Service d'assistance téléphonique
Vous avez une question ? Avez-vous besoin d'informations ? Appelez maintenant notres service d'assistance chateauxdefrance.fr 24 heures
Joindre par téléphone avec Château du Dick
0893 02 02 07
Service 2,99€ + prix appel
 
Appeler et parler à un opérateur chateauxdefrance.fr pour avoir le numéro. Service de assistance téléphonique.

Description

Château du Dick

Château du Dick est situé dans la région de Normandie. L'adresse exacte est Château du Dick, Portbail, Manche, France.

La région Normandie de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Normandie (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Le château du Dick est une ancienne demeure fortifiée, du milieu du XVIe siècle, remanié au début du XVIIe siècle, qui se dresse sur la commune déléguée de Portbail au sein de la commune nouvelle de Port-Bail-sur-Mer, dans le département de la Manche, en région Normandie.

Le château fait l’objet d’une inscription partielle au titre des monuments historiques.

Localisation

Le château ou manoir est situé au nord-est du territoire de Portbail, commune déléguée de la commune nouvelle de Port-Bail-sur-Mer, sur le flanc d'une colline dominant la rivière de la Grise, dans le département français de la Manche.

Historique

Le château actuel du Dick a remplacé deux anciens sites : une motte féodale, située probablement au voisinage de l'ancienne gare, dite « Les Mottes du Dicq » ou les « Les Pièces du Dicq de la Motte » (paroisse de Gouey), abandonnée probablement dans le courant du XIIIe siècle et le « château » ou maison forte du Dicq, du XIVe siècle et détruit pendant la guerre de Cent Ans, situé à la « Croutte du Dicq », à l'est du hameau de La Rivière. En 1279, Robert d'Argences, frère de Pierre d'Argences, est qualifié de seigneur du Dick.

C'est probablement Pierre du Castel, écuyer, († 1er janvier 1587), qui construisit ce nouveau manoir. Le 7 juin 1549, il acquiert, pour 3 060 livres, de noble homme Charles de Couvren, sieur et châtelain de Sacey, le fief du Dicq. Le 6 août suivant, il fait l'acquisition du fief de La Balle d'Aubigny (sur Portbail et Saint-Martin-du-Mesnil) alors possession de Robert Anquetil, seigneur de Baudreville. Pierre, n'ayant eu que trois filles, c'est l'aînée, Jeanne du Castel, qui hérite du manoir et le transmet à la famille Vivien, à la suite de son mariage avec Pierre Vivien, sieur de l'Epinne, dont les armes sont « d'azur à deux fasces d'or ».

En 1601, Suzanne Vivien, leur fille, épouse le fils du sieur du Theil et Sauxemesnil, Gilles Poërier († 1665),, bailli de La Haye-du-Puits et contrôleur des Aides à Valognes. En 1640 dans l'état de la noblesse, ce dernier est décrit ainsi : « Messire Gilles Poërier, escuier, seigneur de Gouey et de la Ducquerie ». Jacques Poërier, son fils, lui succède et hérite des fiefs du Dicq, de Lanquetot, de Camprond ainsi que du patronage honoraire des églises de Notre-Dame de Portbail et de Saint-Martin-du-Mesnil.

Vers 1660, à la suite de l'assassinat d'un certain Launey Blondel, par deux frères Poërier, François Poërier, sieur de Portbail et Thomas Poërier, sieur de Lanquetot. Les biens de la famille Poërier sont saisis et vendus en 1672 au plus offrant. Les acquéreurs sont Jean Dauvin et Jacques Levilly (° 1615 - † 1678), receveur des tailles en l'élection de Coutances. À la suite de son mariage avec Jeanne Morin, il laisse trois filles : Charlotte Levilly qui épouse, en 1668, Charles-François Beaufils de Romainville et Françoise (II) Levilly, qui épouse, en 1678, Alexandre Hellouin, écuyer, seigneur d'Anctiville, bailli et lieutenant civil et criminel au bailliage de Saint-Sauveur-Lendelin, conseiller du roi.

En 1690, Beaufils, officier devint Brigadier de cavalerie. En 1702, il sert en Normandie sous Monsieur de Matignon, et décède en 1704, ne laissant qu'une fille, Jeanne-Marguerite de Beaufils, qui hérite notamment des fiefs du Dicq, de Gris et de Brucourt. Elle épouse en 1691, Sébastien II de Montaigu et décède en 1734. Ce sont les trois fils de Françoise et d'Alexandre Hellouin qui héritent : Alexandre Hellouin, chevalier, bailli de Périers, seigneur d'Anctiville ; Charles-Alexandre Hellouin, chevalier, sieur de Portbail et Nicolas-Alexandre Hellouin, sieur du Mesnil. C'est seulement le 12 avril 1743 qu'est enregistré l'aveu au roi, de Charles-Alexandre pour le fief du Dicq. Lui succède Pancrace Hellouin, lieutenant-général civil et criminel à Périers et Saint-Sauveur-Lendelin, cité en 1747, seigneur de Besneville, Gouey et Le Dicq, époux de Marthe Duchemin de la Tour. Pancrace († 1755), n’eut qu'une fille, Marthe-Bonaventure Hellouin d'Anctiville, mariée en 1735 à René-Jacques-François-Bonaventure de Mauconvenant, écuyer, sieur de Peseville, seigneur et patron de Sainte-Suzanne. Marthe-Bonaventure, décédée le 18 août 1779, à Paris, fera établir le terrier et les archives du Dicq, conservées au château de Sainte-Suzanne-en-Bauptois. Leurs deux fils se partageront l'héritage.

En 1790, le Dicq est la possession de Bon Chrétien, marquis de Bricqueville, capitaine des vaisseaux du roi, brigadier de ses armées navales et directeur des constructions navales.

Description

Le manoir du Dick se présente aujourd'hui sous la forme d'un plan quadrilatère irrégulier anciennement fermé composé d'un corps de logis, pouvant être daté de la fin du XVIe siècle, auquel est accolé sur l'arrière deux tourelles tronquées qui ont perdu leurs toitures, d'une chapelle transformé en habitation, et de divers bâtiments de service. Un puits dans la cour complète l'ensemble. L'avant-corps défensif ainsi que sa porte charretière et piétonne ont disparu. Un état de 1665 le décrit comme étant en mauvais état.

La cheminée de style Renaissance de pierre blanche, objet de l'inscription, qui date de la première moitié du XVIIe siècle, orne ce qui fut la salle d'apparat du manoir. Son style rappelle la cheminée du château de Crosville. Sur son manteau figure les armes de la famille Poërier, propriétaire des lieux, « d'azur au chevron d'or accompagné en chef de 2 étoiles d'argent et en pointe d'un croissant de même » surmontées d'un casque d'écuyer, « portant en cimier un aigle posé et ayant deux lions affrontés comme support », alors que le linteau arbore celles de la famille Griselaine, « d'azur à une ancre d'or », qui ne semble pas avoir de relation avec le Dick.

protection

Est inscrite par arrêté du 10 novembre 1928 :

la cheminée Renaissance.

Notes et références

Notes

Références

Voir aussi

Bibliographie

Georges Bernage, « Le manoir du Dick », Vikland, la revue du Cotentin, no 1,‎ avril-mai-juin 2012, p. 30-35 (ISSN 0224-7992). .

Articles connexes

Liste de châteaux et manoirs de la MancheListe des monuments historiques de l'arrondissement de CherbourgPortbail

Liens externes

Ressource relative à l'architecture : Mérimée Portail des châteaux de France Portail de la Manche Portail des monuments historiques français

Article extrait de l'onglet Wikipédia Château du Dick. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Château du Dick”

Qualité
Localisation
Service
Prix