Nouvelles

information-chateau-de-chantilly
admin | 22 de août de 2022 | 0 Commentaires

Une visite des châteaux les mieux notés de France

Dans la chaleur, un bon château. La royauté et l’aristocratie européennes le savaient bien il y a des siècles. Il fallait rester à l’écart du reste des mortels, non pas, oui, mais aussi de tant de lumière et de tant de soleil, car quoi de mieux contre la chaleur que de beaux murs de pierre très hauts, très larges, très impressionnant.

C’était peut-être le plus grand privilège : ne pas envisager la possibilité de mourir d’un coup de chaleur en été. Cela reste ainsi, cela se voit. Pourtant, paradoxalement, il est aujourd’hui possible d’échapper aux fortes chaleurs en cherchant ces châteaux où tout a commencé : classes, position sociale, niveaux. Si vous pouvez vous évader, les châteaux de France vous attendent, surprise, portes ouvertes ! La France conserve un nombre important de ces édifices. Beaucoup d’entre eux sont concentrés dans le célèbre Val de Loire.

Appelé aussi « le jardin de la France », c’est une zone géographique située en plein centre du pays, et divisée en quatre sous-régions : le pays nantais, l’Anjou, la Touraine et le Centre Val-de-Loire. Bien qu’il n’existe pas de liste officielle des « châteaux de la Loire », le chiffre serait d’environ 40, en ne prenant en compte que les principaux châteaux. Évidemment, pour les visiter tous, il vous faudra quelques jours.

Le château de Chambord, le château de Chenonceau, le château de Villandry ou encore le château d’Amboise sont parmi les plus connus de la région. Cependant, tout n’est pas dans la Loire. Outre le mythique Château de Versailles, il en existe d’autres comme le Château de Chantilly et le Château de Fontainebleau. Ici, vous avez un petit guide pour leur apprendre un peu plus sur leurs histoires :

Château de Chantilly

Le Château de Chantilly

Comme son nom l’indique, il se situe sur la commune de Chantilly, dans le département de l’Oise, en région Picardie. Entouré d’un immense jardin à la française rempli de bassins et de fleurs magnifiquement entretenues, le château de Chantilly est composé de bâtiments et d’ailes d’époques et de styles différents.

Si la première pierre fut posée au XIVe siècle, dans ce qui ne serait qu’une partie de l’ensemble conservé aujourd’hui, autant de monarques que de goûts y passèrent, de la Renaissance du XVIe siècle à l’historicisme de la fin de le 19ème siècle. De cette façon, il est divisé en deux zones, le Grand Château et le Petit Château (le premier), mais à leur tour en une grande variété de coins, chacun plus différent. Pendant la Révolution française, le château est abandonné après que le prince de Condé, alors résident, ait fui le pays.

Plus tard, à l’été 1792, une bande de gardes nationaux a envahi et pillé le bâtiment à plusieurs reprises. Cependant, l’aristocratie condéienne est revenue plus tard, et depuis elle s’est transmise de génération en génération, jusqu’à ce qu’en 1830 elle soit héritée par Henri d’Orléans (duc d’Aumale), un important collectionneur qui la reconstruit et finit par en faire don à l’Institut de France. Aujourd’hui, son intérieur renferme de nombreuses pièces historiques en tous genres, ainsi que l’aura même de cette cour, une aura plutôt fraîche, bien sûr.

Château de Fontainebleau

Château de Fontainebleau
Château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau est l’un des plus grands palais royaux français que vous pouvez visiter. Il est situé dans la ville de Fontainebleau, département de Seine et Marne, également dans le nord de la France. Ce palais a introduit le maniérisme italien dans le pays par la décoration intérieure et dans les jardins, l’adaptant au goût français de l’époque. C’est pourquoi le maniérisme français dans la décoration intérieure du XVIe siècle est appelé le « style Fontainebleau ».

L’ancien château qui se dressait là où nous le trouvons aujourd’hui était déjà utilisé à la fin du XIIe siècle par le roi Louis VII, à qui Thomas Becket consacra la chapelle. Fontainebleau était l’une des résidences préférées de Philippe II et de Louis IX. Cependant, le créateur du bâtiment actuel était l’architecte Gilles le Breton mandaté par François Ier. Philippe IV, Henri III et Louis XIII sont nés dans ce palais, et le premier y est également mort. De plus, Christina de Suède a passé une partie de sa vie à Fontainebleau après avoir abdiqué en 1654. Actuellement, une partie du palais abrite les Écoles d’Art Américaines, une école d’art, d’architecture et de musique pour étudiants américains. . Le jeu de paume d’Henri IV est conservé dans les champs. C’est le plus grand court de tennis de ce type au monde et l’un des rares à être propriété publique.

Château de Chambord

Château de Chambord

C’est, sans aucun doute, l’un des plus reconnus au monde comme un symbole clair du concept de «château». Située en région Centre-Val de Loire, son architecture Renaissance française très typée ne passe pas inaperçue. C’est un bâtiment où les formes médiévales traditionnelles sont mélangées avec des structures italiennes classiques.

Le Château de Chambor d est aussi le plus grand des châteaux dits de la Loire. Cependant, il y a quelque chose d’un hic à son nom : il a été construit comme pavillon de chasse pour le roi François Ier, qui a gardé ses résidences royales au château de Blois et au château d’Amboise. Bien sûr, pour être un pavillon, quel pavillon : 440 pièces, 365 cheminées et 84 escaliers. Quatre salles rectangulaires et l’un des points forts architecturaux les plus connus du grand public, la double hélice du spectaculaire escalier ouvert où l’on peut monter et descendre en même temps sans se cogner.

Le château est entouré de 52,5 kilomètres carrés d’arbres, qui forment une forêt de 31 kilomètres. Vu d’en haut, c’est un quadrilatère à l’intérieur duquel la tour s’adosse au côté nord. A l’intérieur de la tour, au carrefour des grands halls perpendiculaires à ceux desservant les chambres, l’escalier à double volée unit les circulations verticales et horizontales et permet de monter sur les terrasses ou de descendre dans le patio. En 1840, il a été inscrit sur la première liste des monuments historiques du pays et déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO en 1981. Actuellement, il fait partie du groupe de châteaux de la Loire qui ont été déclarés site du patrimoine mondial par l’UNESCO, tels que Vallée de la Loire, entre Sully-sur-Loire et Chalonnes, en l’an 2000.

Château de Chenonceau

Château de Chenonceau
Château de Chenonceau

Le Château de Chenonceau est le monument historique privatisé le plus visité de France. Oui, comme vous l’entendez, ce château n’est pas de nature étatique, mais depuis qu’il a été saisi aux héritiers originels, il est passé entre de nombreuses mains : Le 5 avril 1913, au moyen d’une vente aux enchères judiciaire, il a été attribué au prix de 1 361 660 francs à Henri Menier, personnage de la haute bourgeoisie industrielle et propriétaire de ‘Chocolat Menier’, mais Henri est décédé des mois plus tard, étant remplacé par son frère Gaston comme propriétaire, qui l’a transmis à ses descendants.

Aussi connu sous le nom de « château des dames », c’est un château de style résidentiel du XVIe siècle situé sur la commune française de Chenonceaux, dans le département d’Indre et Loire, également inscrit sur la liste des châteaux de cette région. Après avoir subi de nombreux dégâts tout au long de son existence, notamment lors des Première et Seconde Guerres mondiales, plusieurs jardins se visitent aujourd’hui à l’intérieur, un parc et une plantation viticole à l’extérieur. Le château que l’on voit aujourd’hui date du XVème siècle, mais en réalité il a remplacé un plus ancien. Ce lieu a non seulement une importance en tant qu’œuvre d’art, mais a également joui d’une présence active dans l’histoire de France.

Château de Villandry

Vous le trouverez sur la commune de Villandry, en région Centre-Val de Loire. En l’occurrence, il s’agit d’un château de style Renaissance, entouré de 6 hectares de jardins à la française. Achevé vers 1536, c’est le dernier palais Renaissance construit sur les bords de la Loire. Comme dans certains cas antérieurs, ce château a remplacé à l’époque le bâtiment d’origine qui se trouvait dans le même quartier et qui s’est tenu du XIIe au XIVe siècle.

De ces premiers murs, il reste aujourd’hui l’ancienne tour de l’hommage. Le château de Villandry possède un musée, une orangerie et un verger à l’intérieur, et bien qu’il ne soit pas public, lui et ses jardins sont inscrits comme monument historique depuis 1927 et 1976 respectivement. Cela a beaucoup à voir avec Joachim Carvallo, un aristocrate né en Espagne qui a acheté la propriété en 1906, juste au moment où elle était sur le point d’être démolie en raison de son état d’abandon. Carvallo a dépensé une énorme somme d’argent pour le faire revivre, et c’est lui qui a créé les jardins que nous trouvons aujourd’hui à l’arrivée sur le site.

A noter qu’un siècle plus tôt, lors de la Révolution française, la propriété avait été confisquée lorsque, au début du XIXe siècle, Napoléon l’acheta pour son frère.

Château d’Amboise

information-chateau-d-ambroise
Château d’Amboise

Dans le département d’Indre-et-Loire, une petite ville appelée Amboise est toujours sous le regard de cet édifice qui porte son nom. Du haut d’un promontoire, le château d’Amboise se dresse comme l’emblème le plus caractéristique de la ville, non seulement pour son architecture dense, mais pour toute l’histoire qu’il garde. Le château appartient à la Fondation Saint-Louis, fondation privée qui collecte, conserve et gère les biens de la famille royale de la Maison d’Orléans.

Ainsi, dans ses chambres se trouvent les airs de toute cette famille singulière : Charles VIII mourut dans l’une de ses nombreuses chambres en 1498 à l’âge de 28 ans, après s’être cogné la tête contre un linteau de porte, dans les douves du château, alors qu’il jouait au jeu. de paume.

Louis XII y passa une bonne partie de sa vie et y fit construire une seconde aile, perpendiculaire à l’aile Charles VIII et de style Renaissance. Francisco I est également passé par là, qui a vécu ou parmi ces jardins son enfance. Cependant, les grands détails ne s’arrêtent pas, car ce bâtiment n’abrite rien de plus et rien de moins que le tombeau de Léonard de Vinci. L’Italien est arrivé à l’invitation de Francisco I en 1516, et y est resté jusqu’à sa mort en 1519. Pendant ces trois années, il a effectivement vécu dans un manoir dans la même ville mais à l’extérieur de ce château. Cependant, ils ont fini par construire un passage souterrain pour relier les deux sites.

Articles Similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.