Service d'assistance téléphonique
Vous avez une question ? Avez-vous besoin d'informations ? Appelez maintenant notres service d'assistance chateauxdefrance.fr 24 heures
Joindre par téléphone avec Domaine du Château de Bailleul
0893 02 02 07
Service 2,99€ + prix appel
 
Appeler et parler à un opérateur chateauxdefrance.fr pour avoir le numéro. Service de assistance téléphonique.

Description

Domaine du Château de Bailleul

Domaine du Château de Bailleul est situé dans la région de Normandie. L'adresse exacte est Domaine du Château de Bailleul, Angerville-Bailleul, Seine-Maritime, France.

La région Normandie de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Normandie (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Le château de Bailleul est une demeure de la Renaissance qui se dresse sur le territoire de la commune française d'Angerville-Bailleul, dans le département de la Seine-Maritime, en région Normandie.

Le château, propriété privée non ouverte à la visite, est totalement protégé aux monuments historiques.

Localisation

Le château est situé, à 1 km au nord-ouest de l'église Saint-Médard, sur la commune d'Angerville-Bailleul, dans le département français de la Seine-Maritime.

Historique

Bertrand de Bailleul, qui à partir de 1540 semble disposer de moyens financiers importants, achète coup sur coup la terre de Theuville et celle d'Angerville, où il construit son château et y accole son nom, Bailleul, d'où le nom d'Angerville-Bailleul. Bertrand, seigneur de Rufosse, marié en 1526 à Catherine de Piétreval, y fait construire, entre 1543 et sa mort, survenue en 1573, un château de style Renaissance italienne, insolite en pays de Caux, entre autres par son plan carré. C'est au château qu'il aurait reçu, en 1561, la reine Marie Stuart retournant en Écosse après la mort de François II.

Peu d'archives documentent sa construction, qui se situerait vers 1550,.

Le frère de Bertrand, seul héritier, laisse Bailleul à son fils aîné, Robert. Les enfants du cadet, dont le plus jeune est grand louvetier de France, et l'aîné, Nicolas, qui sera conseiller au Parlement de Paris dès 1608, deviendra ambassadeur en Savoie, président du Grand Conseil, prévôt des marchands de Paris, chancelier de la reine Anne d'Autriche, ministre d'État et surintendant des finances de 1643 à 1647,.

Le château éprouvé par la révolution sera réparé à l'économie ; les douves sont comblées et les toitures simplifiées.

En 1998, il était la possession de Mme de Bailleul-Moltzer.

Description

Le château

Entièrement construit en pierre, sur un large socle taluté, le corps de logis de plan carré, coiffé de deux grands comble reliés en « H », est cantonné de quatre pavillons quadrangulaires, fortement saillants, dont les hauts toits sont surmontés de quatre statues symbolisant les quatre vertus cardinales. On y accède par un large perron menant à une porte basse surmontée d'un grand tableau sculpté et au-dessus les trois ordres classiques et une lucarne coiffée d'un petit dôme et d'un guerrier en plomb.

Les façades latérales sont percées de rares et petites ouvertures ovales et rectangulaires, et comportent chacune une loggia à l'italienne permettant l'accès d'un pavillon à l'autre. La sobriété des façades latérales contrastent avec la richesse architecturale des deux autres façades, ornées de sculptures représentant les armoiries des marquis de Bailleul.

Le plan et l'élévation présentent certaines ressemblances avec le modèle « X » de Du Cerceau.

Des travaux de mise au goût du jour eurent lieu autour de 1780. Leur faible qualité a entrainé leur disparition, lors de restaurations de la fin du XIXe siècle, restituant notamment aux toitures leurs complexité primitive.

L'intérieur du château, non ouvert à la visite, contient des détails architecturaux insolites en France, et typique de la Renaissance italienne, avec des plafonds en ogives et d'un escalier à double-révolution.

Le parc

Le parc du château, avec ses grands alignement de hêtres, et peuplé de vases et de statues, n’est pas ouvert à la visite. Il demeure privé. La perspective du château se déploie sur plus d'un kilomètre.

Anecdote

Il y a dans le parc des grand buissons d'hortensias qui cachent des longues plaques de béton. Durant l'occupation, la marquise de Bailleul (née Isabella Buccio della Conca) avait été relogée dans la maison des gardiens par les Allemands qui s'étaient installés au château. Un jour, elle a vu des ouvriers creuser de longs fossés dans le parc. C'était des Italiens avec lesquels elle a pu parler dans sa langue natale. Ils lui ont dit que les Allemands allaient envoyer des sortes de fusées vers l'Angleterre. Affolée à l'idée que les Alliés pourraient bombarder le parc et le château, elle s'est renseignée sur ces fusées, notamment sur la possibilité de les empêcher de décoller. On lui a dit qu'elles avaient un système magnétique et que de la ferraille pourrait perturber, voire empêcher un décollage. Elle a alors payé une fortune les ouvriers pour qu'ils enfouissent de la ferraille dans le béton fraîchement coulé. De cette façon, aucun V1 ou V2 n'a pu décoller du parc du château de Bailleul. La Résistance l'a su et le château n'a jamais été inquiété. Après la guerre, son époux a voulu faire retirer ces énormes rampes de lancement mais on lui a dit qu'il faudrait les faire exploser et que ça endommagerait le bâtiment. La marquise a donc décidé de faire planter des haies d'hortensias le long de ces rampes de béton pour les cacher

Les communs

Les bâtiments du parc, comme la remise aux attelages et la grange dîmière, comportent d'exceptionnelles sculptures et dentelles de bois.

Protection aux monuments historiques

Au titre des monuments historiques :

le domaine avec l'ensemble de la clôture et du bâti, les sols et plantations, ainsi que la grande perspective est inscrit par arrêté du 28 juillet 2005 ;le château en totalité est classé par arrêté 8 juillet 2010.

Notes et références

Notes

Références

Voir aussi

Bibliographie

Château de d'Angerville-Bailleul. XVIe siècle, dans Claude Sauvageot, Palais, châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle, A. Morel libraire éditeur, Paris, 1867, tome 3, p. 43-55 et planches.Philippe Seydoux, Châteaux du pays de Caux et du pays de Bray, Paris, Éditions de la Morande, 1987, 128 p. (ISBN 978-2-902-09117-1), « Bailleul, à Angerville-Bailleul », p. 18-19.Michel Hochmann, « Le château de Bailleul », in Bulletin monumental, 1992, no 3, p. 239-263, (lire en ligne).

Articles connexes

Liste des châteaux et manoirs de la Seine-MaritimeListe des monuments historiques de l'arrondissement du Havre

Liens externes

Ressource relative à l'architecture : Mérimée Portail des châteaux de France Portail de la Seine-Maritime Portail des monuments historiques français

Article extrait de l'onglet Wikipédia Domaine du Château de Bailleul. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Domaine du Château de Bailleul”

Qualité
Localisation
Service
Prix