Service d'assistance téléphonique
Vous avez une question ? Avez-vous besoin d'informations ? Appelez maintenant notres service d'assistance chateauxdefrance.fr 24 heures
Joindre par téléphone avec Château et sa chapelle
0893 02 02 07
Service 2,99€ + prix appel
 
Appeler et parler à un opérateur chateauxdefrance.fr pour avoir le numéro. Service de assistance téléphonique.

Description

Château et sa chapelle

Château et sa chapelle est situé dans la région de Bourgogne-franche-comte. L'adresse exacte est Château et sa chapelle, Lux, Côte-d'Or, France.

La région Bourgogne-franche-comte de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Bourgogne-franche-comte (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Le château de Castelnaud est une forteresse médiévale (XIIIe – XVIe siècle) située dans la commune française de Castelnaud-la-Chapelle, dans le département de la Dordogne. En 1980, il a été classé au titre des monuments historiques et son châtelet d'entrée a été inscrit au titre des monuments historiques.

Localisation

Situé à la confluence de la vallée de la Dordogne et de la vallée du Céou qu’il surplombe, le château de Castelnaud fait face à la forteresse de Beynac, son éternel rival médiéval, aux jardins de Marqueyssac et au village de La Roque-Gageac.

Historique

Un premier château est construit au XIIe siècle avant d’être détruit durant la croisade des albigeois menée par les armées de Simon de Monfort.

Après le traité de Paris en 1259, Castelnaud reconnaît la suzeraineté du duc d'Aquitaine, Henri III d'Angleterre. Un nouveau château est alors rebâti au cours du XIIIe siècle. En 1368, Magne de Castelnaud épouse le seigneur Nompard de Caumont. Les Caumont deviennent alors les seigneurs de Castelnaud et de Berbiguières.

Prenant le parti des Anglais pendant la guerre de Cent Ans, il est définitivement pris en 1442 par les armées du roi de France, Charles VII. À la suite du conflit, la famille de Caumont récupère le château et en reste propriétaire jusqu’à la Révolution.

Sans cesse adaptés au progrès de l’artillerie, les travaux d’aménagement se poursuivent jusqu’au début du XVIIe siècle. Après avoir été abandonné à la Révolution, le château sert de carrière de pierres en 1832. Sa restauration s'étend de 1967 à 2012.

Réhabilitation

En 1965, Philippe Rossillon, ancien élève de l'ENA et diplomate, longtemps employé dans des institutions de la francophonie et maire de Beynac-et-Cazenac, a eu l’idée de racheter la ruine du château de Castelnaud pour la rénover. Vingt ans après, en 1985, il l’ouvre au public sous la forme d’un musée de la guerre au Moyen Âge. Son fils Kléber Rossillon, natif de Paris, a passé son enfance en Périgord noir. Il quitte l’Aérospatiale où il travaille pour se lancer dans le tourisme avec le château de Castelnaud et le jardin de Marqueyssac.

Description

Exceptionnel exemple de fortification privée féodale, son parti architectural est rationnel et efficace : le donjon du XIIe siècle, dont la partie haute date du début du XIVe siècle, à cheval sur l’enceinte au profil en forme d’éperon, protège l’entrée principale et domine une tour d'artillerie circulaire du début du XVIe siècle ; percée de nombreuses archères, cette courtine fait partie d’un système défensif performant succédant à deux lignes défensives.

Musée de la guerre

Inauguré en 1985, le musée de la guerre au Moyen Âge investit les salles du logis seigneurial. Le fonds de la collection est constitué de 250 pièces d’armes du XIIIe au XVIIe siècle, en provenance de l’Europe (épées, hallebardes, armures, arbalètes, pièces d'artillerie, dont une reconstitution d'une bombarde), reconstitutions d’engins de siège ainsi qu’un ensemble mobilier. Le musée s’articule de façon dynamique selon une succession d’espaces différents : salle d’artillerie, coursives, salles d’armes, maquettes, salles vidéo, terrasses, magasin d’armes, casemates, atelier du batteur d’armure, cuisine, salle haute du donjon meublé, galerie de hourds, pour un total de quinze salles.

Le château est fréquenté annuellement par plus de 220 000 visiteurs par an dont 20 000 scolaires.

En 2020, le château de Castelnaud obtient la marque Qualité Tourisme pour la qualité de son accueil et de ses prestations.

Protection

Après un premier classement au titre des monuments historiques en 1966, le château et son enceinte sont classés le 28 octobre 1980, et, le même jour, le châtelet d'entrée est inscrit au titre des monuments historiques.

Personnalités liées au château

Bernard de Casnac, propriétaire du château en 1214, époux d'Alix de Turenne.Simon de Montfort, prend le château en 1214.Magne II de Castelnaud épouse Nompar de Caumont, propriétaire en 1368.Pons de Beynac, prend le château en 1442.Geoffroy de Vivans (1543-1592), capitaine du château en 1563.Jacques Nompar de Caumont, compagnon d'Henri IV, maréchal de France en 1622.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

Fernand de La Tombelle, « Le château de Castelnaud », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1918, p. 204-217, 245-259, 294-307 (lire en ligne), avec des dessins d'Henri Laffillée.Henri Waquet, « Quelques détails sur l'histoire du château de Castelnaud de Berbiguières au XVe siècle », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1944, tome 71, p. 145-146 (lire en ligne).Jacques Gardelles, « Le château de Castelnaud », p. 272-286, dans Congrès archéologique de France. 137e session. Périgord Noir. 1979, Société Française d'Archéologie, Paris, 1982.Jean Lartigaut, « Aspects de la reconstruction du XVe siècle dans les châtellenies de Castelnaud et de Berbiguières », p. 201-226, dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1981, tome 103, livraison no 3.Xavier Pagazani, « Castelnaud. Du rêve médiéval à la réalité moderne », dans Le Festin, printemps 2017, no 101, (ISBN 978-2-36062-167-5), (ISSN 1143-676X), p. 100-107.

Articles connexes

Liste des châteaux et demeures de la DordogneListe des monuments historiques de l'arrondissement de Sarlat-la-CanédaChâteau de Castelnau-BretenouxChâteau de Castelnau-PégayrolsChâteau de Castelnau-MontratierChâteau de Castelnau-de-Lévis

Liens externes

Site officielRessources relatives à l'architecture : Mérimée Structurae Documents vidéo-culturels du château de Castelnaud.Blog officiel du château de Castelnaud.Visites en Aquitaine : château de Castelnaud. Portail des châteaux de France Portail des musées Portail de la Dordogne Portail des monuments historiques français

Article extrait de l'onglet Wikipédia Château et sa chapelle. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Château et sa chapelle”

Qualité
Localisation
Service
Prix