandie.

Dans le film Vipère au poing, le personnage de Folcoche joué par Catherine Frot s'arrête dans la gare de Ploërmel, qui a été reconstituée pour le film dans la commune de Mézières-sur-Oise (Aisne).

Dans le film Le Monocle noir de Georges Lautner avec Paul Meurisse tourné en 1961, quelques scènes ont été tournées dans les vieilles rues de Ploërmel,.

Télévision

Le 16 à Kerbriant, feuilleton télévisé français de 25 épisodes de 13 minutes, en noir et blanc, diffusé en 1972 qui raconte l'action de la Résistance dans le Morbihan en 1944, fait état d'un sabotage réalisé sur la ligne SNCF à Ploërmel.

Musique

Giacomo Meyerbeer (1791-1864), musicien allemand, a composé l'opéra-comique Le Pardon de Ploërmel. Cet opéra a connu une certaine notoriété à l'étranger dans son adaptation italienne, Dinorah, opéra-comique en trois actes, sur un livret de Jules Barbier et Michel Carré,. La première représentation eut lieu le 4 avril 1859 à Paris à l'Opéra-Comique. Ombre légère (soprano colorature) est son air fameux : l'un des plus beaux et des plus redoutables du répertoire de musique française. Maria Callas, June Anderson, et Mado Robin l'ont interprété, ainsi que, plus récemment, Natalie Dessay.

Blason et identité visuelle

Les armoiries de Ploërmel ont été attribuées à la ville par Louis XVIII par lettres patentes du 17 janvier 1816, à sa demande. Elles se blasonnent ainsi : D'hermines au léopard lionné de sable, couronné d'azur, tenant à sa patte gauche un drapeau du même, chargé de cinq mouchetures d'hermine, d'argent.

Les armes dont sont inspirées ces armoiries remontent au xve siècle. Elles peuvent encore être vues derrière le maître-autel de l'église Saint-Armel dont la construction a été commencée entre 1415 et 1440, au temps des Seigneurs de la Gaudinaye, Jean Hattes et son beau-frère Jean Le Bart. Les Hattes s'armaient « d'azur au lion d'argent chapé et couronné de gueules » alors que pour les Le Bart on parlait « d'azur au léopard d'argent ». En 1442, par son mariage avec Jeanne Le Bart, la famille de Coëtlogon devient également Seigneur de la Gaudinaye, avec pour armes « trois écussons d'hermines ». C'est donc en souvenir de ces châtelains de la Gaudinaye que la ville de Ploërmel a pris ces armes, rappelant les armoiries des Hattes, des Le Bart et des Coëtlogon.

En 2009, la municipalité décide d'une nouvelle identité visuelle en adoptant un logo à deux couleurs, bleu et rouge, et la devise « Ploërmel - La ville à vivre ».

En 2014, la nouvelle municipalité décide de changer d'identité visuelle et de revenir au blason historique. Ainsi dès le numéro 18 du 1er juillet 2014, le magazine municipal n'arbore plus le logo de 2009, mais l'ancien blason de la ville.

En 2018, à l'occasion de la refonte des sites web de la ville et de Ploërmel Communauté, une identité numérique est créée. Celle-ci ne se substitue pas au blason historique mais vient le compléter sur toutes les publications numériques.

Personnalités liées à la commune

Ploërmel a été la terre d'accueil, de passage ou de naissance de nombreuses personnalités, ayant eu une notoriété nationale ou ayant marqué l’historie locale. Y sont nées des militaires de renom comme Jacques-Pierre Rioust des Villes-Audrains, Jean-Louis Dubreton (1773-1855), général de division de la République et de l'Empire, Joseph-Marie Riallan (1843-1867), sergent aux zouaves pontificaux ou Paul Hervy, Lionel Dorléans et Louis Chérel, résistants lors de la seconde guerre mondiale, mais aussi des personnalités civiles comme Alphonse Guérin (1817-1895), inventeur du pansement ouaté, Gérald Mesny (né à Ploërmel, professeur à l'école impériale de médecine de Tien-Tsin, décédé le 14 janvier 1911 victime d'une épidémie de peste contre laquelle il luttait ou religieuses comme Louis Prévoteau (1922-2014), prêtre catholique, fondateur de la « Madone des motards », ou artistes : Dorig Le Voyer (1914-1987), artisan luthier à Ploërmel, l'un des principaux artisans de la renaissance de la musique bretonne, Raoul de Navery (1829-1885) et Ludovic Jan (1864-1894), tous deux poètes, et Léon Le Goaesbe de Bellée, peintre (1846-1891) ou sportifs comme Jean-Charles Gicquel, athlète international illustre en saut en hauteur.

Ont marqué l’historie locale : Jean II de Bretagne, (1239-1305), fondateur du couvent des Carmes en 1273, Tuault de la Bouverie, dernier sénéchal de la ville et maréchaussée de Ploërmel, fonction qu'il a assurée pendant 23 ans, Jean-Marie de La Mennais, (1780 -1860), fondateur de la congrégation des Frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel en 1819, Marc-Antoine de La Boëssière de Lennuic, marquis de La Boëssière puis député du Morbihan, né en 1766, mort en 1846 en son château de Malleville. Louis Guillois (1872-1952), maire de Ploërmel pendant quarante-huit ans (1904-1952), la plus longue mandature de la commune. Son petit fils, André Fauve né à Ploërmel, était le commandant du sous-marin Minerve disparu en mer en 1968.

Personnalités liées à Ploërmel (sélection).

Notes et références

Notes

Références

Voir aussi

Bibliographie

Messire Beaudeville, La légende de Saint Armel, Saint-Brieuc, L. Prud-homme, 1855.Marquis de Bellevue, Résumé de l'histoire de Ploërmel, t. 29, M.A.B., 1909, p. 3-9.Marquis de Bellevue, Tuault de la Bouvrie, dernier sénéchal de la Sénéchaussée de Ploërmel, Député aux états généraux, t. 28, M.A.B., 1909, p. 10-19.Marquis de Bellevue, Monographie de l'église Saint Armel de Ploërmel, t. 28, M.A.B., 1909, p. 26.Marquis de Bellevue, L'assemblée de Saint-Armel à Beaucé, t. 28, M.A.B., p. 135-220.E. Gilles, Au cœur de la Bretagne, de Pontivy à Locminé, Josselin à Ploërmel, première série, lettre de préf. De J.M. Bellec, Pontivy, C. Anger, 1912.Marquis de Bellevue, Ploërmel et sénéchaussée, Paris, Campion, 1915.Comte de Berthou, Notes d'un vieux Ploërmelais, t. 28, M.A.B., 1909, p. 177-182.Du Halgouët, Ploërmel, gouverneurs, syndics et sénéchaux, t. 28, M.A.B., 1909, p. 56-68.Le Bouteiller, L'assemblée de Saint-Armel à Beaucé, t. 28, M.A.B., 1909, p. 135-140.Abbé Marmagnant, Histoire de Ploërmel, t. I-II, Ploërmel, s.d..Maurice Bigot, Les coiffes bretonnes – 100 modèles différents, Saint-Brieuc, Aubert Éditeurs, 1928 (lire en ligne)Stéphane Strowski, Les Bretons: Essai de psychologie et de caractérologie provinciales, Rennes, Plon, 1952, 494 p. (lire en ligne).Pierre Thomas-Lacroix, « La vie économique et sociale à Ploërmel avant la Révolution », Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne,‎ 1964, p. 149-162 (lire en ligne)Y. Renard, Ploërmel et son église Saint-Armel, Lyon, 1968.Michel de Mauny, De Josselin à Ploërmel, Rennes, Ouest-France, 1977 (ISBN 2-85882-012-0, BNF 34594986).Jean-Louis Masson, Provinces, départements, régions : l'organisation administrative de la France, Fernand Lanore, 1984, 703 p. (ISBN 285157003X, lire en ligne).Hélène Roinel, Ploërmel, cité ducale : Les châteaux, les chapelles, Ploërmel, Impr. Le Ploërmelais, 1987, 87 p. (ASIN B0014JJL9M)A. Hede, « Ploërmel, au palmarès de la croissance économique », Ploërmel Brocéliande, Maguil et Bressy, LMC Mosaïque, Paris, 1993, p. 45-48.Jean-François Lagneau, Maison des Marmousets, Ploërmel, Morbihan, Ministère de la culture et de la francophonie, D.R.A.C., s.d..Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, 2003, 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)E. Thomas et al., Carte Géologique de la France - Ploërmel, BRGM, 2004 (lire en ligne), p. 88-90.Sigismond Ropartz, Histoire de Ploërmel, Paris, Lorisse, 1er décembre 2004 (ISBN 2877607151)Jacky Ealet, Ploërmel, Tours, Alan Sutton, juillet 2005, 340 p. (ISBN 978-2-910444-44-0)Alain Le Goff, Ploërmel, sur les traces de son passé, t. 1, Beignon (56), Les Oiseaux de Papier, 3 avril 2015, 152 p. (ISBN 979-10-92377-16-3)Anne Lunven, Du diocèse à la paroisse: Évêchés de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo (Ve – XIIIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 432 p. (ISBN 2753559554, lire en ligne)

Articles connexes

Liste des communes du MorbihanLigne Châteaubriant - Ploërmel

Liens externes

Site de la mairie de PloërmelRessource relative à la géographie : Insee (communes) Ressource relative à la musique : MusicBrainz Ressource relative aux organisations : SIREN Portail des communes de France Portail du Morbihan

Article extrait de l'onglet Wikipédia Château de Vernée (également sur commune de Querré). Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Château de Vernée (également sur commune de Querré)”

Qualité
Localisation
Service
Prix