Description

Ruines du Château féodal

Ruines du Château féodal est situé dans la région de Nouvelle-aquitaine. L'adresse exacte est Ruines du Château féodal, Madaillan, Lot-et-Garonne, France.

La région Nouvelle-aquitaine de France compte de nombreux châteaux de grande importance et en très bon état de conservation. Il existe plusieurs itinéraires touristiques où ces fantastiques monuments architecturaux sont visités.

Pratiquement tous les châteaux du Nouvelle-aquitaine (et de toute la France), sont libres d'accès mais il faut payer un billet d'entrée. Sur ce site, nous essayons de maintenir ces prix à jour pour votre information, ainsi que si vous avez besoin d'une réservation préalable en période de forte affluence.

Étant donné que les prix et les horaires peuvent changer sans nous laisser le temps de les mettre à jour, pour connaître les données exactes, vous pouvez :

Description (de l'entrée Wikipedia)

La Roche-en-Ardenne (en wallon Li Rotche, en allemand Fels im Ösling ou Welschenfels) est une ville francophone du Sud de la Belgique située au bord de l'Ourthe, en province de Luxembourg dans la Région wallonne.

Elle est surtout connue pour les ruines du château féodal qui la surplombe et sa place historique au cœur du comté de La Roche.

Géographie

Localisation

La ville est située dans le sud de la Belgique, au nord de la province de Luxembourg, sur l'axe de communication entre Fraiture et Champion, soit entre le plateau des Hautes Fagnes et les Ardennes belges. Elle est située au nord-ouest du Parc naturel des deux Ourthes, dans un méandre le long de l'Ourthe. La ville se prolonge sur la rive gauche le long du Bronze, un ruisseau affluent de l'Ourthe.

Elle est distante de 17 kilomètres de Marche-en-Famenne, commune principale de l'arrondissement administratif de Marche-en-Famenne ; de 58 kilomètres d'Arlon, le chef-lieu de la province de Luxembourg ; de 59 kilomètres de Namur, la capitale de la Région wallonne ; de 114 kilomètres de Bruxelles, la capitale de la Belgique ; en distances orthodromiques.

Elle est également distante de 24 kilomètres du Grand-Duché de Luxembourg ; de 40 kilomètres de l'Allemagne ; de 64 kilomètres des Pays-Bas ; de 50 kilomètres de la France ; de 205 kilomètres de la mer du Nord ; toujours en distances orthodromiques.

En termes de superficie, c'est la vingt-deuxième commune de Belgique la plus étendue avec une population de seulement 4 194 habitants, soit 28 habitants au kilomètre carré, l'un des taux les plus faibles de Belgique en termes de densité. Elle est comparable, d'un point de vue de la superficie et de la population, aux communes de Bouillon, Bullange ou Gedinne et est plus grande que Mons, Bruges et Marche-en-Famenne.

Communes limitrophes

Histoire

En 1285, dans le Tournoi de Chauvency, l'épouse de Henri le Lion porte le titre de comtesse de La Roche et de Luxembourg ; Jacques Bretel la désigne même parfois sous le seul nom de « Madame de La Roche ».

Entre juillet et octobre 1866, une épidémie de choléra s'abattit sur la ville et causa 124 décès - soit un habitant sur huit.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 11 mai 1940, lendemain du déclenchement de la campagne des 18 jours, La Roche est prise par les Allemands de la Panzer-Aufklärung-Abteilung 37, unité de reconnaissance de la 7e Panzerdivision qui a pour objectif de traverser la Meuse au niveau de Dinant. Les allemands ont occupé le château de La Roche, amenant ainsi les forces alliées à le bombarder.

Héraldique

Monuments et sites

Le Cheslé de BérismenilLe château féodal de La Roche-en-Ardenne date du XIe siècle. Après le siège de 1680 par Louis XIV, les fortifications furent renforcées. Le château fut démoli sur l'ordre de Joseph II, au XVIIIe siècle.La chapelle Sainte-MargueriteL'église Saint-Nicolas (1899–1901, architecte Clément Léonard), et ses grandes orgues Oberlinger (IIIP/49 jeux)Le barrage de NisramontLa Fange aux Mochettes reprise sur la liste du patrimoine immobilier exceptionnel de la WallonieLe patrimoine immobilier classé

Économie

L'économie rochoise est principalement axée sur le tourisme. Le château ainsi que l'Ourthe qui traverse la commune en sont les principaux atouts.

Une zone d'activité a été créée sur le plateau de Vecmont afin de diversifier l'économie locale.

Plus de la moitié de la superficie communale est couverte de bois. La répartition entre feuillus et résineux est plus ou moins égale.

Les grès de La Roche (poterie au bleu de cobalt, vernissée au sel) est une tradition locale réputée, initiée en 1836 par Henri Hoffman, originaire de Ransbach (duché de Nassau). La production fut reprise en 1878 par la famille Kalb et poursuivie jusqu'en 2009 par plusieurs successeurs. Une exposition permanente décrit cette tradition.

Démographie

Elle comptait, au 1er décembre 2018, 4 203 habitants (2 125 hommes et 2 078 femmes), soit une densité de population de 28,49 habitants/km2 pour une superficie totale de 147,52 km2.

Le graphique suivant reprend sa population résidente au 1er janvier de chaque année :

Les chiffres des années 1846, 1900 et 1947 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier

Folklore

Février - mars : cochonnailles et festin au châteauDimanche 21 jours avant Pâques : grand cortège carnavalesque (plus de 50 groupes)Avril : Passage de Liège-Bastogne-Liège dans la côte de la Roche-en-ArdenneDébut juin : marathon natureJuillet - août : présentation son et lumière du fantôme de Berthe de La RocheJuillet : course de caisse à savons à HivesJuillet : beach week-end (beach pétanque, beach football et beach volley)20 juillet : feu d'artificeMi-août : week-end médiévalFin août : vélomédiane CriquielionMi-septembre : festival de la soupe

Bourgmestres

Les bourgmestres suivants ont été élus depuis la fusion des communes (1976) :

Jules Bastin (1977-1982)Jean-Pierre Dardenne (1983-1994)Jacques Linchet (1995-janvier 1998)Jean-Pierre Dardenne (février 1998-mai 2011)Guy Gilloteaux (mai 2011-mandat en cours)

Origine du nom

L'origine des noms de villes et des lieux-dits a souvent, donné naissance à des explications fantaisistes, voire ridicules. Parfois, il faut s'en rapporter à des légendes ou à des sources de peu de valeur. Heureusement, ce n'est pas le cas pour La Roche.L'explication de l'origine du nom de La Roche est simple, claire et indiscutable. Les anciens qui ont fondé la localité et lui ont donné un nom, ont été frappés par cet amas de roches abruptes qui glissent de la montagne du Daister, qui montent en falaises vers les hauteurs de Corumont, qui se dressent comme des tables massives sur le thier du gravier. Quelle impression de grandeur colossale n'ont-ils pas ressentie devant cet éperon rocheux, qui surplombe l'Ourthe, et sur lequel furent construites les fortifications romaines et médiévales qui ont donné naissance à la cité. Partout, ce ne sont que rochers ! Aussi est-ce à juste titre que l'endroit fut baptisé du nom de La Roche.Les archives nous donnent les orthographes diverses de ce mot :- Rupes Seremani : des acte de 1046 - 1065 mentionnent Rupe Seremani.- Rupes est la forme latine du mot "roche". Il ne faut pas oublier l'importance de la langue latine à cette époque, c'était la langue savante dans laquelle se transcrivaient les actes.- Dans les actes des siècles suivants, nous rencontrons des formes diverses de ce mot, qui s'expliquent par l'évolution de la langue elle- même, mais, toujours, nous y trouvons la racine fondamentale :- Rupes in Arduennam : 1139 - 1497 - 1598.- Rupensis : 1189 - 1196- La Roiche en Ardenne : 1275.- La Roiche : 1313.- La Roche 1342 - 1602.- Del Roche : 1374.- Welchenfels : 1396, orthographe germanique du mot. Il ne faut pas oublier qu'a cette époque, nous faisons partie de l'Empire d'Allemagne.- Rupis : 1589.- Laroche : 1789. Cette dernière forme du mot est restée telle jusqu'à la première moitié du XXe siècle. Depuis quelques années, le nom s'écrit La Roche en Ardenne;" La Roche" en deux parties accolées à l'expression " en Ardenne " pour retrouver la forme du XIIe siècle et éviter la confusion avec la commune "de Laroche en Brabant".

(Texte E.Bock " Les genêts", 23 janvier 1951)

La ville s'appelait originellement La Roche. Cependant, afin de pouvoir effectuer la distinction avec La Roche en Brabant (commune de Court-Saint-Étienne), la ville fut autorisée à changer de nom[Quand ?] pour prendre son appellation actuelle.

Le roman Le trésor perdu, 3e titre de la série Les compagnons de Villers-la-Chèvre, est en partie basé sur l'Histoire et les légendes de la ville.

Sécurité et secours

La ville fait partie de la zone de police Famenne-Ardenne pour les services de police, ainsi que de la zone de secours Luxembourg pour les services de pompiers. Le numéro d'appel unique pour ces services est le 112.

Personnalités liées à La Roche

Joseph Bonvoisin, graveur liégeois, mort à La Roche en 1960.Sushi, dit Le Petit

Jumelages

La Roche-en-Ardenne est jumelée avec:

Saverdun (Ariège, France), Eunice (États-Unis),

Notes et références

Liens externes

Site officiel Portail de la province de Luxembourg

Article extrait de l'onglet Wikipédia Ruines du Château féodal. Tous les droits sur cet écrit appartiennent à ses auteurs sous la licence Creative Commons

Photos

Ajouter un avis et une vote

Be the first to review “Ruines du Château féodal”

Qualité
Localisation
Service
Prix