Description

Domaine du Château de Canisy

Domaine du Château de Canisy est situé dans la région de Normandie. L'adresse exacte est Domaine du Château de Canisy, Saint-Gilles, Manche, France.

La région Normandie de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Normandie (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Le château de Canisy est une demeure du XVIe siècle, remaniée aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, qui se dresse sur le territoire de la commune française de Canisy, dans le département de la Manche en région Normandie. Il est depuis la Révolution toujours la possession de la famille de Kergorlay.

Le domaine de Canisy est partiellement protégé aux monuments historiques.

Localisation

Le château est situé au sein d'un vaste parc et domaine agricole de 300 hectares, dans la vallée de la Joigne, près d'un étang, à 400 mètres au nord-ouest de l'église Saint-Pierre, sur la commune de Canisy, dans le département français de la Manche.

Historique

Selon des historiens locaux, le site de Canisy a été le siège d'un château féodal, dont l'origine pourrait remonter du temps des Vikings. Rien ne permet d'affirmer à ce jour que la motte ait été située à l'emplacement de l'actuel château. Un seigneur de Canisy, Hugues de Carbonnel, aurait accompagné Guillaume le Conquérant lors de la conquête de l'Angleterre, et se serait fixé en ce lieu. Les Carbonnel, se seraient installés à Canisy dès le XIIe siècle. Des vestiges datés de cette époque sont encore visibles dans la tour ronde fortifiée du château et dans le corps de logis, attestant son implantation ancienne. Quoi qu'il en soit les Carbonnel et leurs descendants occupèrent le château sans interruption jusqu'à la fin du XVIIIe siècle.

Le château actuel, restauré au XIXe siècle, fut construit (1575-1623) sur les plans de l'architecte François Gabriel, par Hervé de Carbonnel (1558-1625), officier dans les troupes d'Henri IV, puis gouverneur d'Avranches qui épousa Anne de Matignon, l'une des filles du maréchal Jacques de Matignon.

Au XVIIe siècle, le château est donné en héritage par Catherine-Éléonore de Carbonnel à Antoine de Faudoas, l'un de ses neveux. Le fils de ce dernier, Augustin-Hervé de Faudoas (1736-1794), seigneur de Canisy, sera guillotiné le 14 juillet 1794 à Paris, comme sa sœur, Catherine-Michelle de Canisy (1745-1794), grande amie de Charlotte Corday, et sa fille Marie Louise Éléonore de Faudoas de Canisy, lors de la Révolution. Ils avaient été arrêtés au château le 15 juin 1794. Son autre fille, Justine de Faudoas et son époux Gabriel de Kergorlay échappèrent à la guillotine ; leurs familles les avaient envoyés en avril 1789 en Italie. Le voyage se prolongera jusqu'en 1803.

La comtesse de Kergorlay, récupéra la demeure familiale, celle-ci n'ayant pas été déclarée bien national, gardée et sauvée de la confiscation par le régisseur. Au XIXe siècle, Hervé de Kergorlay, député, transforme le domaine en une exploitation agricole moderne.

Le château est endommagé lors des bombardements de 1944. À la Libération, le colonel James Earl Rudder, héros de la prise de la Pointe du Hoc, puis le général Omar Bradley, le concepteur de l'opération Cobra, séjournèrent au château, le général y restant avec ses hommes un mois, en août 1944.

C'est Denis de Kergorlay, qui en 2018, y réside encore.

Description

À l'origine, le château formait un quadrilatère fermé entourant la cour d'honneur. En 1740, un incendie ruina deux de ses côtés. Il subsiste de ce plan initial deux tours cylindriques. Les corps de logis disposé en équerre arborent chacun un pavillon. L'un est construit en pierres à bossages et son fronton est en arrondi, l'autre percé à sa base de deux arcades est à fronton triangulaire, percé d'une lucarne et surmonté d'un toit à clocheton.

Le château est construit avec une alternance de pierres de Troisgots en calcaire blanc et poudingue rouge violacé, comme le château de Torigni, bâti par le beau-père d'Hervé Carbonnel, le maréchal de Matignon et dont les façades des pavillons sont semblables. Le seigneur de Canisy était également seigneur de Troisgots, d’où furent extraites les pierres ayant servi à la construction du château. À l'intérieur, escalier daté de 1588.

Le château est entouré d'un parc à l'anglaise de 30 hectares comprenant des étangs, un parc animalier et floral.

Possesseurs successifs

Liste non exhaustive :

Protection aux monuments historiques

Au titre des monuments historiques :

le château est classé par arrêté du 8 septembre 1945 ;le parc, avec son ruisseau (la Joigne) , son étang, ses avenues, ses perspectives, ses bois et ses pâturages ; les façades et toitures des bâtiments de service du château comprenant l'orangerie, les serres, les écuries et les remises, à l'exclusion du bâtiment moderne ; le potager du château avec ses murs de clôture, y compris les façades et les toitures du petit bâtiment situé à l'angle ouest ; dans la ferme de Saint-Gilles : les façades et les toitures de la grange, la laiterie avec son aménagement intérieur, le potager circulaire et les façades et les toitures de l'ancien pavillon du jardinier ; dans la ferme de la Mesnagerie : les façades et les toitures du bâtiment d'entrée avec son porche ainsi que les façades et les toitures de l'ensemble des bâtiments du moulin de Canisy et du moulin de Saint-Gilles sont inscrits par arrêté du 16 avril 1999 ;la ferme de Saint-Gilles : les façades et les toitures du logis ; l'écurie et la porcherie, en totalité et les intérieurs de la grange sont inscrits par arrêté du 9 juin 2005.

Visite et hébergement

Le château de Canisy est ouvert à la visite lors des Journées du patrimoine. Le parc est en accès libre. Des chambres et des suites sont disponibles à la location.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

Gaétan Guillot, « Le château de Canisy », dans La Normandie monumentale et pittoresque. Édifices publics, églises châteaux, manoirs, etc. : Manche 1re partie, Le Havre, Lemale & Cie imprimeurs éditeurs, 1899 (lire en ligne), p. 29-33.Alain Erlande-Brandenburg, « Le château de Canisy », dans Congrès archéologique de France. 124e session. Cotentin et Avranchin. 1966, Paris, Société française d'archéologie, 1966, p. 308-315.Michel Hébert et André Gervaise, Châteaux et manoirs de la Manche, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 2003, 176 p. (ISBN 978-2-84706-143-7), p. 140-141.

Articles connexes

Liste de châteaux et manoirs de la MancheListe des monuments historiques de l'arrondissement de Saint-LôCanisy

Liens externes

Site officielRessource relative à l'architecture : Mérimée Château de Canisy, sur Wikimanche Portail des châteaux de France Portail de la Manche Portail des monuments historiques français

Article extrait de l'onglet Wikipédia Domaine du Château de Canisy. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Domaine du Château de Canisy”

Qualité
Localisation
Service
Prix