Service d'assistance téléphonique
Vous avez une question ? Avez-vous besoin d'informations ? Appelez maintenant notres service d'assistance chateauxdefrance.fr 24 heures
Joindre par téléphone avec Ruines du Château de Ventadour
0893 02 02 07
Service 2,99€ + prix appel
 
Appeler et parler à un opérateur chateauxdefrance.fr pour avoir le numéro. Service de assistance téléphonique.

Description

Ruines du Château de Ventadour

Ruines du Château de Ventadour est situé dans la région de Nouvelle-aquitaine. L'adresse exacte est Ruines du Château de Ventadour, Moustier-Ventadour, Corrèze, France.

La région Nouvelle-aquitaine de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Nouvelle-aquitaine (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

Le château de Meyras, appelé château de Ventadour au XIXe siècle, est un ancien château fort fondé au XIe siècle, et remanié aux XVe et XVIe siècles, qui se dresse sur la commune française de Meyras dans le département de l'Ardèche, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 4 mai 1937.

Localisation

Le château est situé au sud-est du territoire communal de Meyras, dans le département français de l'Ardèche. Il se dresse au-dessus de la confluence entre la Fontaulière et l'Ardèche, et à proximité de la confluence avec le Lignon, permettant d'accéder à Jaujac, sur un éperon rocheux, à 373 mètres d'altitude.

Le château, entre Rhône et Massif Central, près des sources de Neyrac où au Moyen Âge l'on soignait la lèpre, contrôlait les routes permettant d'accéder au Puy, par le col du Pal ou celui de la Chavade.

La découverte d'une borne milliaire en 1857 au bord de la rivière à Pont de Labeaume tend à faire penser que la route passait rive droite de l'Ardèche à ce niveau. Il n'en est rien, la borne a certainement été déplacée ou charriée par une crue, la route romaine est rive gauche[réf. nécessaire].

La première route suivait la rive gauche de l'Ardèche en venant d'Aubenas, passait au pied de Nieigles, face au château, franchissait la Fontaulière de rive gauche à droite soit au Gua (gué), soit sur un pont de bois à Veyrières (devenu en pierre en 1740) pour filer sur Meyras, Armanier et Montpezat et le col du Pal (la D536 n'existe pas encore).

La seconde, toujours partant d'Aubenas, suivait la rive droite de l'Ardèche jusqu'au lieu dit « La Garde », soit 2 km avant Pont de Labeaume, et bifurquait par le Coulet pour rejoindre les ponts du Réjus et du Barutel afin de remonter ensuite sur Meyras puis Thueyts et le col de la Chavade (La N102 n'existe pas encore).

Une théorie en cours de vérification place au pied de la forteresse au Moyen-âge un pont dit « du Pourtalou » légèrement en amont du confluent Fontaulière-Ardèche, sur la Fontaulière. Ce pont décrit par plusieurs chroniqueurs comme un pont à péage, aurait pu relier la route des rives gauches au château par un ou plusieurs chemins, dits eux aussi du Pourtalou. Ainsi, le voyageur de la rive gauche n'aurait eu d'autre solution, pour relier au plus court Meyras, que de passer à Ventadour et y acquitter des droits de passage, le château étant ensuite relié à Meyras par deux chemins, un sud par « les Portes » et « le Meynades », et un nord par « le Pradel » et « Sabastier » (noms modernes).

Historique

Le château de Ventadour a été construit au XIe siècle alors que le fief de Meyras appartenait aux Solignac.

En 1185 Pons III de Montlaur (à Coucouron, Mayres), baron d'Aubenas, épouse Miracle de Solignac et son frère Béraud II de Solignac (mort en 1234), baron de Solignac-sur-Loire et seigneur de Meyras, leur abandonne en 1195 le fief de Meyras. De ce mariage est né Héracle II de Montlaur. Son petit-fils, Pons VI de Montlaur, n'ayant eu aucune descendance de ses deux mariages, lègue par testament en 1272 le château de Meyras, à son neveu Guigues IV de la Roche (vers 1245-1327), fils de sa sœur, Jordane de Montlaur (vers 1245-1279), veuve de Guigues III de (la) Roche-en-Régnier (vers 1195-après 1239).

Le château est acquis par héritage par la famille de Lévis à la fin du XIVe siècle. Philippe II de Lévis (1321-vers 1382), vicomte de Lautrec, s'est marié en 1336 avec Jaujague de la Roche-en-Régnier, dame de Bellegarde, de Broussan et de Jonquières-Saint-Vincent, fille de Guigues V de la Roche-en-Régnier. Philippe III de Lévis s'est marié en 1372 avec Eléonore de Thoire-Villars (veuve d'Edouard de Beaujeu), dame de Miribel en Forez, d'Annonay, de Buis- et de Bussy-en-Beaujolais. Son fils Philippe IV de Lévis s'est marié en 1395 avec Antoinette d'Anduze, (vicomtesse de Rémond ?), dame de La Voulte, de Pierregourde, de Chomeirac et de Rochemaure. Son petit-fils, Louis de Lévis, baron de la Roche-en-Régnier (avec Jaujac, les Boutières et Meyras) et baron d'Annonay, épouse en 1472 Blanche de Ventadour, héritière du château de Ventadour, en Corrèze. Cette branche de la famille de Lévis prend le nom de Lévis-Ventadour. Louis de Lévis meurt en 1521. Le château est revenu à son fils, Gilbert Ier de Lévis-Ventadour. Il a épousé Jacqueline du Mas qui a possédé le château des Éperviers, à Saint-Cirgues-en-Montagne.

Après la mort de Gilbert Ier de Lévis, en 1529, Jacqueline du Mas a passé son veuvage au château de Ventadour. Le château ne sera plus habité par la suite par les propriétaires successifs. Leur fils, Gilbert II, a suivi François Ier et Henri II dans les résidences royales d'Amboise et de Fontainebleau, et s'est installé au château de La Voulte qu'il a fait agrandir. Il y a accueilli une réunion des États particuliers du Vivarais, en 1532. Il meurt en 1547. Gilbert III de Lévis-Ventadour a épousé en 1553 Catherine de Montmorency, fille du connétable Anne de Montmorency. Il est devenu duc de Ventadour en 1578, pair de France en 1589. Il meurt au château de La Voulte en 1597. Pendant les guerres de Religion il a été proche des Montmorency, catholiques modérés et adversaires des Guise. François de Langlade a été bailli du duc de Ventadour pour son château de Meyras-Ventadour, et, huguenot, il a acheté le château de Hautsegur, autrefois appelé Rochegude ou Rochesure, à Meyras. Le fils de Gilbert III, Anne de Lévis, s'est marié en 1593 avec sa cousine germaine, Marguerite de Montmorency (1572-1660). Anne de Lévis-Ventadour est mort en 1622. Le château de Ventadour a été le douaire de Marguerite de Montmorency. Gilbert de Vincentis a eu la garde du château qu'il a dû défendre en 1622 contre un coup de main de son beau-frère, le capitaine Barbier, qui est mort dans l'attaque. Gilbert de Vincentis est mort au château en 1623. Annet de Vincentis lui a succédé dans la garde du château mais ne l'habite plus. Le château avait été démantelé préventivement après l'édit de Nantes

Après la mort de Marguerite de Montmorency, son fils, Henri de Lévis vend le 1er mars 1663 à Claude-François de Saint-Vidal, seigneur de Choisinet, les terres et seigneuries de Jaujac et de Meyras pour 135 873 livres. Claude de Choisinet meurt en 1672. Son fils, Christophe de Choisinet, en hérite mais meurt sans enfants en 1728. Sa seconde épouse, Marie-Félicie de Launay, hérite du château. Elle décède en 1759 en laissant tous ses biens à son frère, Jules de Launay, auquel succède Emmanuel de Launay, comte d'Antraigues.

Les Choisinet et les Launay n'ont pas habité au château. L'abandon du château a dû commencer au XVIIIe siècle. Un inventaire fait en 1673 montre qu'il est déjà délabré à cette époque. En 1794, le château est vendu comme bien d'émigré à André Soboul de Pont-de-Labeaume, fermier du comte d'Antraigues, et Bernard Dusserre.

À la Révolution, il fut décrit ainsi : « Cette vieille masure de château n’a point porté depuis sa destruction, arrivée depuis plus d’un siècle, de revenu ».

En 1811, Bernard Dusserre, devenu seul propriétaire, vend le château à Louis-Hippolyte des Arcis, qui le revend en 1845 à Salomon Croizier. Le marquis Sosthène de Chanaleilles, lointain descendant des Langlade, a racheté le château en 1860 et y a entrepris quelques travaux de restauration mais les a arrêté devant leur ampleur. Le château est passé à sa fille, Marie-Isabelle, mariée à Albéric de Marcieu. Le château est resté dans la famille de Marcieu jusqu'à sa vente par la veuve d'Amédée de Marcieu à Pierre Pottier, en 1968.

Le château de Ventadour fut largement utilisé après la Révolution française comme carrière de pierres. Un tableau de Jules Thibon intitulé Les ruines du château de Ventadour qui date de 1860 et se trouve dans une collection particulière décrit son état au XIXe siècle. Un autre tableau plus ancien le représente en arrière-plan, il s'agit d'une œuvre de Adrien Joly de la Vaubignon destinée à Louis XVIII et exposée au musée de Guéret. Elle date de 1818, elle est peut-être exploitable pour visualiser l'édifice en 1818, bien que romancée.

Depuis 1969, le château fait l'objet d'une restauration par Pierre et Françoise Pottier et un grand nombre de bénévoles se succédant au fil des ans. Le plan du château est basé sur le modèle des châteaux savoyards (carré savoyard), le donjon étant attaché à la muraille. On peut y voir un donjon carré, des tours, deux pigeonniers et une porte fortifiée. Le château est restauré dans le cadre de chantiers Rempart. En 1997, la direction régionale des Affaires culturelles a arrêté ses subventions en considérant qu'il ne s'agissait plus d'une restauration mais d'une reconstruction du château.

Description

Le château avec ses créneaux et ses tours compactes comprend trois enceintes.

D’après les travaux de recherche effectués et la notice sur le château écrite par Georges Grégoire, la construction la plus ancienne est le donjon carré.

La recherche de l'évolution architecturale du château n'est toujours pas achevée : cette évolution s'étant échelonnée sur au moins cinq siècles, les constructions sont imbriquées et très certainement des modifications ont eu lieu dans « le même siècle ».

Outre l'ouvrage de Georges Grégoire, il existe un livre (hélas en diffusion très limitée, mais consultable à la BNF) qui décrit très bien le château à son apogée, au XVIIe siècle. Il s'agit de Le Château de Meyras, dit de Ventadour - Dessins, plans et interprétation des inventaires de Philippe Denis (1979). Il n'est pas parfait car de nouveaux dégagements ont été effectués depuis sa parution, mais a le mérite d'être le plus complet.

La fortification la plus intérieure était accessible par l’intermédiaire d’un pont-levis, la fortification sud avec une seule entrée et la troisième qui entourait complètement le château comportait trois portes, peut-être une quatrième au nord si le « chemin du Pourtalou » est retrouvé et avéré. La tour carrée de son angle nord-ouest est constituée de salles voûtées. La tour carrée de l’angle sud-ouest, surmontée de deux échauguettes, daterait de travaux du XIVe siècle.

Un article a été écrit sur les ruines au XIXe siècle, d'après plusieurs lithographies et tableaux, dont celui de La Vaubignon. Il est consultable au musée de Guéret où se trouve le tableau.

Sur la page Facebook intitulée « chantier de jeunes du château de Ventadour », d'ancien bénévoles du chantier, historiens amateurs, publient des articles destinés à éclairer son histoire, aussi bien architecturale, que l'environnement médiéval.

Notes et références

Notes

Références

Annexes

Bibliographie

Vicomte L. de Montravel, Monographie des paroisses du diocèse de Viviers - Meyras, p. 83-91, dans Revue historique, archéologique, littéraire et pittoresque du Vivarais illustrée, février 1895 (lire en ligne)Serge Dahoui, Ventadour, Impremta de Montserrat, 1973Georges Grégoire, Le Château de Meyras dit de Ventadour, Humbert et fils, Largentière, 1976Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Strasbourg, Éditions Publitotal, 1987, 28e éd. (1re éd. 1979), 1304 p. (ISBN 2-86535-070-3, OCLC 1078727877), p. 752Michel Riou, Ardèche, Terre de châteaux, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2004 (ISBN 2-84206-214-0) (aperçu)Philippe Denis, Le Château de Meyras dit de Ventadour (Ardèche). Dessins, plans, interprétation des inventaires, édité à compte d'auteurJean-Luc Bourbon, Recueil d'essais sur le château de Meyras, dit de Ventadour, écrits de 2009 à 2017 (lire en ligne)

Articles connexes

Liste des monuments historiques de l'ArdècheMeyrasJules ThibonFontolière

Liens externes

Patrimoine d'Ardèche : Le château fort de Meyras, dit château de VentadourAssociation Rempart : Château fort de Ventadour (Meyras)Parc naturel régional des Monts d'Ardèche : Château de VentadourMairie de Meyras : Programme des visites sur l'histoire - Le château de Ventadour Portail des châteaux de France Portail de l’Ardèche Portail des monuments historiques français

Article extrait de l'onglet Wikipédia Ruines du Château de Ventadour. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Ruines du Château de Ventadour”

Qualité
Localisation
Service
Prix